Cameroon Tribune (Yaoundé)

Cameroun: Grands projets énergétiques - Urgence signalée

Le récent passage au Cameroun de Jean Philippe Puig, président du Conseil d'administration d'Alucam/Socatral et président du Groupe Metal Primaire Europe, Moyen-Orient et Afrique de Rio Tinto Alcan, aura connu un grand retentissement. En effet, les déclarations de ce haut responsable au sujet du déficit énergétique qui plombe l'activité économique au Cameroun depuis plusieurs années ont eu le mérite de retourner le couteau dans une plaie béante, sans doute pour provoquer un sursaut et inciter enfin à l'action.

Il faut désormais se résigner à admettre que le projet d'extension de l'usine Alucam d'Edéa ne peut se réaliser tant que le pays ne produit pas suffisamment d'énergie électrique. Les effets d'entraînement escomptés, en termes de création d'emplois, d'opportunités d'affaires pour les PME locales, de transfert de technologie, de savoir-faire, de construction de nouvelles infrastructures routières, ferroviaires et bien d'autres, sont donc renvoyés à une date ultérieure. Ce projet structurant n'est pas le seul à souffrir de l'insuffisance de l'offre énergétique.

Alucam, dans sa configuration actuelle, en pâtit déjà, puisque l'usine tourne à moins de 70% de ses capacités, du fait de délestages fréquents. Tant que le barrage de retenue d'eau de Lom-Pangar ne sera pas construit, il faudra donc attendre, car c'est cet ouvrage stratégique qui va permettre le développement industriel de toute l'hydrologie sur la Sanaga, par une meilleure régulation du débit de ce fleuve notamment en saison sèche.

A moyen terme, les espoirs sont fondés sur la centrale à gaz de Kribi, prévue pour être opérationnelle dans deux ans, si tout se fait dans les délais. En attendant, le test de conjoncture réalisé par la direction nationale de la BEAC indique que selon les prévisions de Aes-Sonel, la production de l'énergie électrique va enregistrer une timide augmentation de 0,5% pendant le 2e trimestre 2009, par rapport à celle du trimestre précédent, pour se situer à un volume de 1 145 547 MWH, inférieur à la demande.

Les entreprises doivent ainsi faire appel à d'autres sources d'approvisionnement, par exemple les groupes électrogènes, si elles veulent fonctionner en continu. Evidemment, cette option induit des coûts supplémentaires (achat du générateur et carburant). Au final, l'entreprise est peu compétitive, à cause des coûts de facteurs de production élevés.

On le voit, l'énergie électrique, qu'elle soit d'origine hydraulique, thermique, solaire, éolienne, nucléaire, etc, est un facteur de production incontournable dans une économie moderne. Son offre doit être suffisante et bon marché. Ce qui est loin d'être le cas au Cameroun, qui a pourtant le deuxième potentiel hydroélectrique du continent africain, après la République Démocratique du Congo. Notre pays a également des gisements de gaz exploitables, une énergie solaire bien répartie, des ressources en biomasse considérables.

Des projets existent pour mettre en valeur tout ce riche potentiel. Mais ils tardent à sortir de terre. Provoquant ainsi le courroux du président de la République, surtout après l'exaspération des populations dans plusieurs localités en 2007, suite aux coupures prolongées du courant électrique. Dans son message à la Nation le 31 décembre 2007, le chef de l'Etat déclarait que « dans un pays qui dispose d'un potentiel hydroélectrique important, de gisements de gaz exploitables, il est incompréhensible que l'on souffre d'une telle pénurie. Pourtant, des projets de barrages, de centrales électriques existent qui font depuis des années l'objet de négociations.

Alors, je demande que là aussi, on passe à l'action, que les décisions soient prises, que les engagements soient tenus et qu'en cas de carences, les conséquences en soient tirées ». Plus d'un an après ces propos, l'urgence est plus que signalée. Le dossier que nous vous proposons vise à faire le point sur les différents projets, et surtout, à présenter l'impact de la pénurie d'énergie électrique sur l'économie et les ménages.

Ads by Google

Copyright © 2009 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.