Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: Rétro Musique - 2005 : année musicale symbolique avec Maïsha Park

Kinshasa — Tout au long de l'année qui vient de s'achever, la musique est restée dynamique en République démocratique du Congo. Le fait le plus marquant aura sans doute été la tentative de l'union des musiciens afin de mettre fin à la polémique qui a pendant des années envenimé les relations entre musiciens de la Rdc.

Au mois de février sur initiative de Tshala Mwana et Koffi Olomide, les musiciens se sont retrouvés à l'Espace Maïsha Park situé dans la commune de la Gombe. Ils se sont dit des vérités et le linge sale a été lavé en famille. L'on a vu Koffi Olomide et Félix Wazekwa se mettre à nouvau côte à côte après plusieurs années, ou encore, JB Mpiana resserrant la main de Werrason Ngiama ; Marie-Paul Ashisha Belezi et Manda Chante se sont revus, toujours à l'occasion de différentes rencontres de musiciens à Maïsha Park. Tentative louable, ce groupe des musiciens va se retrouver dans la cour du président de la République Joseph Kabila qui va leur accorder une entrevue. Mais l'argent, étant le nerf de la guerre, va ébranler cette initiative. Quelques musiciens vont se soustraire, entre autres, King Kester Emeneya Werrason Ngiama Makanda, Reddy Amisi, Tabu Ley, Verckys Kiamwangana, Lutumba, etc. A l'origine de cette séparation, une cagnotte offerte par le président de la République aux mu siciens pour leur transport, cagnotte d'un montant de 15 mille Usd pas équitablement redistribuée. Malgré ce remue-ménage, ce groupe va se structurer. L'Amicale des musiciens du Congo (Amc) naît péniblement, rassemblant des musiciens qui jadis ne s'entendaient pas du tout. Ils prônent l'assainissement des relations entre musiciens et soutiennent mordicus que l'organisation reste ouverte à tout le monde. L'idée de l'union met tout le monde d'accord, même ceux qui ne font partie de l'Amc, cependant, la suspicion et la méfiance persistent au regard des relations orageuses antérieures.

CONCERTS MEMORABLES

Si Maïsha Park constitue un événement inédit dans la musique congolaise, l'on doit également mentionner les deux productions scéniques les plus longs de l'histoire de l'art d'Orphée en République démocratique du Congo. Werrason et son groupe Wenge Musica Maison Mère d'une part et JB Mpiana et son ensemble Wenge Bcbg ont stupéfié les mélomanes de la capitale, en livrant -chacun de son côté- au mois d'août dernier à la Foire internationale de Kinshasa (Fikin), un concert de plus de 18 heures non stop devant des foules archi-denses. Les deux musiciens rivaux s'affrontent littéralement dans un duel à mort où le premier qui arrêtait de chanter perdait le match. Commencé à 22 heures, les deux groupes ont arrêté de se produire aux environs de 14 heures du jour suivant, stoppés par la police qui a même été assez musclée dans son intervention en lançant des grenades lacrymogènes pour disperser les fans d'un côté comme de l'autre.

Et en termes de concert justement, les sponsors des musiciens n'ont pas lésiné sur les moyens pour offrir au public des productions scéniques gratis dans différents espaces de la capitale. L'on se rappelle de deux concerts mémorables livrés par JB Mpiana sur Boulevard Triomphal à côté du stade des Martyrs, sous les auspices des sociétés brassicole et télécoms, respectivement Bralima et Celtel. Pour sa part, Werrason, avec le concours de son nouveau sponsor, la Bralima, s'est également produit sur Boulevard Triomphal, au Marché de la Liberté dans la commune de Masina (banlieue kinoise) et au terrain de football Siwambanza dans la commune de Kimbanseke. Comme chaque année, la Foire internationale de Kinshasa a servi d'espace à plusieurs ensembles de se refaire la santé par des concerts -pour ceux qui s'étaient effacés-, et de se découvrir -pour les jeunes groupes en quête de promotion-.

A l'extérieur du pays, deux groupes congolais ont marqué les esprits lors des concerts. C'est d'abord la chanteuse L'Or Mbongo, son mari Christian Lemba et leur groupe La Mano di Dio ont livré deux concerts géants à Paris et à Londres. C'était lors d'une tournée européenne très riche en spectacles avec l'album Nsimbulu. Mais le couple Lemba vient de larguer leur dernier opus avec notamment la chanson Pèlerin, l'expression du séjour éphémère de l'homme sur la terre des vivants, en route pour le Royaume des Cieux.

