Fraternité Matin (Abidjan)

28 Août 2003

Cote d'Ivoire: Direction de l'orientation et des bourses : les étudiants prennent en otage le directeur, le personnel et les visiteurs

Abidjan — Ambiance surchauffée, toute la journée d'hier, à la Direction des orientations et des bourses (DOB) au 1er étage de l'immeuble Nogues, situé à l'Avenue du même nom au Plateau.

Réclamant le payement de 12 mois de bourse, plus d'un millier d'étudiants de l'Université de Cocody ont investi à 8 h les locaux et pris en otage, le directeur de la DOB, M. Ahibo Coffi Antoine et tous ses collaborateurs. Mercredi étant jour de réception à la DOB, les nombreux visiteurs n'ont pas, eux aussi, été épargnés par les étudiants en furie. Qui nous ont confié que par cette action ils voulaient mettre plus d'éclat à leur mouvement. La liberté d'aller et de venir n'était permise aux "otages " qu'à l'intérieur des bureaux et des couloirs des bureaux. Quant à l'entrée principale, la seule d'ailleurs, elle est maintenue hermétiquement fermée par un groupe d'étudiants qui veillaient que personne n'accède ou ne sorte des locaux de la DOB. Ce sont quatre UFR (Unité de formation et de recherche) qui réclament le payement de 12 mois d'arriérés de bourse.

Les manifestants accusent le directeur de la DOB de retenir indûment leurs pensions sous le prétexte que l'année académique n'est pas validée.

"Nous avons composé au titre de l'année 2001-2002. Et c'est de mauvaise foi que nos copies ont été gardées jusqu'à maintenant. Pour nous, il n'y a pas eu d'année blanche." Ils révèlent que pendant que la DOB parle d'année invalidée et refuse de leur payer les bourses, les enseignants, eux, continuent de recevoir leurs salaires et les primes qui y sont liées. Pour eux, c'est le directeur des bourses, M. Ahibo Coffi qui œuvre contre leurs intérêts dans la mesure où, toujours d'après eux, le ministre de tutelle leur aurait affirmé que les sommes destinées au payement de leurs bourses sont décaissées. Visiblement éprouvées par la séquestration, Mmes Kalli Sabine et Aman Denise les secrétaires de la DOB avec beaucoup d'amertume déplorent que c'est bien la deuxième fois en moins d'un an qu'ils sont ainsi séquestrés par les étudiants. M. Gbéada François, chef de service, ne dit pas autre chose tant il condamne l'acte des étudiants qui, selon lui, ne comprennent pas qu'à la DOB, ils ne sont que des exécutants. Les pauvres visiteurs épuisés, assoiffés et affamés, expriment leur désarroi, leur mésaventure. Mme Ekra Josephine, médecin, qui devrait rejoindre son poste après une visite qu'elle espérait éclair à la DOB, est elle aussi maintenue contre son gré.

Aux environs de 17 h, les étudiants ont libéré leurs otages, après d'intenses négociations dont nous n'avons pas pu avoir la teneur. C'est une affaire à suivre.

Ads by Google

Copyright © 2003 Fraternité Matin. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com).

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.