16 Mai 2007

Congo-Kinshasa: Verbatim point de presse -06 mai 2007

Kemal SAIKI, Directeur, Bureau du Porte-parole et des Relations avec les Médias.

Bonjour à tous et à toutes, merci pour votre fidélité à ce rendez-vous hebdomadaire d'information avec la MONUC. Bonjour aussi aux auditeurs de Radio Okapi et des radios partenaires qui nous suivent à travers la RDC et le monde entier grâce à l'Internet. Depuis notre rencontre de la semaine dernière, la situation générale en République démocratique du Congo est restée calme ; à l'exception de quelques éléments incidents, aucun événement majeur n'est venu remettre en cause la stabilité et la sécurité de la RDC.

Participation de Madame Louise Arbour

Comme annoncé la semaine dernière, nous avons l'insigne honneur et l'agréable plaisir de recevoir Madame Louise Arbour, Haut Commissaire des Nations unies aux Droits de l'Homme, en visite de travail depuis dimanche dernier et ce jusqu'au 18 mai en RDC. Avant de lui laisser la parole pour répondre à vos différentes et nombreuses préoccupations, je voudrais vous rappeler que Madame Louise Arbour a été nommée Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme sur proposition du Secrétaire général et de l'Assemblée générale le 1er juillet 2004.

Les détails de la biographie et de la prestigieuse carrière de Madame Arbour figurent dans le communiqué de presse diffusé la semaine dernière.

Kemal SAIKI, Directeur, Bureau du Porte-parole et des Relations avec les Médias.

Prorogation du mandat de la MONUC

Nous disons merci à Madame Louise Arbour et allons maintenant poursuivre ce point de presse en vous informant, que prenant note du vingt-troisième rapport du Secrétaire général de l'Onu sur la MONUC, et constatant que la situation en République démocratique du Congo continue de faire de peser une menace sur la paix et la sécurité internationale dans la région, le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé, hier 15 mai 2007, à l'unanimité de ses membres, de la prorogation du mandat de la MONUC jusqu'au 31 décembre 2007. Jusqu'à cette date, le Conseil de sécurité, autorise le maintien des effectifs pouvant aller jusqu'à 17.030 militaires, 760 observateurs militaires, 391 formateurs police et 750 membres d'unités de maintien de l'ordre. La MONUC aura pour mandat, dans la limite de ses capacités et dans ses zones de déploiement, d'aider le gouvernement de la République démocratique du Congo à instaurer dans le pays un environnement stable en matière de sécurité. Ce mandat autorise, entre autre, la MONUC à appuyer les opérations conduites par les brigades intégrées des FARDC déployées dans l'est de la République démocratique du Congo, tout en les sensibilisant au respect des Droits de la personne.

Sur le plan politique, la MONUC est chargée de soutenir la consolidation des institutions démocratiques et le rétablissement de l'État de droit en RDC, en particulier en favorisant la réconciliation nationale et le dialogue politique interne. La MONUC aidera à l'établissement d'un environnement sûr et pacifique pour la tenue d'élections locales libres et transparentes, qui va s'avérer un nouveau défi au double plan organisationnel et logistique. Une copie de la résolution 1756 du Conseil de sécurité autorisant la prorogation du mandat de la Monuc vous sera distribuée tout à l'heure.

Comme à l'accoutumée, le commandant Gabriel de Brosses, va passer en revue pour nous les activités militaires de la MONUC durant la semaine écoulée.

Depuis la semaine dernière, la situation sécuritaire en République Démocratique du Congo a été relativement calme.

A Gbadolite : le 12 mai, 130 ex-soldats du Détachement de protection présidentiel (DPP) et 150 membres de leurs familles ont été aérotransportés de Gbadolite.

A Gemena : Le 13 mai, 201 enfants associés aux groupes armés de la 36ème Brigade ont été remis à l'ONG Aiglons par l'UNICEF, lors d'une cérémonie en présence du Commandant de la 10ème Brigade des Forces Armées de la république démocratique du Congo (FARDC).

