15 Octobre 2007

Cameroun: Bamougoum - Les militants du Rdpc se déchirent

Accusations et contre accusations sur le financement du Sdf au menu de lettres d'accusation.

Les termes d'une correspondance signée du chef supérieur Bamougoum, le 28 septembre 2007, traduisent l'état d'esprit, qui règne actuellement au sein de la communauté Bamougoum, village situé à proximité de Bafoussam. " Notre groupement est en décrépitude. Les fils et filles Bamougoum s'entredéchirent, se détruisent, les uns les autres. Un groupuscule d'individus égoïstes, sans foi ni loi, attise tout cela. Ils sont parmi nous. ... ", dénonce Jacques Fotso Kankeu.

Le constat dressé par le chef supérieur Bamougoum est amer : " Pour l'heure, la situation est suffisamment grave et préoccupante... " poursuit Jacques Fotso Kankeu qui invite par ailleurs ses sujets à une rencontre programmée le 3 novembre 2007, à la place du marché de la chefferie. Qu'est ce qui justifie la sortie du chef supérieur Bamougoum ?

Une lettre du 3 avril 2007 adressée au président national du (Rdpc), sous le couvert du Secrétaire général du parti au pouvoir. L'objet porte sur la dénonciation des agissements de Sylvestre Ngouchinghe, PDG de Congelcam, entreprise excellant dans la vente du poisson frais. " Sans démentir son appartenance au Rdpc, il ne confirme pas de manière patente son militantisme. Il se limite à financer quelques individus...Il boycotte tout ce que qui est réunion politique. Certains disent qu'il serait un sous-marin du Social Democratic Front (Sdf ", peut-on lire dans cette lettre. L'on soupçonne alors le député Joseph Confiance Fongang et Nestor Nembot, d'être les initiateurs de ce pamphlet. Si le document incriminé porte la signature de Nestor Nembot, celle du député Fongang n'y transparaît point.

En réaction, l'honorable Fongang a saisi le patron de Congelcam pour s'en indigner : " Je voudrais dire, la main sur le cÅ"ur et en toute âme et conscience, qu'il ne m'est jamais venu à l'esprit de prendre ce genre d'initiative, et cela pour plusieurs raisons ", précise-t-il. L'une des raisons se situe au niveau de l'authenticité dudit document : " J'ai l'impression qu'il s'agit d'un tract rédigé par mes détracteurs pour gâter nos relations. J'ai la ferme conviction que l'auteur de cette lettre n'est autre que Daniel Ndefonkou, candidat sur la liste du Rdpc aux municipales 2007 à Bamougoum " ajoute-t-il.

Le 1er août 2007, une autre lettre est venue en rajouter à la confusion. Le nouveau courrier est adressé à Paul Biya, et fait l'état des lieux du Rdpc dans la section Mifi-Ouest après les élections du 22 juillet 2007 : " Monsieur le président, notre défaite ne vient pas de loin, ni du Sdf. Notre défaite provient du double jeu des élites Bamougoum...Les résultats actuels, catastrophiques, portent, je ne peux vous le cacher, l'estampille du seul milliardaire Bamougoum : Sylvestre Ngouchinghe... ", écrit-on. La lettre du 1er août dernier a des marques, à savoir le nom et le cachet nominatif de l'honorable Fongang, même s'il ne s'y reconnaît pas. Il estime que des gens ont scanné sa signature et son cachet à des fins inavouées : " Ils veulent à tout prix monter Sylvestre Ngouchinghe contre moi. Or, ils ignorent que c'est mon frère. Le PDG de Congelcam a toujours appuyé notre parti. Comme les gens veulent nous mettre en conflit, nous avons déposé une plainte contre inconnu à Bafoussam pour identifier ceux qui se cachent derrière les différents courriers ", conclut-il.

Ads by Google

Copyright © 2007 Le Quotidien Mutations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.