Togo: Revalorisation du Smig et du Smag

Le gouvernement togolais a décidé d'augmenter de plus de 100% le salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) qui passe désormais de 13.757 à 28.000 FCFA (20,96 à 42,67 euros), a-t-on appris jeudi de source officielle.

Le salaire minimum agricole garanti (Smag) a également subi une augmentation dans la même proportion.

"Il s'agit de mesures d'accompagnement visant à atténuer les effets sociaux de la flambée des prix sur les marchés et de l'ajustement des prix des produits pétroliers", a indiqué Pascal Bodjona, ministre d'Etat et porte-parole du gouvernement.

Les autorités ont procédé mercredi à une augmentation de 4 à 18% des prix du carburant en raison de la flambée des prix sur le marché international.

L'Etat a également décidé de réduire de 7%, l'impôt sur les sociétés, soit de 30 à 37% pour les industries et de 40 à 33% pour les autres sociétés, a souligné M. Bodjona.

Une prime mensuelle de transport de 5.000 FCFA (7,62 euros) sera allouée à tous les agents de l'Etat jusqu'en décembre, soit une charge de plus de 176 millions de FCFA (268.400 euros) pour l'Etat, a-t-il ajouté.

On dénombre au Togo plus de 35.300 agents de l'Etat, selon les récentes statistiques du ministère de la Fonction publique.

Voici le communiqué du Conseil des ministres

Le conseil des ministres s'est réuni ce mercredi 13 août 2008 au Palais de la Présidence de la République, sous la présidence du chef de l'Etat, Son Excellence Faure Gnassingbé.

Au cours de ses travaux, le conseil a écouté une communication et pris une série de mesures pour atténuer les effets de la vie chère.

La communication, faite par le ministre du travail et de la sécurité sociale, porte sur le relèvement du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du salaire minimum agricole garanti (SMAG) au Togo.

En effet, les salaires minima légaux en vigueur au Togo datent de 1990. Dix huit ans après, le pouvoir d'achat a subi une très forte érosion marquée par la dévaluation du franc CFA et les effets de la suspension de la coopération avec nos partenaires. L'inflation générée par la conjoncture économique mondiale actuelle est venue aggraver cette situation déjà difficile à maîtriser.

Lors des assises du dialogue social tripartie, les représentants du gouvernement et les partenaires sociaux ont pris conscience de la nécessité de prendre un certain nombre de mesures urgentes en vue de relever ce pouvoir d'achat des travailleurs et leur permettre ainsi de faire face aux multiples problèmes engendrés par le contexte socio-économique difficile que connaît le pays.

L'une des mesures proposées à court terme a été d'étudier la possibilité du relèvement du SMIG et du SMAG en vigueur dans notre pays et qui ne correspondent plus aux réalités économiques du quotidien des travailleurs togolais.

A l'issue donc des négociations que le gouvernement a engagées avec les acteurs sociaux, notamment le patronat et les organisations syndicales, il a été décidé la revalorisation du SMIG et du SMAG horaire à 161, 54 F CFA, soit 28.000 F CFA par mois dès la fin du mois d'août 2008.

Par ailleurs, le gouvernement, pour permettre à toutes les couches sociales de faire face au phénomène général de la vie chère, aux difficultés liées à la flambée des prix du carburant et des produits de première nécessité, aux effets induits par les intempéries que notre pays a connues ces dernières semaines, a décidé de l'adoption de mesures d'accompagnements afin de soulager nos compatriotes et assister le panier de la ménagère :

Sur le plan du commerce et des transports, sept mesures ont été prises :

1. le ministre des transports est en discussion avec les transporteurs afin de déterminer les tarifs des transports urbains et interurbains des marchandises et des personnes ;

2. l'élimination des frais qu'occasionnent les contrôles excessifs sur toutes les routes. Désormais, seuls les postes de contrôle de Davié et de Mango sur la route nationale n°1, Zanguéra sur la route nationale n°2 et Aného sur la route nationale n°3 seront maintenus ;

3. la non augmentation du prix du pétrole lampant, et ce, en faveur des populations rurales ;

4. la non augmentation des tarifs d'eau et d'électricité, malgré la flambée des prix du JET A1 et du Gasoil ;

5. le maintien de la subvention sur le gaz domestique ;

6. la formalisation et la redynamisation de la commission nationale ad hoc sur la vie chère créée auprès du Premier ministre ;

7. réflexion sur la création de magasins témoins dans les chefs lieux de préfectures en vue d'assurer l'approvisionnement régulier et à des prix de référence, des produits de première nécessité.

Sur le plan des finances et de l'impôt, quatre mesures ont été prises :

1. réduction de 7 % de l'impôt sur les sociétés (IS), soit de 37 à 30 % pour les industries, et de 40 à 33 % pour les autres sociétés ;

2. réduction de 10 % de l'impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) ;

3. paiement du dernier arriéré de pension (juin 2003) aux retraités émargeant à la Caisse de Retraites ;

4. une indemnité de transport de 5.000 francs CFA/mois au profit de tous les agents de l'Etat jusqu'en décembre 2008.

Cette indemnité, conjoncturelle et transitoire, sera remplacée par une réduction de 10 % de l'IRPP dès janvier 2009 qui, elle, sera permanente.

Le conseil a en outre, pris des mesures relatives à la police d'assurances et accidents corporels.

Ainsi, les agents de l'Etat seront désormais couverts contre les accidents corporels qui peuvent leur être causés, entraînant pour eux, soit le décès, soit l'incapacité permanente totale ou partielle.

Ads by Google

Copyright © 2008 Republic of Togo. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.