Cameroon Tribune (Yaoundé)

Afrique Centrale: L'intégration par la forêt

Les experts de la sous-région se sont concertés à Kribi pour harmoniser les politiques de gestion forestière.

Arrêter un canevas qui servira de guide en vue d'une politique harmonisée de gestion forestière en Afrique centrale. Tel est l'objectif de l'atelier de trois jours qui a pris fin vendredi dernier à Kribi. Pendant trois jours dans le chef-lieu du département de l'Océan, les experts de sept pays membres de la Commission des forêts d'Afrique centrale (COMIFAC) ont travaillé dans l'optique de déterminer les principales articulations d'un document de base qui facilitera la suite de la concertation. L'on annonce ainsi, entre autres, la transformation des produits ligneux et non-ligneux, l'industrialisation, la fiscalité, la lutte contre le braconnage, la certification Après cette étape, les experts de chaque pays de la COMIFAC vont se retrouver au sein des forums nationaux afin d'examiner et d'arrêter les préoccupations qui sont les leurs. C'est au regard des priorités nationales ainsi exprimées qu'une synthèse sera faite des différents rapports. Elle reflètera alors la " feuille d e route " des pays d'Afrique centrale qui pourront appliquer une politique commune de gestion des forêts, avec en filigrane l'amélioration des conditions de vie des populations.

Le séminaire-atelier de Kribi s'est tenu à la suite d'une volonté commune sous-régionale initiée en 1999 à Yaoundé au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Il était alors question que les pays d'Afrique centrale se dotent d'instruments politiques, juridiques et réglementaires nécessaires. Cette volonté d'avoir des forêts aménagées au plus tard en 2015 a été réaffirmée au dernier sommet de la CEMAC tenu à Brazzaville au Congo. Le programme de mise en cohérence des plans nationaux existant jusque-là est définitivement lancé et va connaître son aboutissement à l'horizon 2008, avec l'harmonisation des politiques de gestion forestière proprement dite. L'atelier de Kribi, au-delà de la définition même de l'harmonisation, se propose de produire des arguments techniques qui vont guider les forums nationaux à venir.

L'importance du processus ainsi enclenché a été soulignée par le secrétaire exécutif de la COMIFAC, Jonas Nagahuedi Mbongu Sodi, lors de l'ouverture des travaux. " L'harmonisation des politiques forestières, loin d'être un simple concept, ne vise pas l'homogénéisation ou l'uniformisation des politiques nationales existantes, mais l'identification d'un certain nombre de points d'encrage sur lesquels il est possible d'opérer des ajustements en tenant compte des expériences acquises, des spécificités des pays et de leurs écosystèmes ", a-t-il affirmé, avant d'ajouter : " Le processus doit être dynamique et flexible afin de s'adapter aux différents contextes ".

" Les pays d'Afrique centrale, parce qu'ils partagent le deuxième bloc forestier tropical, ont vite pris conscience que la forêt peut devenir le fleuron de l'intégration économique sous-régionale ", a noté la représentante de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Pour Daoulé Diallo Ba, l'effort individuel de gestion de ce précieux patrimoine a un impact positif sur l'agriculture. Une idée que corrobore le représentant du Bureau franco-allemand, Thierry Liabastre, qui pense qu'une solidarité forte et agissante doit s'imposer entre Etats d'Afrique centrale pour tirer de la forêt les ressources nécessaires au développement durable de la sous-région.

Ads by Google

Copyright © 2006 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.