La Tribune (Algiers)

15 Mai 2007

Algérie: Le MDS, aile de Hocine Ali, annule son meeting algérois

Le meeting de clôture de campagne du Mouvement démocratique et social (MDS), partisan de la participation au scrutin du 17 mai prochain, ne s'est finalement pas tenu hier. Initialement prévu pour 16 h à El Harrach, le secrétaire général par intérim, M. Hocine Ali, a décidé d'annuler le meeting.

Et pour cause ! A l'heure convenue pour le début du meeting, il n'y avait que lui et quelques militants, alors que les candidats de la liste algéroise se faisaient attendre. Quinze minutes après, M. M'hand Kacemi, tête de liste à Alger, se présentait à la salle Hassen Badi s'excusant du retard car, affirme-t-il, «il poursuivait sa campagne de proximité auprès des fonctionnaires des ministères et qu'il en était certainement de même pour les autres candidats, chacun à son niveau». M. Hocine Ali, qui rentrait directement de Boumerdès, où il avait tenu un meeting, décidera alors de rentrer chez lui.

«Il n'y aura pas de meeting aujourd'hui.» Les quelques militants présents à El Harrach décident de se disperser en se donnant rendez-vous pour la soirée pour une ultime campagne d'affichage.

Plus tôt dans l'après-midi, l'autre aile, les partisans du boycott, se présentaient aux journaux pour défendre une fois de plus leur position et affirmaient que «le MDS appellait au rejet des élections législatives du 17 mai». Les représentants de la fédération d'Alger, qui se sont présentés hier à notre rédaction, ont affirmé que «la liste portant le sigle MDS est le fait d'anciens dirigeants exclus des rangs du parti, à l'exemple de Yacine Teguia, et de candidats étrangers au parti».

Les délégués de la fédération d'Alger se sont également déclarés outrés par le fait qu'«une liste portant le sigle du parti soit menée par un candidat, directeur de l'administration et de la réglementation générale de la wilaya d'Alger, qui n'a jamais fait partie des luttes menées jusque-là par le MDS». Dénonçant l'usurpation de son sigle, le MDS, aile Ahmed Melinai, ne manque pas de désapprouver «l'attitude des pouvoirs publics qui ont validé ces listes, faisant fi de la décision d'exclusion adressée en temps voulu à leurs services compétents et confirmée par le congrès les 22 et 23 février 2007». La fédération d'Alger, à l'instar des autres fédérations du parti, appelle enfin les citoyens à «rejeter les élections législatives et les invite à continuer la lutte pour une alternative démocratique pour sortir le pays de la crise dans laquelle il se trouve depuis plus d'une décennie».

Ads by Google

Copyright © 2007 La Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.