L'Express (Port Louis)

10 Avril 2006

Ile Maurice: Ashock Jugnauth rallie ses troupes pour un nouveau parti

Port Louis — Il y aurait déjà une cellule de quelque 40 personnes autour de l'ancien membre du MSM. Leur but est de créer un parti qui deviendrait rapidement une troisième force.

La création d'un nouveau parti autour de la personne d'Ashock Jugnauth se précise. Des développements à ce chapitre sont même annoncés pour la fin de cette semaine. Et cela quelques jours à peine après avoir claqué la porte du Mouvement socialiste mauricien (MSM). Une réunion, qualifiée de "high profile committee" par certains devrait avoir lieu ce mercredi pour parler du sujet.

"Nous nous dirigeons en effet vers la création d'un nouveau parti, mais nous sommes encore en discussions. La réunion de mercredi devrait nous permettre de finaliser notre stratégie", a déclaré Ashock Jugnauth à l'express hier après-midi.

Des proches de ce dernier sont plus catégoriques : la formation d'un parti ne saurait tarder. Une réunion s'est même tenue en ce sens samedi dernier. En fait, une cellule d'une quarantaine de personnes s'est déjà composée autour de l'ancien membre du MSM.

"Il y a beaucoup de demandes, venant notamment de la région rurale, pour créer un nouveau parti. L'engouement vient de tous côtés. Parmi les intéressés, il y a des personnes qui étaient au MSM dans le passé, d'autres qui sont toujours membres du parti ainsi que des néophytes. En tout cas, je suis convaincu qu'il y aura encore des défections au MSM dans un avenir proche que ce soit au sein du Parlement ou dehors", avance un des nouveaux alliés d'Ashock Jugnauth.

"Soutien moral"

En revanche, la question de débauchage chez les autres partis ne se pose pas. Il n'en est d'ailleurs pas question. "Ceux qui veulent venir viennent, mais nous n'allons pas chercher les gens pour les faire venir chez nous", ajoute ce dernier.

Le soutien vient également des bancs de la majorité. Au moins deux ministres actuels auraient d'ailleurs fait montre de leur "soutien moral" à Ashock Jugnauth, tout comme plusieurs responsables d'associations socioculturelles.

Pour certaines personnes qui sont du côté du parlementaire qui siège en indépendant au Parlement, l'ambition est de créer un parti qui deviendra rapidement la troisième force sur l'échiquier politique.

Satish Seebun, secrétaire administratif du MSM de 2001 à 2003 et candidat battu aux générales de 2005, a pour sa part démissionné de toutes les instances du parti samedi soir. "Ashock Jugnauth a toujours été très sincère. Il m'a beaucoup aidé dans les moments difficiles. J'ai toujours été sincère avec les Jugnauth. Si sir Anerood dirigeait encore le parti, la situation aurait été différente. Pour ma part, je soutiens à 100 % l'idée de créer un nouveau parti", explique Satish Seebun.

Une ligne de communication a également été établie avec plusieurs politiciens ayant pris leurs distances du MSM, dont Anil Gayan et Ajay Daby.

Parmi les premières personnalités à avoir suivi Ashock Jugnauth, l'on retrouve l'avocat Dick Ng Sui Wah, qui a démissionné de toutes les instances du MSM la semaine dernière. Idem pour Ashley Hurhangee.

Ads by Google

Copyright © 2006 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.