En Ituri :A Doi, 34 enfants associés aux groupes armés ont été identifiés les 7 et 8 mai 2007 lors du ralliement de 223 combattants du FNI. Ils ont été aussitôt remis à l'UNICEF. Les pourparlers entre les FARDC et Cobra Matata en vue du ralliement d'éléments supplémentaires des Forces de résistance patriotique en Ituri (FRPI) sont bloquées. Du fait des absences répétées de Cobra Matata aux réunions de coordination. Néanmoins le ralliement d'éléments isolés du FRPI est un signe encourageant pour la MONUC. Le 14 mai, 149 ex-combattants du Front nationaliste et intégrationniste (FNI) ont été transportés de Kwandroma à Kwampara.

Au Nord Kivu : La situation au Nord Kivu reste confuse et agitée. Ainsi, le 9 et 10 mai 2007, des accrochages ont eu lieu entre les factions Mayi/Mayi des colonels Jackson et Lafontaine sur l'axe entre Alimbongo et Matembe, puis dans la région de Timbo. Le bilan de ces combats n'a pas été confirmé.

Dans la nuit du 10 mai un poste des FARDC a été attaqué à Nyakigana par des éléments du Front démocratique de libération du Rwanda (FDLR). Au même moment, le poste de Kabingu a également fait l'objet d'une attaque des FDLR.

La MONUC a lancé des patrouilles dans la zone de Chuchobo pour contrôler les mouvements de groupes armés signalés dans cette zone.

Dans la région de Muhila, la base mobile opérationnelle (MOB) de la MONUC installée dans la région de Rawaha a pu constater que 50 % des villageois ayant fui leurs maisons sont venus se réinstaller sur place.

La MONUC condamne avec la plus grande fermeté les arrestations brutales de plusieurs mineurs perpétrées récemment par des éléments de la Brigade Bravo et de la police militaire FARDC dans le Rutshuru, pour suspicion de collaboration avec les FDLR. Elle demande instamment aux troupes FARDC de respecter les normes humanitaires internationales en matière de protection des civils, et notamment mineurs dans le cadre de leurs opérations militaires. Une nouvelle MOB de la MONUC a été ouverte à Biruwe pour suivre et contrôler les opérations qui pourraient opposer les FARDC et les FDLR.

Les difficultés du terrain au Nord Kivu et la nécessité permanente d'assurer la protection des populations au Nord Kivu ont conduit la MONUC à renforcer son dispositif militaire dans cette région. A partir du 16 mai, trois compagnies de Casques bleus supplémentaires seront mises à la disposition de la Brigade du Nord Kivu. Ces compagnies seront engagées progressivement avec l'ensemble de leurs moyens et notamment leurs véhicules. Elles participeront à la densification du dispositif de sécurité et de contrôle de la MONUC. Les effectifs militaires de la MONUC au Nord Kivu passeront donc de 3500 militaires à 4300 au terme de ce déploiement.

Au sud Kivu : Dans la continuité des opérations conjointes menées par la MONUC et les FARDC, les FDLR/Rasta se sont repliés dans les directions de Bunyakiri et de Shabunda. L'entraînement de la 16ème brigade intégrée commencera le 26 mai au camp de Luberizi. D'ici à cette date, 300 ex-combattants Mayi/Mayi de la région de Kilembwe devraient rejoindre Luberizi pour y être intégrés.

Au Katanga : Le 12 mai, 134 personnels du DPP sont arrivés au camp de brassage de Kamina en provenance de Gbadolite.

Kemal SAIKI, Directeur, Bureau du Porte-parole et des Relations avec les Médias.

Visite du représentant Spécial dans le Nord Kivu

Très gravement préoccupé par la situation qui prévaut actuellement dans le Nord Kivu, le Représentant Spécial du Secrétaire Général de l'ONU en RDC, William Lacy Swing, a rendu visite, le samedi 12 Mai 2007, aux populations de cette province pour leur exprimer son soutien. Accompagné du Commandant de la Force de la MONUC, le Général Babacar Gaye, du gouverneur du Nord Kivu, de la Représentante d'OCHA en RDC, Gloria Fernandez, et du Chef de Bureau de la MONUC Goma, William Swing s'est rendu, dans le camps de déplacés de Kiwanja, en territoire de Rutshuru, où il tenait à leur marquer sa solidarité.

S'adressant à une délégation de représentants des quelque 5.000 déplacés de Kiwanja, William Swing a déclaré que personne ne pouvait être satisfait de la situation sécuritaire et humanitaire qui prévalait au Nord Kivu, en particulier dans le Rutshuru. « Ma visite au Nord Kivu, ainsi que celles du Commandant de la Force de la MONUC et de la responsable d'OCHA ont pour but d'évaluer la situation et de prendre rapidement les mesures appropriées qui s'imposent », a déclaré le Représentant Spécial.

