Le Pays (Ouagadougou)

Burkina Faso: Université de Ouagadougou - Le MEFA contre la police spéciale

document

Pour le Mouvement des étudiants du Faso ( MEFA ), la création de la police spéciale des Universités " cache des desseins inavoués. "Voici son analyse de la situation.

Le système éducatif de notre pays est pris en otage depuis plus d'une décennie. Sous la pression des Institutions de Bretton Woods, le gouvernement utilise l'enseignement comme un laboratoire d'expérimentation. C'est ainsi qu'après l'invalidation de l'année académique 99-2000, le temple du savoir est entré dans une phase de "refondation": flou artistique du système modulaire que même les directeurs d'UFR n'arrivent pas à expliquer, augmentation antisociale des frais d'inscription depuis octobre 2002 etc... Les facettes de cette refondation sont loin de finir. Les autorités universitaires et le gouvernement ont en projet, la création de la Police spéciale des Universités (PSU) dans les espaces et enceintes universitaires.

Le Mouvement des Etudiants du Faso en tant que structure de défense des libertés fondamentales, s'est toujours prononcé sur ces questions et ce, dans l'intérêt supérieur des étudiants.

La création de cette PSU comme moyen de lutter contre l'insécurité dans nos universités cache des desseins inavoués.

Il est évident que les autorités ne manquent pas d'arguments pour faire avaler leur pilule amère. Tantôt elles prendront l'exemple de quelques rares pays, tantôt se retrancheront sur la réglementation des libertés pour embrigader et museler les étudiants. Tout ceci dans le but de nous réduire au silence par la négation des libertés de manifester et d'opinion. La spécificité de l'université n'est jamais évoquée quand il s'agit d'améliorer les conditions de vie et d 'étude des étudiants. Elle l'est seulement pour l'instauration des mesures liberticides et antisociales.

Il manquait aux interdictions de manifester, une PSU pour parfaire la répression dans les espaces et enceintes universitaires.

Le MEFA tient à rappeler que depuis sa plate forme 2001, il a toujours exigé la relecture concertée avec la communauté universitaire du décret 2000-560/PRES/PM/MESSRS/MF/SECU du 12 décembre 2000 relatif aux franchises et libertés universitaires. Ce texte non consensuel est malheureusement la base du projet de textes relatifs à la PSU. Notre organisation, dans son réalisme et objectivité a toujours apprécié avec lucidité, les questions liées aux étudiants et ne saurait se compromettre en donnant son aval pour la création d'une PSU qui ne peut être à terme que répressive.

Après analyse de ce qui précède, le MEFA : - Rejette le principe de la création d'une PSU dans nos universités.

- Exige du gouvernement un examen sérieux de notre plate forme revendicative et des autorités universitaires une relecture concertée dans les brefs délais du décret non consensuel relatif aux franchises et libertés universitaires.

-Invite les étudiants à s'armer de courage pour une riposte vigoureuse contre ces mesures liberticides.

- Tient d'ores et déjà les autorités en charge de l'enseignement totalement responsables de toute dégradation du climat dans nos universités du fait de leur entêtement à appliquer des textes liberticides.

- Prend l'opinion publique nationale et internationale à témoin du mépris du gouvernement face à nos revendications.

- Non aux mesures liberticides !

- Non aux universités d'exception et militarisées !

- Non au musellement des étudiants.

Conviction - Solidarité -Action

Le Secrétaire Exécutif National

Copyright © 2004 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.