Le Potentiel (Kinshasa)

21 Mai 2007

Congo-Kinshasa: Rapport de la Monuc pour avril 2007, graves violations des droits de l'homme en RDC

(Page 2 of 3)

Le 22 novembre 2006, elle a été mise en examen par l'auditorat militaire et placée en détention préventive à la CPRK (Prison centrale de Kinshasa) en compagnie de ses collaborateurs, plus tard le même jour. Les charges retenues contre Me Nlandu étaient liées aux déclarations qu'elle avait faites le 20 novembre 2006 à un groupe de partisans du MLC, hors de la Cour suprême de Justice, à Kinshasa, et au cours d'une interview avec les médias, dans l'enceinte de la Cour suprême de Justice, le 21 novembre 2006 (le jour où une partie des bâtiments de la Cour suprême de Justice a été incendiée et pillée par des manifestants). La Police avait aussi déclaré avoir trouvé trois grenades dans l'une de ses voitures le 20 novembre 2007.

Des soldats FARDC ont été responsables de nombreux cas d'arrestations arbitraires et autres violations des droits de l'homme, particulièrement le droit à l'intégrité physique et le droit à la liberté et à la sécurité des personnes, à travers la RDC.

SUD-KIVU

Le 24 avril 2007, à Bukavu, deux civils auraient été tués et un troisième aurait été grièvement blessé par une dizaine de soldats des FARDC. Ces derniers ont auparavant pénétré par effraction dans la résidence d'un pasteur dans le quartier Muhungu, dans la commune d'Ibanga, en tirant plusieurs coups de feu sur le portail principal. Ils ont par la suite pillé la résidence. Ils ont été stoppés dans leur fuite par un groupe de civils résidant dans le quartier. Les soldats ont tiré dans la foule, tuant ainsi deux personnes sur le champ, et blessant une troisième.

Le 20 avril 2007, dans le quartier Kashala Bonzola, à Mbuji-Mayi, un «diamantaire» aurait été tué par un soldat des FARDC. Cet incident se serait produit lorsque l'auteur a tenté de pénétrer par effraction dans la résidence privée du commerçant pour la piller. Ayant rencontré une certaine résistance de la part de la victime, l'auteur aurait tiré plusieurs coups de feu à travers la porte, la blessant fatalement à la tête. L'auteur présumé s'est par la suite enfui emportant un porte-documents (mallette) et deux téléphones portables appartenant à la victime.

Pendant la nuit du 18 au 19 avril, un civil aurait été tué et un deuxième civil aurait été grièvement blessé, à la suite de l'attaque d'une résidence privée dans le quartier Essence (4 km du centre de Bukavu), par un groupe de quatre soldats des FARDC, membres de la Police militaire. Les auteurs présumés ont pénétré par effraction dans la maison en demandant de l'argent. Le propriétaire de la maison a répondu qu'il n'avait pas d'argent. Les assaillants ont aussitôt tiré deux balles dans sa tête. La victime a succombé sur le champ. La femme de la victime a été blessée et admise à l'hôpital.

Le 28 avril 2007, un étudiant de l'Université de Goma a été abattu par un caporal de la 5ème région Navale. L'auteur présumé avait demandé le téléphone portable de la victime. Le soldat l'aurait abattue parce qu'elle aurait refusé de lui remettre son téléphone portable. La victime est décédée le lendemain, à l'hôpital local. Ce décès a suscité l'indignation de la communauté estudiantine de Goma, suivie de manifestations de protestation, qui ont perturbé les activités dans la ville.

Ads by Google

Copyright © 2007 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.