Wal Fadjri (Dakar)

16 Février 2007

Sénégal: Grands travaux du chef de l'etat, Niasse veut auditer la gestion de Wade

Tous les grands travaux, notamment ceux dits du chef de l'Etat, seront audités si Moustapha Niasse est élu au soir du 25 février. L'engagement est du candidat de la Coalition Alternative 2007. Faisant hier face à la presse à Louga, Moustapha Niasse a fait savoir qu'il était dans son programme d'organiser un audit global des comptes de la nation dès qu'il accèdera à la magistrature suprême. Mais, a-t-il tenu à rassurer, il n'y aura pas de chasse aux sorcières.

Audit de l'alternance

'Si nous arrivons au pouvoir par la grâce de Dieu, nous allons organiser les assises de l'économie sénégalaise qui seront des assises nationales avant la tenue desquelles, nous prendrons le soin de consulter tous les acteurs économiques de tous les secteurs. Cela veut dire les sociétés industrielles, commerciales, les cabinets privés de services comme la médecine, la pharmacie, la banque, le crédit, les syndicats, les Université, les collèges et les écoles. En somme, ce sera une évaluation globale de l'économie sénégalaise.

'Evidemment, cela va impliquer un audit global des comptes de la nation, sans aucune volonté ou aucun réflexe de chasse aux sorcières. Personne ne sera ciblé pour quelque raison que ce soit. Ces missions d'audit seront menées par des cabinets qui seront choisis de manière objective par les acteurs concernés et par les acteurs consultés

'Tous les dossiers des grands travaux seront audités dans le cadre de cet audit global. Ce que je vous dis là, c'est notre programme. Cela peut empêcher des gens de dormir, mais c'est tant pis pour eux. Nous n'organiserons pas de procès individuel, ni de procès contre qui que ce soit'.

Injustices dans la campagne

'( ) Dans le département de Nioro, sur les onze communautés rurales, deux présidents de communauté rurale ont reçu les véhicules remis par la présidence. Il s'agit d'un ancien Pcr du Parti socialiste devenu libéral et d'un autre de l'Afp, lui aussi membre actuel du Pds. Les neuf autres ont été privés de véhicules, car ils ne sont pas membres du Pds. Dans le Foundiougne, c'est pareil. Tous les Pcr qui ne sont pas militants du Pds, ont été 'oubliés' dans la distribution des véhicules. Autre injustice, à Kolda, d'après les informations qu'on nous a relayées, Wade aurait dit à la population de ne pas accueillir les autres candidats. Quand nous y sommes arrivés, c'est un chauffeur de taxi qui fonce sur nous, fracture trois jambes et un bras parmi les quatorze blessés recensés dont notre responsable local Denis Corréa. Pris par la police et amené devant le procureur, le chauffeur avoue avoir été payé pour casser de l'Afp . A Guédiawaye, c'est notre permanence qui a été saccagée par des nervis, sans aucune forme de procès devant notre gardien qui y était ( .)'.

Ethique et morale

'Nous respectons le peuple sénégalais, nous l'aimons. Nous sommes une partie intégrante de ce peuple. Nous avons voulu enlever toute connotation de démagogie dans notre participation à cette campagne électorale qui est un évènement national et qui, selon nous, doit se fonder sur l'esprit d'ouverture et de tolérance, mais aussi sur le souci de vérité et de transparence. Nous avons pour slogan de ne pas faire de promesses électorales, mais d'indiquer les éléments de programme que nous sommes en mesure de réaliser. Nous en avons les moyens intellectuels, nous en avons les moyens liés à l'expérience, nous en avons les moyens qui procèdent de notre volonté d'aller de l'avant avec le Sénégal. Dès lors, la question n'est pas une question de choix, mais du choix de Dieu à travers des citoyennes et des citoyens, étant entendu que Dieu a recommandé trois choses : Croire en Dieu, c'est le principe de Foi, espérer en Dieu, c'est le principe de la perspective et lever et entreprendre, c'est le principe de l'action'.

