Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: Gestion durable de la forêt : nécessité de capitaliser le plan d'action Flegt

Kinshasa — La Banque mondiale estime que les gouvernements des pays producteurs de bois perdent environ 10 à 15 milliards d'euros de revenus par an, à cause de l'exploitation illégale des forêts. Ce constat vise d'abord les pays africains, notamment ceux du Bassin du Congo qui sont de grands producteurs de bois mais contrastant avec la misère des communautés qui vivent dans cette région.

L'Union européenne, dans sa politique d'aide au développement, à travers le programme Flegt ( Application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux) pense trouver une réponse au problème de l'exploitation illégale des forêts et du commerce qui en découle. Ce programme vise à accroître la capacité des pays producteurs de bois à contrôler l'exploitation de leurs forêts tout en réduisant le commerce du bois illégal avec l'Europe.

« Les difficultés dans l'application des lois dans le secteur forestier et des insuffisances dans la gestion publique du domaine forestier peuvent compromettre directement la capacité d'un pays à développer une croissance économique durable, à garantir un développement social équitable et à protéger son environnement naturel », selon les experts. Ce constat se vérifie plus aisément dans le cas de la République démocratique du Congo qui, avec 135 millions d'hectares de forêts représentant 7% des forêts tropicales du monde, 47% de celles d'Afrique et 58%de celles du Bassin du Congo, ne vit pas de cette ressource. Entre-temps, les populations vivant dans les régions productrices de bois sont parmi les plus démunies et les plus marginalisées.

Le secteur de l'exploitation industrielle de la forêt congolaise a toujours allégué que la Rdc produit seulement 300.000 m3 de grumes l'an, alors que le pays a la capacité d'en produire 10 millions m3. Certes, la Rdc produit moins qu'elle n'en est capable mais il est tout autant évident qu'une bonne partie de l'exploitation de ces ressources échappe au contrôle de l'Etat congolais, laissant échapper ainsi des masses d'argent. D'où la nécessité pour la Rdc de capitaliser le Plan d'action Flegt. Ce programme, mis en place par l'Union européenne, définit le processus d'Application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux en vue de lutter contre l'exploitation forestière illégale. Celle-ci s'opère actuellement dans les pays en développement et le commerce du bois lui est associé. C'est également un programme de gestion durable des forêts et qui cherche à concilier le respect des engagements entre producteurs et les consommateurs des produits ligneux.

A cet effet, l'Union européenne a signé des accords de partenariat volontaire (Apv) avec des pays producteurs de bois. Les Apv sont un cadre légal pour réguler les relations commerciales entre l'Ue et les pays producteurs, notamment des partenaires du Flegt. A travers ces accords, elle propose des méthodes permettant aux douanes d'identifier les importations de bois illégal et d'empêcher leur entrée sur le marché européen grâce à des licences délivrées par les pays partenaires du plan Flegt.

L'Union européenne est convaincue que l'existence d'une coopération entre les 25 et les pays producteurs de bois peut jouer un rôle important dans la lutte contre ce fléau, dans la mesure où ce programme apporte un soutien dans la mise en oeuvre des systèmes de vérification fiables et encourage la transparence grâce à l'apport d'informations exactes sur la propriété foncière, les conditions et la législation. Aussi, le processus Flegt permet la mise en place des mécanismes de réduction de la demande et des investissements encourageant l'abattage illégal, et focalise son action sur les mesures favorisant l'utilisation du bois légal dans l'Ue.

A l'instar des pays africains, la Rdc a pris des engagements, au cours de nombreuses rencontres internationales, sur la gestion durable des ressources naturelles et de la gouvernance. En 1999, les chefs d'Etat du Bassin du Congo, dont fait partie la Rdc, se sont engagés à travers la déclaration de Yaoundé à oeuvrer pour la conservation et la gestion durable de leurs forêts. Le Plan d'action Flegt s'appuie justement sur cette volonté politique exprimée par les dirigeants africains et stimule, au plus au niveau politique, la volonté internationale de renforcer la gestion des forêts sur le continent noir, et, en particulier dans le Bassin du Congo. Les gouvernements du Cameroun, du Ghana, de l'Afrique du Sud, de la France, du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de la Rdc et tant d'autres ont souscrit au plan d'action Flegt qui, du reste, bénéficie de la coordination de la Banque mondiale.

Cependant, la Rdc doit s'approprier le plan d'action Flegt afin de maximiser les recettes générées par le secteur de bois et, surtout, faire bénéficier les communautés habitant les zones forestières des revenus fournis par leur habitat naturel, une façon de les dissuader de l'exploitation méchante ou irrationnelle des ressources ligneuses. En effet, il est établi qu'en Rdc, la première cause de la déforestation est la pauvreté.

Ads by Google

Copyright © 2005 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.