28 Juillet 2008

Cameroun: Affaire Albatros - Ephraim Inoni entendu par le procureur

Le Premier ministre a déféré à une convocation jeudi dernier au tribunal de grande instance du Mfoundi.

Vendredi dernier, 25 juillet 2008, en présidant à Yaoundé la cérémonie d'au revoir à l'équipe devant représenter le Cameroun aux jeux Olympiques de Beijing, Ephraïm Inoni, le Premier ministre (Pm) camerounais, qui n'a laissé transparaître aucune émotion de la longue soirée passée la veille, a mis fin à une rumeur qui a commencé à circuler jeudi soir. Et qui faisait état de son interpellation dans le cadre de l'opération Epervier, cette campagne d'assainissement des moeurs publiques lancée en janvier 2006 par le président de la République, Paul Biya, avec l'interpellation puis la condamnation de certains directeurs généraux de sociétés d'Etat, coupables de détournements de deniers publics.

Selon les différents recoupements effectués tout au long du week-end, Mutations a pu confirmer que cette rumeur n'était pas dénuée de fondement, dans la mesure où la soirée du jeudi, 24 juillet 2008, n'a pas été des plus sereines pour le Premier ministre camerounais. Des sources crédibles au tribunal de grande instance (Tgi) du Mfoundi soutiennent, en effet, que le Pm a dû déférer, peu après 17h, à une convocation du procureur de la République près ledit tribunal. Ladite convocation lui aurait été remise par le vice ¨Premier ministre, garde des Sceaux, Amadou Ali, agissant sur instructions du chef de l'Etat qui aurait conseillé au Pm de se rendre disponible pour la manifestation de la vérité dans le cadre des enquêtes initiées depuis quelques mois.

Pour des besoins de discrétion, Ephraïm Inoni serait arrivé au palais de justice à bord d'un véhicule banalisé de type Prado aux vitres fumées, sans garde du corps, mais en compagnie de son chauffeur et d'un autre personnage que nos sources présentent comme étant son directeur de cabinet, l'ancien député Paul Njié Meoto.

Lequel collaborateur a, ensuite, quitté le palais de justice, laissant le Pm en tête à tête avec le procureur de la République près le Tgi du Mfoundi.

A en croire les mêmes sources, l'audition du Pm a duré plusieurs heures et s'est achevée tard dans la nuit. Mais de quoi ont discuté les deux hommes ? En l'absence de toute information précise sur le motif de la convocation du Pm par le procureur près le Tgi du Mfoundi, l'on peut subodorer que l'audition de Ephraïm Inoni jeudi soir, est en rapport avec l'affaire Albatros, du nom de l'avion acheté au président de la République en 2004 et qui s'est avéré un investissement foireux.

Ambitions

Dans cette affaire pour laquelle certains proches collaborateurs du chef de l'Etat sont soupçonnés d'avoir bénéficié de commissions souvent importantes au détriment de la sécurité du président de la République, le nom de l'actuel Pm a été souvent cité, puisqu'à l'époque des faits, il occupait non seulement les fonctions de secrétaire général adjoint n°2 à la présidence de la République, mais était aussi le président du conseil d'administration de Asset Portfolio Management, une sorte de société écran créée dans l'optique, entre autres ambitions, de ravir à la défunte Cameroon airlines (Camair) l'opération d'achat d'un avion au chef de l'Etat. Peu avant l'audition, le 25 avril dernier par la police judiciaire de Jean Marie Atangana Mebara, ancien secrétaire général de la présidence de la République, et de Yves Michel Fotso, ancien administrateur directeur général de la Camair; la probabilité d'une audition de Ephraïm Inoni avait été évoquée. Interrogée sur le sujet par des journalistes de la Bbc, le Pm avait dit sa disponibilité à contribuer à éclairer la lanterne de la justice en apportant son témoignage sur cette affaire, au cas ou il serait sollicité.

Des sources proches du Premier ministre, que nous avons joint au téléphone hier, ont confirmé cette disponibilité du chef du gouvernement, rappelant que les propos tenus par Inoni Ephraim l'avaient été "longtemps avant le tumulte médiatico-judiciaire qui s'en est suivi". Cependant, précisent nos sources proches du cabinet du Pm, "nous nous étonnons de la manière dont la presse traite ce dossier, puisque c'est au moins la 7e fois qu'elle annonce cette audition dont l'éventualité avait déjà été envisagée par le principal concerné. On espère que cette fois, les lecteurs croiront".

En plus de présider la cérémonie de vendredi dernier au siège du Comité national olympique et sportif à Yaoundé, le Premier ministre a été bien visible samedi où il accompagnait le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna, à une espèce de tour du propriétaire à travers les chantiers de la capitale. Volonté de banaliser les actes posés jeudi?

Ads by Google

Copyright © 2008 Le Quotidien Mutations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.