Cameroon Tribune (Yaoundé)

Cameroun: Enseignant spécialisé pour enfants sourds

Une branche peu connue de l'éducation, qui suscite bien des vocations.

Les experts en parlent avec passion. " La langue des signes français est propre à la communication entre les sourds et leur entourage entendant qui la maîtrise ". Ici, l'enseignement s'appuie sur une langue gestuelle structurée qu'on peut choisir d'utiliser au même titre que les autres langues. L'appellation toute particulière de cette forme de communication est liée à un souci de différenciation d'avec les autres langues des signes, apprend-on. Les personnes qui ont choisi d'enseigner cette " langue " doivent au préalable se débarrasser de certaines idées préconçues. Elles doivent savoir que les enfants ne sont pas sourds-muets. D'après la directrice de l'Ecole spécialisée pour enfants déficients auditifs (ESEDA), Ruth Mpanjo-Ebongué, ces enfants sont sourds. La différence entre ces deux désignations réside dans le fait que les organes de la phonation (corde vocale, glotte, langue, poumons) de ces jeunes sont intacts.

Pourquoi ne parlent-ils pas ? Avis d'expert : " Parce qu'ils n'ont pas entendu quelqu'un parler, on parle par imitation ". Certains enfants deviennent sourds à la suite d'une crise de méningite. Les otites et mêmes certains produits antipaludéens peuvent étouffer l'ouïe. Conséquence, dans la plupart des cas, les jeunes victimes se retrouvent en train d'émettre des cris inaudibles.

L'enseignement de la langue des signes français (LSF) sort donc le sourd de son isolement. Elle devient pour cette couche de la population, une langue naturelle. Pour le sourd, signer c'est parler avec ses mains. Mais il ne s'agit pas ici de simples gestes naturels. La langue doit être enseignée. C'est pour cela qu'on exige de ceux qui optent pour cette spécialité abnégation et compétence. Des aptitudes nécessaires à une bonne utilisation de la documentation didactique et des supports visuels (cassettes, vidéos gravures). Au Cameroun, l'ESEDA permet aux enseignants depuis 1972 d'accéder aux formations nécessaires. Grâce à la Fondation pour l'éducation et la promotion des personnes déficientes auditives (FEPPDA), des enseignants spécialisés ont pu se former. La coopération entre la FEPPDA et la Fédération des instituts pour sourds et aveugles de France (FISAF) a aussi servi. Et en ce moment, l'Ecole de formation des enseignants spécialisés (EFES), située au sein de l'ESEDA moule également les professionnels de la langue des signes français.

L'éducation des enfants commence à la maternelle (3, 10, 11 ans). L'apprentissage de la langue des signes français avec toute sa syntaxe commence au cours élémentaire un. Les enseignants de la LSF trouvent le métier valorisant. Pour eux, c'est l'enseignant spécialisé qui aide le sourd à sortir de son embrigadement. Il joue le rôle d'interprète et de traducteur (dans les tribunaux, les commissariats, les hôpitaux, les plateaux de télévision). En somme, la LSF, la rééducation de la parole et la lecture labiale associées forment un tout qui établit une communication totale entre le sourd et les entendants qui maîtrisent ces trois formes de communication ou l'une d'entre elles. Une personne atteinte de surdité profonde, ne parlera jamais correctement, mais grâce à sa connaissance de l'alphabet dactylologique, le sourd peut lire, et écrire.

Ads by Google

Copyright © 2005 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.