Notre Voie (Abidjan)

Cote d'Ivoire: Fixation des prix minima du café et du cacao: Cissé Lociné (président de la FIPCC) accuse

Les prix minima du café (200FCFA) et du cacao (475 FCFA) fixés récemment par la Bourse de café-cacao (BCC) en partenariat avec le gouvernement ne sont pas du goût de la Fédération ivoirienne des producteurs de café-cacao (FIPCC). C'est ce qui ressort du point de presse qu'a animé, le lundi 14 janvier dernier, au 3ème étage de la Chambre d'Agriculture au Plateau, M. Cissé Lociné, le président du FIPCC. Pour lui, rien ne justifie en ce moment la fixation du prix minimum du cacao à 475 FCFA et celui du café à 200 FCFA dans la mesure où le prix du marché international pour le cacao oscille actuellement entre 1050 et 1100FCFA. Toujours selon M. Cissé, le prix de 200 FCFA/kg fixé pour le café est moindre parce que la banque mondiale a mis à la disposition de l'Etat ivoirien plus de 143 milliards de FCFA d'où pourront être retirés 20 milliards pour subventionner le prix du café. "Jusqu'à présent, la BCC est un échec. Au temps de la Caistab, les marges étaient de 35FCFA", a-t-il soutenu.

Toujours selon M. Cissé, les 7 milliards des paysans aux mains de M. Tapé Doh et son équipe sont "en danger puisque gérés entre quatre murs". Pour clore ses propos, M. Cissé Lociné a averti que si les 6 milliards de FCFA demandés par la FIPCC ne sont pas débloqués au plus grand tard le 22 janvier 2002, il y aura un soulèvement des paysans à travers tout le pays.

Tapé Doh (PCA de la BCC) dément

M. Lucien Tapé Doh, président du Conseil d'administration de la Bourse de café-cacao (BCC) a tenu à éclairer l'opinion au cours d'un point de presse qu'il a animé hier mardi 15 janvier au 23ème étage de la Caistab, suite aux allégations de M. Cissé Lociné, président de la Fédération ivoirienne des producteurs de café-cacao (FIPCC). Selon M. Tapé Doh, le prix d'achat de 200F CFA/kilo fixé aux producteurs a été convenu de concert avec le gouvernement et des experts en la matière. Ce prix, faut-il le noter, est subventionné vu le contexte dans lequel se trouve le café et caractérisé par un niveau de production mondiale d'environ 6,850 millions de tonnes, une consommation en stagnation autour de 6,250 millions de tonnes et un niveau de stock évalué à plus de 1,300 millions de tonnes. Toutes choses, selon M. Tapé Doh, qui ont entraîné la baisse régulière des cours sur le marché de Londres qui sont passés de 551 FCFA/Kg en décembre 2000 pour atteindre 269FCFA/kg à la clôture du vendredi 11 janvier 2002. Un niveau de prix jamais atteint depuis 5 ans. Face à cette situation, selon le PCA de la BCC, le prix d'achat fixé aurait été logiquement très bas. Aussi, pour faire face à cette crise qui devrait durer encore quelques années, le gouvernement a-t-il décidé de mettre en oeuvre une série de mesures en vue de soutenir le prix d'achat au producteur.

En ce qui concerne le cacao, M. Tapé Doh a précisé que le prix minimum d'achat de 475 FCFA/kg de cacao fève pour la période de janvier à mars 2002 est bel et bien celui en dessous duquel il est interdit d'acheter le cacao au producteur. Cependant, le PCA de la BCC note avec espoir que la bonne tenue actuelle des cours, la bonne organisation des producteurs à la base, ainsi que la bonne compréhension de la notion de prix minimum par les producteurs permettra de relever les prix.

Ads by Google

Copyright © 2002 Notre Voie. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.