Traitement de sa campagne par la presse écrite

'Depuis le début cette campagne, une partie de la presse écrite de notre pays boycotte notre campagne, je le dis ici de la manière la plus claire. Je ne mets pas en accusation la presse, mais il y a un traitement inégal de l'information que nous avons constaté. Nous ne nous en plaignons pas, nous n'en souffrons pas, nous constatons le fait. Je ne veux pas avoir de problème avec la presse de mon pays, mais les analystes qui savent lire, ont abouti à la conclusion qu'il y a des opérations de boycott de notre campagne. Qui veut le prendre, le prendra pour lui. Le jour où nous partions sur Ourossogui, quatre quotidiens que je ne citerai pas, m'ont rencontré. Les trois ont indiqué ce que j'ai dit à Bignona, à savoir que le président et son gouvernement savaient depuis 2002 que le bateau le Joola ne devait pas être remis à l'eau si les trois moteurs allemands 'morts' qui équipaient ce bateau n'étaient pas changés par des moteurs 'Volvo'. J'ai rencontré vos confrères à Ziguinchor le soir, en présence de mes collègues, j'ai confirmé cela en disant que j'ai les preuves et j'ai appris tout cela 25 jours auparavant. J'ai encore les preuves avec moi. Trois quotidiens ont écrit : 'Moustapha Niasse persite et signe', un autre quotidien titre : 'Moustapha Niasse Weddi na'. Mais où est la vérité dans tout ça (....)

'Je ne suis pas fâché, mais je suis déçu. C'est différent. On peut être déçu dans la sérénité et dans le calme. Je ne suis pas surpris non plus, mais je suis déçu. Une certaine presse doit-elle continuer de tirer sur nous à boulets rouges au profit d'autres candidats ? Alors que nous devons être ensemble, puisque c'est ce que nous avons tous déclaré, pour mettre à bas le régime de Wade. Est-ce que, par presse interposée, les candidats doivent se combattre mutuellement ? Mais c'est aider Wade ! Cela ne signifie pas autre chose. Je tenais à dire ça et je prends mes responsabilités en le disant. Je n'engage pas la coalition, c'est Moustapha Niasse qui le dit (....)

'Qu'on n'aille pas écrire que Moustapha Niasse donne des leçons à la presse (....) Ce n'est pas une protestation, ce n'est pas la marque d'une indignation, ce n'est pas une accusation, c'est un constat. Le constat est objectif. Je tenais à le dire, parce que si je ne le disais pas, je ne serais pas sérieux. Ne dites pas que je suis fâché. Celui qui l'aura dit, aura menti. C'est vrai ! Je le dis avec le sourire. Mais j'aurais été très fier de voir que tous les Sénégalais se lèvent pour dire : Sept ans, ça suffit ! Sept ans d'incarcération, de menaces de vous amener à la Dic Des journalistes ont été mis en prison ( .) Mais cela doit suffire ! Et c'est avec vous que nous devons nous battre pour que ça cesse. Qu'est-ce que je vais chercher, moi, à mon âge ? Si je veux vivre dans le confort, je viens chez mon ami Djily (Ndlr : Feu El Hadj Djily Mbaye) ou je reste chez moi ( .) Mais nous n'avons pas le droit de croiser les bras à boire du coca-cola. Au bout de trois semaines, on meurt. Nous devons vous laisser un legs, nous devons nous battre pour la jeunesse d'aujourd'hui et celle de demain pour que le Sénégal que nos ancêtres nous ont laissé, nous vous le laissions comme un champ en friche que vous allez à votre tour semer avec de la bonne graine. C'est le sens de notre combat, ce n'est rien d'autre. Moi je ne me bats pas pour l'argent, je ne me bats pas pour un poste, ni pour des prébendes, je me bats pour un idéal et cet idéal-là, nous le partageons au niveau de la coalition'.

Ads by Google

Copyright © 2007 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.