Au cours de sa visite au Nord Kivu, William Swing s'est également entretenu avec les autorités civiles et militaires de la province, en particulier avec le Gouverneur du Nord Kivu, Julien Paluku et le Commandant de la 8ème Région militaire, le Général Louis Ngizo, avec qui il a discuté des problèmes sécuritaires et inter communautaires dans la province, ainsi que des impacts négatifs du mixage et des opérations militaires en cours, en terme de protection des populations. A ce sujet, il a en particulier évoqué les violations inacceptables des Droits de l'Homme et les tracasseries perpétrées par les éléments des Brigades mixées, en particulier par des ex éléments dissidents mixées faisant aujourd'hui partie de la Brigade Bravo, déployée dans le territoire de Rutshuru, zone de concentration majeure des déplacés les plus récents de la province.

Installation du bureau du Sénat

La MONUC salue la toute récente installation du bureau du Sénat de la République démocratique du Congo. Cette installation est un nouveau jalon dans la transition historique de la RDC vers la paix et la démocratie. La MONUC félicite les membres élus du bureau du Sénat, ainsi que l'ensemble des sénateurs pour l'Å"uvre déjà accomplie avec la mise en place de cette institution majeure de la troisième République.

OCHA

Ituri : Au chapitre humanitaire, notez que la mission conjointe de réponse rapide humanitaire, gérée par OCHA et l'UNICEF, a signalé un retour important de la population (près de 60 % de personnes retournées) dans le territoire de Djugu, en Ituri. Ainsi, l'ONG Agro Alimentaire Allemande (AAA) compte distribuer sous peu des vivres, des outils aratoires et des semences en faveur de 8000 familles dans la région.

Nord Kivu: Dans le Nord Kivu, suite aux opérations militaires lancées par les FARDC contre le FDLR fin avril, on estime qu'au moins 52,000 personnes ont été déplacées. Ce nombre se rajoute aux 113,120 déjà déplacées depuis mi-janvier, lors du déploiement des brigades mixtes. Il n'y a pas eu de déplacement de population civile aussi important dans le Nord Kivu depuis trois ans.

Les besoins humanitaires sont beaucoup plus importants que prévus et les stocks humanitaires sont presque épuisés. Face à ces événements, la communauté humanitaire qui prévoit le déplacement de 330,000 dans les six prochains mois est en train de revoir son plan de contingence pour la province. De plus, l'insécurité a considérablement diminué l'accessibilité des humanitaires aux populations vulnérables, particulièrement en ce qui concerne le territoire de Rutshuru, qui compte parmi les endroits les plus touches par la violence armée.

Sud Kivu : Dans le Sud Kivu, le manque de nourriture au sein de la 8ème Brigade intégrée pourrait conduire à une mutinerie à Luberizi. Selon une source religieuse à Luvungi, l'extrême précarité des conditions de vie des militaires FARDC pourrait à terme conduire à des émeutes. Pour rappel, plus au moins 6.000 personnes dont 3.500 militaires et environs 3.000 femmes et enfants des militaires de la 8ème Brigade intégrée séjournent à Luvungi depuis deux mois et sans assistance de la hiérarchie. Parmi ces militaires, 80 seraient déjà atteint par la malnutrition. La pression faite sur les populations locales pour partager leurs ressources, devient de plus en plus insoutenable.

Affaires civiles

L'ouverture de la Route de Fizi-Minembwe:

Pour terminer, notez que la MONUC a apporté son assistance à l'ONG ACTED pour la réhabilitation du tronçon Fizi-Minembwe, long de 120 km. L'assistance de la MONUC s'est traduite par le transport de plus 3000 litres de carburant , 160 litres de lubrifiant, 2 tonnes de ciment et 200 litres de carburant. L'assistance de la MONUC a permis de surmonter de nombreuses contraintes techniques et d'achever les travaux au bout de deux mois. La réhabilitation du tronçon Fizi-Minembwe permettra les mouvements de population, facilitera le commerce, tout en permettant l'accès humanitaire et l'intégration sociale de la population Banyamulenge isolée dans les Hauts Plateaux.

Ads by Google

Copyright © 2007 United Nations Mission in the Democratic Republic of Congo. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.