La Prospérité (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: Deux Kasaï, la descente aux enfers de l'UN !

Kinshasa — *L'AMP de Kabila contrôle désormais 9 des 11 provinces en attendant le Bas-Congo. Dominique Kanku et Alex Kande, les deux candidats de l'UN aux Kasaï n'ont pas fait le poids face à leurs adversaires de l'AMP. Le premier a été sèchement battu à Mbuji-Mayi par le riche homme d'affaires Alphonse Ngoyi Kasanji. Le second a subi un sérieux revers à Kananga face au candidat RCD Trésor Kapuku. La messe est dite.

C'est clair, l'Union pour la Nation (UN) n'existe plus que de nom. En témoigne la descente aux enfers qui se poursuit pour les candidats UN aux élections des gouverneurs et vice-gouverneurs de province. Hier jeudi 15 février, aux Kasaï Oriental et Occidental, l'AMP de Kabila a donné une sévère raclée à l'UN de l'autre fois très célèbre Jean-Pierre Bemba. L'AMP a conquis au premier tour les deux provinces du Kasaï. A Mbuji Mayi, nous sommes là au Kasaï Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji a sèchement battu le candidat MLC Dominique Kanku sur un score sans appel : 51 voix contre 11. Y a pas eu match, dit-on. Au Kasaï Occidental, le candidat RCD Trésor Kapuku allié à l'AMP a réussi à se faire élire gouverneur avec 28 voix contre 26 pour Alex Kande. Ces résultats provisoires devront être publiés officiellement, dans la journée de ce vendredi 16 février, par la Commission Electorale Indépendante (CEI). Il appartiendra ensuite aux Cours d'appel de procéder à la publication des résultats définitifs.

En attendant le Bas-Congo, 9 provinces déjà pour l'AMP

La victoire de l'AMP est éclatante. Elle contrôle 9 des 11 provinces du pays, en attendant le prononcé de la Cour Suprême de Justice dans l'élection contestée du candidat AMP Mbatshi Batsha. Dans l'hypothèse où la Cour Suprême cassait l'arrêt de la Cour d'appel de Matadi recommandant à la CEI d'organiser un 2ème tour au Bas-Congo, l'AMP se retrouverait ainsi avec 10 des 11 provinces. Seule la province de l'Equateur échapperait à son contrôle. Au cas contraire, un deuxième tour, ce qui est fort probable, devrait définitivement départager l'AMP de l'UN.

La fin de l'UN

Même si une nouvelle élection était organisée au Bas-Congo, rien n'indique que l'UN la gagnera. Car, il semble que les dirigeants de cette plateforme électorale n'ont pas encore tiré les leçons des débâcles précédentes. Les gens sont plus préoccupés par des conflits personnels que l'intérêt du groupe. La cohésion de la plateforme se trouve menacée. Beaucoup d'alliés de circonstance de Jean-Pierre Bemba l'ont quitté depuis sa défaite au 2ème tour de la présidentielle. Ceux-ci sont passés directement ou indirectement à l'AMP de Kabila. Au Bas-Congo, Augustin Kisombe Kiakumuisi, vice-président de l'Assemblée provinciale, n'est plus en odeur de sainteté avec le Président de l'UN, Jean-Pierre Bemba. Kisombe avait été accusé de corruption et de trahison. Depuis, il passe des heures et des heures sur les antennes des radios et plateaux des télévisions proches du pouvoir pour vilipender les stratégies de l'UN. Le succès des candidats UN au Bas-Congo ne tient plus qu'à l'emprise personnelle que peuvent avoir Fuka Unzola et Né Mwanda Nsemi sur les élus provinciaux.

L'UN pas différente de l'Union Sacrée

Lancée avec pompe à la FIKIN en octobre 2006 pour barrer la route à Joseph Kabila, l'UN se sera attirée la réputation d'être un château de cartes. Minée par des dissensions internes et par des taupes, certains analystes n'hésitent pas à la comparer à la tristement célèbre défunte Union sacrée de l'opposition radicale, construite autour d'Etienne Tshisekedi dans les années 90. Cependant au MLC, on calme le jeu. Les cadres du MLC disent qu'il est temps de restructurer le groupe, avec un programme, une stratégie et des structures.

Ads by Google

Copyright © 2007 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.