Wal Fadjri (Dakar)

Sénégal: Moustapha Niasse - 'Abdoulaye Wade doit démissionner'

interview

Si Moustapha Niasse était à la place de Wade, il aurait dissous l'Assemblée nationale et le Sénat, au lendemain de la claque monumentale reçue au sortir des locales. Mieux que cela, le leader de l'Afp est d'avis que le chef de l'Etat devrait tout simplement rendre le tablier.

Votre suprématie vient d'être confirmée dans le département de Nioro. Quels sont les premiers enseignements que vous en tirez ?

Cette victoire éclatante de la coalition Benno Siggil Senegaal dans le département de Nioro, mais aussi sur l'ensemble du territoire national, prouve qu'Abdoulaye Wade doit démissionner à la tête de ce pays, parce que le peuple sénégalais lui a montré qu'il ne veut plus de lui. En tout cas, si j'étais à sa place, j'allais dès demain (l'interview a eu lieu dimanche, Ndlr) dissoudre l'Assemblée nationale et le Sénat et organiser de nouvelles élections.

Abdoulaye Wade a trahi le peuple sénégalais, il l'a mis dans une situation catastrophique. Il a plus la maîtrise de la parole et des promesses que de l'action concrète et du résultat. Aujourd'hui, son résultat s'est traduit par une levée de boucliers, par des brassards rouges et des huées. Lui-même l'a reconnu avant de dire qu'il va en tirer les conséquences.

Abdoulaye Wade a une fixation paranoïaque sur le département de Nioro et je pense que c'est une pathologie chez lui, une maladie et je lui conseille d'aller voir un médecin qui pourrait le guérir. Je pense qu'il doit s'occuper de sa ville natale Kébémer au lieu de se préoccuper à chaque instant du département de Nioro. Aujourd'hui, il a déployé beaucoup de moyens dans cette nouvelle commune de Keur Madiabel et je l'ai largué par terre. En tout cas, je n'ai aucune fixation sur les populations de Kébémer ; je les respecte beaucoup et je les considère comme des patriotes.

 Comment jugez-vous la défaite de certains responsables du Pds au niveau de leur fief ?

Mon seul combat politique va à l'endroit d'Abdoulaye Wade et de son gouvernement. Pour dire que je n'ai pas d'autres interlocuteurs qu'Abdoulaye Wade. Non pas pour des raisons personnelles, mais pour des raisons politiques. Je ne parle pas avec Karim Wade, son fils biologique, encore moins avec les subalternes qui sont derrière lui.

Mais ce que je peux vous dire sur cette situation, c'est qu'il est vraiment honteux qu'il y ait six ministres dans la ville de Saint-Louis et qu'on les batte là-bas. Ceci prouve qu'ils ne travaillent pas. Ils sont tous des hommes sans dignité qui profitent de l'argent des Sénégalais pour régler leurs propres intérêts.

 Me Wade a annoncé récemment que vous étiez vieux et qu'il fallait l'accompagner à la retraite

(Il nous coupe) Abdoulaye Wade a la hantise d'un rival en puissance, il est comme le Dieu Chronos qui mangeait ses enfants, mais ce ne sera pas le cas avec moi. Je viens d'avoir 72 ans et lui roule sur les 83 ans, d'après ses dires, mais tous les Sénégalais savent qu'il a dépassé cet âge. Nous sommes là pour mener un combat juste et noble que tous les Sénégalais apprécient, alors nous allons le continuer jusqu'au bout.

Ce ne sont pas les paroles d'Abdoulaye Wade qui nous feront reculer. J'ai entendu qu'il a annoncé qu'il va arrêter le signal de toutes les radios qui ne seront pas en règle. Je lui demande d'arrêter son jeu. Il est habitué à leurrer les Sénégalais à la suite de chaque événement. Il veut que les Sénégalais oublient sa lourde défaite, c'est pourquoi il a essayé de poser un autre débat. Alors, comme il a accepté qu'il est à la retraite, il doit démissionner, encore une fois, pour sauver la vie des Sénégalais qui vivent dans des conditions misérables.

Ads by Google

Copyright © 2009 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.