Le Soleil (Dakar)

23 Février 2004

Sénégal: Création d'entreprise : une panacée au chômage des jeunes

En raison de la limitation des recrutements dans la Fonction publique et la capacité d'embauche restreinte du secteur privé moderne, il importe d'explorer d'autres pistes qui donneront aux jeunes la possibilité de créer des entreprises.

Les futurs dirigeants d'entreprises doivent perçevoir les risques inhérents à cette profession, surtout en matière d'investissement. En cultivant en eux l'esprit d'entreprise et en prenant des initiatives qui feront d'eux des entrepreneurs aguerris. C'est dans cette perspective que l'Ecole supérieure de commerce (Supdeco) a organisé une conférence animée par M. Aliou Sow, ministre de la Jeunesse sur le thème " La promotion de la jeunesse par la création d'entreprise ".

A l'entame, M. Aliou Sow a posé, en termes simples et d'une manière transversale, l'équation qui résume la préoccupation du moment : comment répondre à l'attente des jeunes dans la création d'entreprise.

Pour répondre à cette question et lever un coin de voile sur la politique gouvernementale dans ce domaine, le ministre a estimé que " si les jeunes ont l'énergie, la générosité et la disponibilité pour convaincre de leur volonté de se mettre en valeur, il revient aux pouvoirs publics notamment de déverrouiller le système en leur permettant d'accéder au crédit pour la création des structures génératrices de revenus ". Cette volonté politique s'est traduite par la mise en place d'instruments comme le Fonds national de promotion de la jeunesse (Fnpj) et l'Agence nationale pour l'emploi des jeunes (Anej) qui épaulent le ministère de la Jeunesse sur une de ses principales missions qui consistent à financer les projets de création d'entreprise, mais aussi de faciliter la promotion des jeunes en développant le partenariat avec d'autres institutions poursuivant les mêmes objectifs.

La mise en oeuvre de cette vision, poursuit le conférencier, rentre en droite ligne avec ce que fait l'Ecole supérieure de commerce qui outille les jeunes en leur assurant une formation de qualité qui leur permettra de traduire des idées en actes économiques. Selon le ministre, ces futurs dirigeants doivent être animés d'un esprit d'entreprise qui les aidera à relever le défi en dépassant le stade de la littérature économique pour se lancer dans le concret, en sachant ce qu'ils veulent avec des délais précis. Ce faisant, ils devront accepter de se battre en ayant l'audace et la trempe de grands entrepreneurs dans ce contexte où l'initiative privée joue un rôle déterminant dans l'économie d'un pays. Si les pouvoirs publics sont prêts à aider les jeunes, précise M. Sow, en mettant à leur disposition des lignes de crédits avec de faibles taux de remboursement, il faut alors qu'ils fassent preuve de savoir-faire et d'ingéniosité de manière à rendre viables les structures qu'ils réussiront à mettre en place.

Ads by Google

Copyright © 2004 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.