Wal Fadjri (Dakar)

4 Juin 2009

Ghana: Lancement du Ceibs - Accra hôte d'un campus innovant

L'initiative est une joint-venture entre l'Union européenne et la Chine ; le président est Espagnol, les enseignants de toutes les nationalités, de même que les étudiants L'Afrique était le seul continent à n'avoir pas une excroissance de ce Ceibs, qui vient d'ouvrir un campus au Ghana.

Le Ghana n'est pas encore sorti de l'euphorie née de l'annonce d'être le premier pays africain à recevoir la visite du président Barack Obama en juillet prochain et voilà qu'une autre nouvelle vient accroître la bonne cote de ce pays : la plus grande business school d'Asie et la 8e du Top mondial (selon le classement du Financial Times) l'a choisi pour y ouvrir son campus.

C'était un événement et Accra l'a salué dans le folklore et déroulé le tapis rouge aux acteurs de cette innovation. A travers les rues d'Accra, on leur fraye la voie, toutes sirènes hurlantes. La cérémonie a eu lieu le 20 mai dernier à Accra. En présence de hautes personnalités africaines et d'autres nationalités qui ont accepté de parrainer l'ouverture du campus du China Europe International Business School de Shangaï (Ceibs). Il y a l'ancien président de l'Union africaine Amar Essy, l'ancien chef de l'Etat libérien le Pr Amos Sawyer, l'ambassadeur du Cameroun, ancien doyen du corps diplomatique à Pékin, notre compatriote Adama Gaye, auteur de Chine-Afrique - le Dragon et l'Autruche, le président du Ceibs Pedro Nueno, le Pr Kwaku Atuahene-Gima, directeur du nouveau campus.

Une grosse affaire, une affaire prestigieuse. D'illustres personnalités lui ont donné leur caution et image. Ils étaient tous présents à Accra le 20 mai dernier pour le lancement de cette innovation. Une cérémonie en grande pompe et dans le folklore dans la solennité et le folklore.

L'initiative est une joint-venture entre l'Union européenne et la Chine ; le président est Espagnol, les enseignants de toutes les nationalités, de même que les étudiants L'Afrique était le seul continent à n'avoir pas une excroissance de ce Ceibs qui a un campus en Argentine, en Espagne, au Mexique, au Portugal.

La première cohorte d'étudiants africains est constituée exclusivement de Ghanéens et de Nigérians. Tous des 'executives' (dirigeants d'entreprises) qui viennent témoigner qu'il n'y a pas un âge pour se remettre aux études et qu'on n'est pas trop haut placé pour apprendre dans des domaines autres que le sien. Ils viennent suivre un programme de huit jours de cours par mois.

'Le projet que nous lançons est important pour l'Afrique ; il va changer la nature, l'objet et le mode de gestion de l'éducation en Afrique', plaide le président du Ceibs, l'Espagnol Pedro Nueno. Nous avons cru que l'avenir est en Afrique et créer une opportunité'. Et comme pour renchérir le ministre ghanéen de l'Education, Alex Tettey-Enyo dira qu"il doit être donné à tout citoyen la chance d'aspirer au plus haut niveau d'éducation pour la simple raison qu'une nation éduquée, qualifiée et un peuple bien informé avec une compétence entrepreneuriale qui peut transformer et développer notre nation en un pays développé'.

Est-ce un moyen de promouvoir en Afrique ce modèle chinois du business qui a fait de la Chine une nouvelle puissance économique. 'Non, le business s'enseigne partout', rétorque le Pr Atahuene-Gima, directeur ghanéen du campus du Ceibs au Ghana. Cependant, reconnaît à son tour le président Nueno, l'un de leurs objectifs est de 'jouer aussi un rôle dans les relations sino-africaines. Si de nombreuses entreprises chinoises vont en Afrique, nous devons aider dans le processus'.

Ads by Google

Copyright © 2009 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.