Les Echos (Bamako)

19 Septembre 2009

Mali: Inondations à Bamako - L'obstruction des caniveaux décriée

Les eaux de pluie ont occasionné des dégâts à Bamako à cause surtout de l'obstruction des caniveaux.

Les manifestations pluvieuses de ces dernières semaines dues, selon les météorologues, au changement enregistré au Front intertropical (Fit), ont occasionné des inondations importantes tant à Bamako qu'à l'intérieur et dans l'ensemble de la sous-région. Mais les différentes villes du Mali ont connu des fortunes diverses avec des effondrements de maisons, noyades, destructions de culture, entre autres.

Les dégâts constatés à Bamako font état de maisons écroulées et de noyades. Pour situer les causes des dégâts, une réunion conjointe a regroupé, la semaine dernière, les ministres en charge de l'Administration territoriale et des Collectivités locales, de la Sécurité intérieure et de la Protection civile et celui de l'Assainissement et de l'Environnement.

Selon leurs constats, la capitale a un important réseau de collecteurs et de caniveaux pour le drainage des eaux usées et de pluie. Mais une bonne partie de ces équipements ne fonctionnent plus parce qu'ils sont obstrués.

Apparemment, les efforts déployés à la veille de l'hivernage, par des mairies communales et la mairie du district visant à curer les caniveaux, relèvent plus du folklore.

Incivisme

Les ordures sorties des collecteurs ne sont pas ramassées à temps et finissent par redescendre dedans. L'incivisme pousse certaines populations à faire des mêmes caniveaux et collecteurs des dépôts d'ordures ménagères.

Un autre phénomène qui a cours, c'est celui de l'obstruction par des chantiers construits dans le lit de marigots, sans respect du plan d'urbanisation. Le chantier de la future gare de Bittar Trans, sur l'avenue de l'OUA à Sogoniko, coupe le sommeil aux populations de ce quartier. Ces dernières accusent le propriétaire du chantier, Jeamille Bittar d'avoir obstrué le passage des eaux du grand collecteur et du marigot situés à côté du cimetière.

Ce qui a pour conséquence l'inondation du cimetière chaque fois qu'il pleut abondamment avec son lot d'effondrement de tombes et de clôtures du lieu de repos des morts. Plusieurs concessions avoisinantes ont été inondées et écroulées.

Les populations de Sogoniko, à bout de nerf, ont cassé des pans du mur d'enceinte du chantier pour réagir à l'indifférence des autorités. Celles-ci se cachent derrière l'explication selon laquelle Bittar a acheté la parcelle avec un particulier, comme pour dire qu'il peut en jouir comme bon lui semble au détriment de l'intérêt public.

Ces inondations dans la capitale provoquent des embouteillages dans la circulation. Les usagers ont du mal à se frayer un chemin puisque le goudron est souvent impraticable et la visibilité nulle.

Ads by Google

Copyright © 2009 Les Echos. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.