Nord-Sud (Abidjan)

Cote d'Ivoire: Organisation du 2ème congrès ordinaire du Rdr, des cadres manoeuvrent pour le report

L'incertitude plane de nouveau sur le 2ème congrès ordinaire du Rassemblement des républicains (Rdr). Maintes fois annoncé, la tenue de cette rencontre est menacée. Des cadres manoeuvrent pour obtenir le report. Les divergences internes au sein de ce parti s'affrontent sournoisement. Alassane Dramane Ouattara, le président en personne, a annoncé ce congrès en 2005. Amon Tanoh, le ministre de la Construction a même été désigné président du comité d'organisation. Il est secondé par le ministre Hamed Bakayoko. Le président du Comité scientifique est le ministre Cissé I. Bacongo.

Depuis lors, les réunions du secrétariat se succèdent à la rue Lepic et rien ne pointe à l'horizon.

Va-t-il enfin se tenir se demande-t-on. Les regards sont tournés vers la réunion du bureau politique de ce samedi 28 juillet dite décisive.

Pour certains, le sujet est devenu tabou. Officiellement, aucune raison n'est avancée pour justifier la non tenue de ces assises. De sources bien introduites, certains militants de haut rang de ce parti n'y voient aucun intérêt. Pour eux, le congrès va entraîner un grand bouleversement dans l'establishment du parti. En outre, ces assises pourraient «distraire» le parti de l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara des audiences foraines, de l'identification

Pour ceux qui sont favorables à l'organisation de ce 2ème congrès ordinaire, «le Rdr sclérosé a besoin d'être redynamisé» pour mieux affronter les échéances électorales. Mieux, les militants de base qui ne cachent plus leurs ressentiments trouveront une tribune idéale pour dire leur part de frustration. En retour, Ado pourra les rassurer. Une tribune pour les ministres, élus et autres responsables de rendre compte de leur gestion et d'affronter les défis électoraux. «Le congrès par sa seule tenue va créer une dynamique de mobilisation sur le terrain», soutient un membre de la direction sous le couvert de l'anonymat.

Du côté des jeunes cadres, l'impatience est de plus en plus grandissante. N'ayant pas de visibilité au sein de ce parti, ils se disent condamnés à végéter ou à jouer les seconds rôles à la rue Lepic. Eux aussi attendent ce congrès pour monter en grade au sein de "la Caseverte". Pour eux, il est nécessaire de tirer les leçons du départ de Zemogo Fofana, anciennement secrétaire national aux relations extérieures et actuellement à la tête de l'Alliance nouvelle de Côte d'Ivoire (Anci) et ses compagnons.

Ce qui est indéniable est que le Rassemblement des républicains a besoin d'être doté d'instances régulières et tirer les leçons du passé. Les structures sont devenues caduques selon plusieurs cadres. Affirmer que le Rdr évolue depuis plusieurs années dans un cadre extrastatutaire, donc extralégal est peu dire pour certains observateurs de la politique ivoirienne.

Le 1er congrès ordinaire de ce parti date des 2 et 3 juillet 1995. En janvier 1999, il s'est tenu un congrès extraordinaire avec un seul ordre du jour; l'élection d'un nouveau secrétaire général après la mort du 1er secrétaire général Djeni Kobenan. Huit mois après, soit le 1er août 1999 se tient un second congrès extraordinaire avec pour ordre du jour la création d'un poste de président au sein du Rdr.

Le choix des nombreux militants s'est naturellement porté sur le docteur Alassane Dramane Ouattara. Aujourd'hui, le parti de l'ancien Dga du Fmi ne peut plus échapper à un impératif de régénération, source de revivification.

Ads by Google

Copyright © 2007 Nord-Sud. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.