L'Union Africaine

L’avènement de l’Union africaine (UA) constitue un événement majeur dans l’histoire contemporaine du continent.


C’est en juillet 1999, que la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) d’accélérer le processus d’intégration économique et politique du continent.

L’OUA qui a été créée pour éliminer les derniers vestiges du colonialisme et de l’apartheid, renforcer l’unité et la solidarité des Etats africains, coordonner et intensifier la coopération en faveur du développement, défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale des Etats membres et de favoriser la coopération internationale dans le cadre des Nations Unies doit céder le flambeau à l’UA.

(Photo courtesy Anthony Mitchell/IRIN)

Dans leur quête pour l’unité et le développement économique et social, les pays africains ont pris un certain nombre d’initiatives et réalisé des progrès substantiels dans de nombreux domaines, ce qui a ouvert la voie à la création de l’Union africaine (UA).

Le 9 septembre 1999, les chefs d’Etat et de gouvernement adoptent la Déclaration de Syrte portant création de l’Union africaine en vue, entre autres, d’accélérer le processus d’intégration sur le continent afin de permettre à l’Afrique de jouer le rôle qui lui revient dans l’économie mondiale, tout en déployant des efforts pour résoudre les problèmes sociaux, économiques et politiques multiformes auxquels elle est confrontée.

En 2002, le Sommet de Durban lance officiellement l’Union africaine dont le siège est basé à Addis Abeba, en Ethiopie. Cinquante-trois (53) pays africains sont membres de l’organisation. Son principal but est d’œuvrer pour la promotion de l’intégration socio-économique accélérée du continent en vue du renforcement de l’unité et de la solidarité entre les pays et les peuples africains.

Siége de l'Union Africaine à Addis Abeba, Ethiopie
L’UA s’appuie sur une vision commune d’une Afrique unie et forte et sur la nécessité de bâtir un partenariat entre les gouvernements et toutes les couches de la société civile, en particulier les femmes, les jeunes et le secteur privé, afin de renforcer la solidarité et la cohésion entre les peuples africains.
Organisation à vocation continentale, l’UA œuvre fondamentalement à la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité sur le continent en tant que préalables à la mise en œuvre de son programme dans le domaine du développement et de l’intégration.
L’Union africaine soutient entre autre, la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance de ses Etats membres. Elle souhaite favoriser la coopération internationale en tenant dûment compte de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration universelle des droits de l’homme mais aussi œuvrer de concert avec les partenaires internationaux compétents en vue de l’éradication des maladies et de la promotion de la santé sur le continent.

Les organes de l’Union africaine sont :

-la Conférence composée des Chefs d’Etat et de gouvernement ou de leurs représentants ;

-le Conseil exécutif composé des ministres ou autorités désignés par les gouvernements des Etats membres ;

-la Commission de l’Union africaine. le Conseil de paix et de sécurité (CPS) ;

-le Parlement panafricain composé de cinq (5) représentants de chaque Etats ayant ratifiés l’Acte constitutif ;

-le Conseil économique, social et culturel (ECOSOCC), organe consultatif composé des représentants des différentes couches socioprofessionnelles des Etats membres de l’Union, la Cour de justice ;

-les institutions financières (la Banque centrale africaine, le Fonds monétaire africain, la Banque africaine d’investissement), les Comités techniques spécialisés, tels que le Comités sur l’économie rurale et les politiques agricoles ;

-le Comités aux affaires monétaires et financières ;

-le Comités sur l’éducation, la culture et les ressources humaines entre autres.

La Commission joue un rôle central dans la gestion quotidienne des affaires de l’Union africaine. La Commission représente l’Union et défend ses intérêts, élabore les projets de positions communes et élabore des plans stratégiques ainsi que des études. Elle assure également l’élaboration, la promotion, la coordination et l’harmonisation des programmes et des politiques de l’Union avec ceux des Communautés économiques régionales (CER) et veille à l’intégration des femmes dans tous les programmes et activités de l’Union

Jean Ping, président de la commission de l’Union Africaine.

Composée du Président, du Vice-président, de huit (8) Commissaires, des membres du personnel, la Commission de l’Union africaine, est l’un des organes clés de l’Union.

Elle est chargée de la gestion de huit portefeuilles : Paix et Sécurité (prévention, gestion et règlement des conflits et lutte contre le terrorisme), Affaires Politiques (droits de l’homme, démocratie, bonne gouvernance, institutions électorales, organisations de la société civile, affaires humanitaires, réfugiés, rapatriés et personnes déplacées); Infrastructure et Energie (énergie, transports, communications, infrastructures et tourisme), Affaires Sociales (santé, enfance, lutte contre la drogue, population, migration, travail et emploi, sports et culture), Ressources Humaines, Sciences et Technologie (éducation, technologies de l’information et de la communication, jeunesse, ressources humaines, science et technologie), Commerce et Industrie (commerce, industrie, douanes et immigration), Economie Rurale et Agriculture (économie rurale, agriculture et sécurité alimentaire, élevage, environnement, eau et ressources naturelles, désertification), Affaires économiques (intégration économique, affaires monétaires, développement du secteur privé, investissements et mobilisation de ressources).
Le siège de l’UA qui abrite la Commission se trouve à Addis Abeba, en Ethiopie.
Pour de plus amples information, veuillez visiter le site web de l’UA : www.africa-union.org