Cameroun: Maikano Abdoulaye - Le sursaut du briscard

Délogé de la Commune urbaine de Garoua, il devra se ronger les freins à la présidence de la République.

Il n'avait plus été aperçu en public depuis qu'il a quitté ses bureaux de la Commune urbaine de Garoua. Ce hiérarque du régime en place s'est terré dans son harem de Poumpoumré à Garoua. recevant à longueur de journée, de nombreuses personnalités. Et c'est dans cette ambiance studieuse que Maïkano Abdoulaye a appris la nouvelle de sa nomination au poste d'ambassadeur itinérant. Une fonction qu'avait déjà occupée un de ses congénères le défunt Moussa Yaya Sarkifada.

Une marque assurément de reconnaissance du président Paul Biya a cette légende vivante de l'armée camerounaise. Lui qui a fait partie du premier contingent d'étudiants du Nord-Cameroun envoyé en France en 1950 par Ahmadou Ahidjo, alors délégué à la première Assemblée représentative du Cameroun. Bachelier en 1955, Maikano Abdoulaye qui est reçu en 1958 au concours d'entrée aux écoles nationales vétérinaires françaises à Saint-Maur-des-Fossés a été intégré à l'École nationale vétérinaire de Toulouse puis effectué un stage à l'Institut d'Élevage et de Médecine vétérinaire des pays tropicaux en 1964.

Ce qui débouche sur une thèse de doctorat vétérinaire à la Faculté des Sciences de Toulouse : " Le facteur humain dans l'élevage au Cameroun ".

De retour au pays en juillet 1964, il est nommé adjoint au chef de secteur Nord de l'élevage à Maroua de juillet 1964 à janvier 1966, date à laquelle il est nommé Directeur de l'Élevage et des Industries animales au Secrétariat d'Etat à l'Élevage du Cameroun oriental. Son long bail au gouvernement s'engage alors le 12 juin 1970 lorsqu'il est nommé ministre de la Fonction publique. Lors du remaniement ministériel du 3 juillet 1972, il devient ministre du Plan et de l'Aménagement du Territoire. Le 30 juin 1975, Maikano Abdoulaye est nommé ministre de l'Élevage et des Industries animales avant de faire un come back le 2 mai 1978 au ministère de la Fonction publique. Un strapontin qu'il quitte le 17 juillet 1980 lorsqu'il est nommé ministre des Forces armées. Entre temps le fils de Djalo et de Missa, a pu par décret du 09 mars 1979 changer de nom, passant de Abdoulaye Maikano à Maikano Abdoulaye.

Un simple jeu de mots en somme pour ce fils de la Benoué né en 1932 à Gaschiga, arrondissement de Garoua.

Et le 7 janvier 1982, il est promu ministre d'Etat chargé des Forces armées ; poste qu'il a occupé jusqu'au 22 août 1983. Le 14 septembre 1985, Maikano Abdoulaye devient directeur général de Lanavet (Laboratoire national vétérinaire) près de Garoua. il est mis en retraite le 31 décembre 1993. C'est de cette retraite qu'il est tiré pour gérer la bouillonnante commune urbaine de Garoua contrôlée par l'Undp. Une mission à laquelle il s'est attelé avec plus ou moins de bonheur. Et c'est de l'oisiveté qui l'a gagné depuis qu'il a quitté la Commune urbaine en février dernier, que le président de la République l'a nommé ambassadeur itinérant. Un sursaut pour cet ancien élève de l'école régionale de Garoua, du collège secondaire à Bongor au Tchad et du cours complémentaire de Garoua.

Ads by Google

Copyright © 2009 Le Quotidien Mutations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.