Le Soleil (Dakar)

Sénégal: Magal de Darou Mousty - A l'origine de l'événement religieux

Le magal de Darou Mousty marque les retrouvailles entre Mame Thierno Birahim Mbacké et Cheikh Ahmadou Bamba, après 7 ans d'exil au Gabon de ce dernier. Le fondateur du Mouridisme est satisfait de la mission qu'il avait confiée à son frère durant son absence. Mame Thierno Birahim a exécuté scrupuleusement toutes les tâches qui lui étaient confiées par Cheikh Ahmadou Bamba avant son départ pour l'exil.

Le magal de Darou Mousty est le deuxième grand événement religieux dans le calendrier mouride. Il a gagné en popularité et attire chaque année des milliers de fidèles. Cet événement a une origine. Il marque les retrouvailles entre Mame Thierno Birahim Mbacké et Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké qui revenait de l'exil du Gabon.

« Avant son exil, Cheikh Ahmadou Bamba avait confié toute sa famille et ses biens à Mame Thierno. Après son retour, une fois à Saint-Louis, Cheikh Ahmadou Bamba, impatient d'avoir des nouvelles de sa famille, a dépêché Cheikh Issa Diène auprès de Mame Thierno pour l'informer de son retour et le convoquer afin de s'entretenir avec lui de tout ce qui s'est passé durant ces longues 7 années d'absence.

Mame Thierno se rendit à Saint-Louis et fit un compte rendu complet à son maître et aîné. Cheikh Ahmadou Bamba était satisfait de la mission accomplie par Mame Thierno », raconte le porte-parole du khalife, Serigne Bassirou Abdou Khoudoss.

C'est un jour très important dans le calendrier mouride. Raison pour laquelle Serigne Fallou a donné le « ndigueul » pour magnifier le jour de retrouvailles entre Mame Thierno et Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. « C'est Serigne Fallou qui a choisi le jour de la célébration du magal de Darou Mousty. C'est un grand jour et tous les khalifes respectent ce ndigueul », indique le porte-parole du khalife, Serigne Bassirou Mbacké.

Mame Thierno, un serviteur exemplaire du Cheikh

Durant 7 ans d'absence d'Ahmadou Bamba Mbacké, Mame Thierno Birahim Mbacké s'est occupé de l'enseignement des fils aînés du Cheikh et des talibés. C'est pour cela que Serigne Fallou s'évertuait à répéter que Mame Thierno Birahim nous a tous enseignés et nous a formés sur le plan spirituel et sur le plan temporel. « Durant l'exil du Cheikh, Mame Thierno a pris la charge de la famille du fondateur du Mouridisme.

Avant le départ pour l'exil, Cheikh Ahmadou Bamba avait recommandé à Mame Thierno d'enseigner le Coran aux fidèles et aux talibés. Borom Darou accomplit toutes ces missions à la grande satisfaction de Cheikh Ahmadou Bamba. C'est tout le sens de la célébration du magal de Darou Mousty », explique Mame Guèye Syll, un talibé qui fait des recherches sur les martyrs de l'islam au Sénégal.

Mame Thierno était, nous informe des voix autorisées, un talibé, un collaborateur qui était entièrement soumis à Cheikh Ahmadou Bamba. « Mame Thierno était, en quelque sorte, le bras droit de Cheikh Ahmadou Bamba. Il était à ses côtés durant près de 62 ans, ils n'ont jamais eu de problème. Ils ne se sont jamais quittés sur les points divergents. Leurs relations étaient exemplaires », nous renseigne Mame Guèye Syll.

Faudrait-il aussi le rappeler, c'est sous les instructions du Cheikh que Mame Thierno a fondé plusieurs localités. Il s'agit des localités, Mbacké Baol, Mbacké Barry, Darou Marname, Darou Salam, entre autres. C'est en 1912 que Mame Thierno a reçu l'ordre du Cheik de fonder Darou Mousty. Mame Thierno, selon les témoignages, a joué un rôle éminent dans l'éducation et la formation spirituelle des personnes.

Parmi, les personnalités religieuses que Mame Thierno Birahim avait enseignées, Mame Guèye Syll cite Modou Moustapha Mbacké, fils aîné de Cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Fallou, deuxième khalife de Touba, Serigne Mactar Binta Lô, Serigne Momar, Serigne Cheikh Thioro, Serigne Balla Thioro, tous les deux derniers fils du fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba.

Son engagement pour la diffusion de l'enseignement coranique se perpétue aujourd'hui à travers de nombreux daaras à Darou Mousty et dans les contrées de la deuxième capitale du Mouridisme.

Cheikh Khady Mbacké, khalife de Darou Mousty : Un guide sur les traces de ses aînés

Le khalife de Darou Mousty, Cheikh Khady Mbacké, a fait la modernisation de la deuxième capitale du Mouridisme sa priorité. Sous son khalifat, il a construit la Résidence Borom Darou et lancé les grands travaux de l'agrandissement de la grande mosquée de Darou Mousty.

L'actuel khalife de Darou Mousty, Serigne Cheikh Khady Mbacké, est l'homonyme de Cheikh Ahmadou Bamba. Le nom Khady est fait pour le différencier avec les autres fils de son vénéré père qui s'appelaient aussi Cheikh Ahmadou Bamba. « L'actuel khalife porte le nom de Borom Touba. On a fait le diminutif pour le différencier avec les autres fils. Son vénéré père avait plusieurs fils qui s'appelaient Cheikh Ahmadou Bamba », explique ce fin connaisseur du Mouridisme et de l'histoire de Darou Mousty, Mbaye Guèye Syll.

L'actuel khalife est né en 1924. Il a appris et maîtrisé le saint Coran auprès de ces illustres ascendants. Et, comme, ces derniers, il tourne le dos aux choses de ce monde si bas. « L'actuel khalife ne veut pas habiter dans un palais. Il préfère une case modeste comme Borom Darou, et aussi comme les khalifes qui l'ont précédé.

C'est un érudit », nous informe Mame Guèye Syll. Et comme ces prédécesseurs, il attache une importance capitale à l'enseignement du saint Coran et au travail. « Le khalife Cheikh Khady Mbacké est en train de marcher sur les pas de son vénéré père et des khalifes qui l'ont précédé. Il accorde un grand attachement à l'enseignement du saint Coran et au travail », révèle Mame Guèye Syll.

La modernisation de la deuxième capitale du Mouridisme fait partie de ses priorités. La preuve, c'est sous son khalifat que la Résidence Borom Darou a été construite. C'est lui aussi qui a lancé les grands travaux de d'agrandissement de la grande mosquée de Darou Mousty.

Et aussi, comme les autres khalifes, Serigne Cheikh Khady respecte toutes les instructions venant de la cité religieuse de Touba. « Avant de faire quoi que soit, il se réfère à Touba, même lorsqu'on dit que la lune est apparue pour le démarrage ou la fin du mois de ramadan ; il attend toujours le « ndiggueul » de Touba », nous informe, Mame Guèye Syll.

Rappelons que c'est Thierno Birahim Mbacké qui fonda Darou Mousty en 1912 sur introduction de son frère, Cheikh Ahmadou Bamba. L'illustre Thierno Birahim Mbacké est retourné auprès du créateur en 1982.

Il sera remplacé par Serigne Abdou Khoudoss qui occupe le khalifat jusqu'en 2003, année de sa disparition. Il sera succédé par le khalife Cheikh Khady Mbacké.

Ads by Google

Copyright © 2008 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.