Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: Yaoundé débat des problèmes d'intégration dans la zone CEMAC

Kinshasa — Les problèmes d'intégration sous-régionale se trouvent de la rencontre des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), ouverte lundi dernier à Yaoundé, au Cameroun.

Henri Eyebe Ayissi, le ministre camerounais des Relations extérieures (Minrex), a terminé à la fin du mois de mai dernier une tournée à travers les différents pays membres de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac). Une visite qui s'est étendue en République démocratique du Congo où il a été reçu par le président Joseph Kabila.

A tous les chefs d'Etat qu'il a rencontrés au cours de son périple, le Minrex a transmis une invitation de leur homologue camerounais à participer à Yaoundé aux travaux du 9ème sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Cemac. Un sommet qui s'ouvre, d'après nos sources, lundi 23 juin prochain avec l'arrivée dans la capitale camerounaise des personnalités invitées. Les travaux quant à eux commenceront effectivement le lendemain 24 juin 2008 pour prendre fin le lendemain par la finale du tournoi de football qui a cours en ce moment à Yaoundé.

Il faut préciser, en ce qui concerne le président Joseph Kabila, qu'il est invité à prendre part aux assises de Yaoundé en sa qualité de président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (Ceeac). D'autres chefs d'Etat non membres de la Cemac pourront prendre part aux travaux de Yaoundé. Nos sources parlent à cet effet du président de Sao Tomé et Principe Fradique de Menezes, dont le pays frappe aux portes de l'organisation sous-régionale.

Il faut dire, en ce qui concerne ces assises, que les réunions préparatoires se succèdent au niveau du ministère des Relations extérieures à Yaoundé et même au niveau de la Commission de la Cemac que préside le Camerounais Antoine Louis Ntsimi.

Si le calendrier de la rencontre des chefs d'Etat et de gouvernement n'est pas encore rendu public, des indiscrétions permettent d'affirmer qu'il sera beaucoup question de sécurité. L'Afrique centrale est sans conteste aujourd'hui, l'une des zones du continent où ce problème se pose avec autant d'acuité.

Les récents développements de la situation au Tchad, l'un des Etats membres actuellement en proie à une énième rébellion interne, ne sont pas pour démentir ce point de vue. Si la situation s'est quelque peu calmée au Congo, il n'en est pas de même de la République centrafricaine où le régime de François Bozizé a du mal à rétablir la paix à l'intérieur de ses frontières.

AIR CEMAC

Autre sujet de préoccupation des chefs d'Etat et de gouvernement, le fameux passeport communautaire qui a été adopté au cours du 8ème sommet à N'Djamena au Tchad en 2007 et qui aurait dû entrer en vigueur en juillet 2007. Calquée sur le modèle de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), l'idée semble marquer le pas. Des pays comme le Cameroun ayant par exemple décidé de continuer le passeport national, en raison des lenteurs enregistrées dans l'établissement du document communautaire.

La création d'une compagnie aérienne communautaire devrait également constituer un sujet d'intérêt au cours de la rencontre de Yaoundé. Air Cemac devrait ainsi voir le jour dans une sous-région qui est très mal organisée dans le domaine du transport aérien. On note en effet, au niveau de la sous-région, une floraison de petites compagnies aériennes privées là où les compagnies nationales ont du mal à survivre.

Au cas où Air Cemac est finalement agréé par les chefs d'Etat, il devrait, avec l'appui de la compagnie belge, Brussels Airlines s'occuper du transport à l'intérieur de la sous-région, tandis que les compagnies nationales feront les dessertes internationales. La création de cette compagnie devrait notamment aider à faire face aux insuffisances de la sous-région dans le domaine des infrastructures routières et ferroviaires.

Mais Air Cemac ne pourra véritablement marquer son envol que si les Etats membres parviennent à trouver les moyens financiers nécessaires pour son lancement, et surtout surpasser le problème de querelle de leadership qui semble véritablement plomber son lancement, bien que le dossier, notamment en ce qui concerne le volet financier, semble aujourd'hui très avancé, le capital ayant été arrêté à 24 milliards, les Etats membres ayant déjà versé leur quote-part. Le sommet de Yaoundé sera précédé vendredi, d'une réunion du comité des experts de la

Ads by Google

Copyright © 2008 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.