Fasozine (Ouagadougou)

Afrique: Indice de développement humain du PNUD - Le pays 177eme sur 182

Le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) a divulgué ce lundi 5 octobre 2009, son traditionnel classement annuel de l'Indice de développement humain (IDH). Il n'y a pas de véritables surprises. Sur 182 pays membres des Nations unies pris en compte, la Norvège est en tête. Quant au Burkina Faso, il se classe à la 177e place, juste devant le Mali, la république centrafricaine, la Sierra Leone, l'Afghanistan et le Niger.

L'IDH est un indicateur du bien-être de la population, qui mesure le niveau atteint par un pays en termes d'espérance de vie, d'instruction, du PIB par habitant,... Cette année, il a été calculé pour 182 pays et territoires, soit la couverture la plus large à ce jour. Les estimations, qui reposent sur les informations disponibles les plus récentes recueillies par les Nations Unies et d'autres partenaires internationaux, s'appuient sur les données de 2007 (avant donc la crise financière internationale).

Aucun pays africain, et ce n'est pas un scoop, ne figure dans la liste très sélecte des 38 pays où le développement humain est jugé «très élevé». La Norvège, l'Australie et l'Islande occupent les plus hautes marches du podium, suivis du Canada, de l'Irlande, des Pays-Bas, de la Suède, de la France...

La Libye, avec sa 55e place dans la liste des pays au «développement humain élevé», est le pays africain le mieux classé, devant des pays comme Oman, les Seychelles, le Venezuela, l'Arabie Saoudite et le Liban.

Il faut plonger dans les profondeurs de la liste pour découvrir la masse des pays africains qui s'y agglutine. Avec 22 pays figurant au bas du classement, l'Afrique fait grise mine. Le Burkina, classé avant-dernier dans le rapport 2007-2008 (176e sur 177), occupe cette fois-ci le 177e rang (sur 182), et fait mieux que le Mali, la république centrafricaine, la Sierra Leone et l'Afghanistan. Le Niger, bien que gorgé d'uranium, mais avec un revenu annuel par habitant d'environ 600 dollars et plus de 70% d'adultes illettrés, fait figure de dernier de la classe. Seuls intrus dans cette cohorte de "lanternes rouges", le Timor et l'Afghanistan, qui bien qu'ayant reçu plus de 20 milliards de dollars de l'Occident depuis la chute des talibans en 2001, connaît une forte mortalité infantile.

Il est à noter que dans le même temps, le PNUD a publié son rapport mondial sur le développement humain intitulé «Lever les barrières : mobilité et développement humains», qui tente de démontrer «que la migration peut améliorer le développement humain pour les personnes migrantes, pour les communautés d'accueil et celles de départ».

1 -Norvège

2- Australie

3 -Islande

4 -Canada

5 -Irlande

6- Pays-Bas

7 -Suède

8 -France

9 -Suisse

10 -Japon

11- Luxembourg

12 -Finlande

13-États-Unis

14- Autriche

15- Espagne

16 -Danemark

17 -Belgique

18 -Italie

19- Liechtenstein

20 - Nouvelle-Zélande

Les 24 pays où le développement humain est «faible»

159- Togo

160 -Malawi

161 -Bénin

162 -Timor-Leste

163 -Côte d'Ivoire

164 -Zambie

165 -Érythrée

166 -Sénégal

167 -Rwanda

168- Gambie

169 -Libéria

170 -Guinée

171- Éthiopie

172 -Mozambique

173 -Guinée-Bissau

174 -Burundi

175 -Tchad

176 -Congo (République Démocratique du)

177 -Burkina Faso

178- Mali

179- République centrafricaine

180- Sierra Leone

181 -Afghanistan

182 -Niger

Ads by Google

Copyright © 2009 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.