LES PRIX

L'autre concert fort réussi a été celui du groupe Les Marquis de Maison Mère livré en la salle Lsc à Paris en France. Ce groupe dirigé par trois grosses pointures venues de Wenge Musica Maison Mère de Werrason dont les chanteurs Ferré Gola Chair de Poule et Jus d'été Mulopwe, et l'animateur Bill Clinton Kalonji. Ils ont largué en mars 2005 l'opus Miracle, une oeuvre qui fait encore parler d'elle aujourd'hui, en dépit des plusieurs autres albums mis sur le marché de la chanson. Les Marquis de Maison Mère n'ont existé que le temps de l'enregistrement de l'album. Le groupe a littéralement implosé. D'abord les trois mentors, Bill Clinton Kalonji, Ferré Gola et Jus d'été Mulopwe ont chacun pris sa direction. Jus d'été Mulopwe qui est resté en Europe avec le groupe s'est ensuite séparé du chanteur Serge Mabiala et du guitariste Japonais alors que Minouche le guitariste bassiste est rentré au bercail dans Wenge Maison Mère.

LES RETOURS

C'est en 2005 que le chanteur Evoloko Lay Lay Joker a décidé de regagner définitivement le pays après un séjour de près de 15 ans en Europe. Ce chanteur de charme ancien de Zaïko Langa Langa et de Langa Langa Stars, n'a pas pu percer l'univers musical du vieux continent. Arrivé au pays muni d'un studio d'enregistrement, il a produit un opus, Marche à suivre, qui n'a pas mobilisé les attentions. 2005 aura donc été un nouveau départ pour cette icône de la musique congolaise moderne. On a également noté le retour à Kinshasa de Lita Bembo qui est ensuite reparti pour la Belgique où il réside. C'était sa première visite sur la terre de ses ancêtres après plusieurs lustres d'absence. Venu pour les funérailles de sa mère, il a également mis à profit son séjour kinois pour parler de sa carrière musicale, très discrète depuis qu'il avait quitté le pays.

Une fois de plus, le Congo démocratique a été plus que présente à la cérémonie de remise des Kora awards avec quatre consécrations. Werrason a obtenu le prix de meilleur artiste africain d'Afrique centrale. Le chanteur Keysha, fils du sénateur Mokolo wa Pombo, a reçu le prix de meilleur artiste de la diaspora alors que les Marquis de Maison Mère ont glané le prix de meilleur groupe d'Afrique centrale. Le gros lot est revenu à Koffi Olomide qui s'est vu décerner le prix de meilleur artiste africain de la décennie, assorti d'une enveloppe de 100 mille Usd.

TABU LEY VICE-GOUVERNEUR

La reine de Mutuashi, Tshala Mwana, s'est pour sa part, adjugé le prix de meilleure artiste africaine, non pas aux Koras d'Afrique du Sud, mais à Africa Awards Musique du Bénin. Ainsi, la musique congolaise a été présente sur la scène africaine de la chanson. Décidément, l'année 2005 aura été symbolique pour la musique congolaise. Tenez, Pascal Sinamoyi alias Tabu Ley a été élevé au rang de vice-gouverneur de la ville de Kinshasa par le président de la République Joseph Kabila. Peut-on dire que la musique mene à tout ? Il a également largué un album sur le marché du disque. Tempelo, image de l'église placée au milieu du village où tout le monde accède malgré les différences et les divergences, vient après l'album exilé lancé quelques années avant. Le monument vivant de la musique congolaise signe donc son entrée dans l'arène politique congolaise à quelques mois des élections générales au pays (locales, législatives et présidentielles). C'est le premier chanteur congolais à ac céder à un poste de responsabilité dans la sphère politique. A 62 ans, va-t-il poursuivre une carrière politique nouvelle ou continuer celle entamée plus de 40 ans avant, avec plus d'expérience mais moins de succès ?

LES ALBUMS DE L'AN 2005

Plusieurs albums ont été largués sur le marché de la chanson et cela jusqu'au mois de décembre. Mais seulement une petite brochette d'opus a vraisemblablement retenu l'attention des mélomanes. Il s'agit notamment de l'album Miracle des Marquis de Maison Mère. Cette oeuvre contient des chansons de facture comme L'Ecole, 100 Kg des Fleurs, Mariage, Je vous reverrai, Détresse, Eric Gwenye, etc. L'album est resté pendant longtemps à la tête des hits du pays. Monde Arabe de Koffi Olomide a également marqué les esprits, ainsi que Anti-Terro de JB Mpiana et Wenge Bcbg. L'opus de trois chansons Alerte générale de Werrason et son Wenge Maison Mère a fait bouger les fans pendant de bons mois de l'année 2005. On retient par ailleurs les albums Banzonkion de Papa Wemba et Nouvelle Ecrita, Chanza de Tshala Mwana, etc.

Le mois de décembre a été, comme c'est l'habitude depuis quelques années, prolifique en album avec la sortie de Témoignage de Werrason, Faux mutu moko boye de Félix Wazekwa et Cultur'A Pays Vie, Kizoba zoba de Bill Clinton, Danger de mort de Jordan Kusa, etc.

Ads by Google

Copyright © 2006 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.