Le Potentiel (Kinshasa)

31 Octobre 2009

Congo-Kinshasa: Pépé Felly Manuaku Waku revient sur scène à Kinshasa

Kinshasa — Son nom est à jamais attaché à l'orchestre Zaïko Langa Langa. Pépé Felly Manuaku Waku retrouve la scène à Kinshasa. Et c'est le Centre Wallonie-Bruxelles dans sa politique de la recherche des virtuoses qui lui offre cette opportunité de communier directement avec les mélomanes. Ceux-ci vont se retrouver dans un voyage qui partira de la rumba congolaise jusqu'au rythme Cavacha, en passant par les sons traditionnelles et autres.

Sur la scène du Centre Wallonie-Bruxelles que l'ancien guitariste de Zaïko Langa Langa et fondateur de Grand Zaïko Wawa, Pépé Felly Manuaku Waku effectue son retour sur scène à Kinshasa. L'événement est fixé au vendredi 18 décembre à partir de 19 heures. L'annonce a été faite lors de la présentation du programme de cet espace culturel belge le mercredi 28 octobre. Ce mercredi-là, Manuaku Waku, guitariste et également chanteur, a laissé le public sur sa faim et donné l'avant-goût du spectacle qui aura lieu le 18 décembre.

Cela, en jouant le tube Elo de Teddy Sukami, un air légendaire de Zaïko Langa Langa au milieu des années 1970. En featuring avec le guitariste jazz François Mantuila, ils ont interprété l'intemporelle chanson « Africa Mokili Mobimba » de Mwamba Dechaud. « le spectacle du 18 décembre prochain s'articulera autour de la rumba congolaise jusqu'au son et rythme Cavacha. Entre les deux pôles, il y aura des sons traditionnels et d'autres. Ce sera une sorte de voyage », a fait savoir ce virtuose de la guitare qui a fait rêver toute une génération.

Après avoir passé plusieurs années à Lausanne en Suisse, Manuaku Waku vient d'ouvrir une école de musique à Kinshasa pour aider les jeunes talents de la musique à s'épanouir. En terre helvétique, il avait formé le groupe African Mambo qui se voulait l'ambassadeur de la «Rumba», du «soukouss», mais aussi du «zouk», de la «Salsa», du «Mambo» et du «Merengue». Ce groupe a été constitué, pour l'essentiel, d'artistes chevronnés dont certains noms connus.

Parmi eux, le chanteur de charme Blaise Matadidi alias «Blaise Canta» (un ancien d'Empire Bakuba), le batteur Dalo Mussenge dit «Dalo Star» , le trompettiste Souris Kongolo (un ancien de l'OK Jazz), le pianiste Michel Kibonge, le bassiste Médard Mbanza, (ancien du Grand Zaïko), des chanteurs Jerry Wanshe, Salomon Mundeba et Willy Lindanda. Il y avait également des guitaristes Mathis Lukondo, trompétiste Fanck Vediaka, Thomas Monene et Pierrot Mundeba, et du Cubain Mambi aux congas.

CREATEUR DE LA 3EME ECOLE DE GUITARE DE LA RUMBA CONGOLAISE

Guitariste et chanteur congolais, Félix Manuaku Waku, alias Pépé Felly est un ancien étudiant de l'Académie des Beaux-arts de Kinshasa. Avec des chanteurs comme Papa Wemba, Nyoka Longo, etc., il est cofondateur en 1969 du groupe Zaïko Langa Langa, considéré aujourd'hui comme un patrimoine culturel congolais. Son nom est donc attaché à ce groupe phare de la rumba congolaise.

Depuis 1973, les médias congolais désignent Pépé Felly comme le meilleur guitariste de la troisième génération, celle de la musique dite des jeunes à l'époque, autrement dit de la pop africaine. Ce virtuose de la guitare a inventé un style et un son, le « Seben,».

Inspiré par le bruit des roues du train sur les rails lors d'un voyage, le Seben est une combinaison de notes dansantes, et a fait la réputation des musiques urbaines du Congo-Kinshasa à travers le monde.

Pépé Felly Manuaku Waku est donc considéré comme le créateur de la troisième école de guitare dans la musique congolaise moderne. Les deux autres écoles étant créées par Franco Luambo Makiadi du T.P. OK Jazz et Docteur Nico Kassanda de l'African Jazz avec Grand Kallé et l'African-Fiesta.

Evoluant toujours au sein de Zaïko Langa-Langa, Pépé Felly a fondé en 1978 avec Ray Lema, l'orchestre expérimental les Ya Tupas, pour améliorer les sonorités de la musique congolaise. Cette expérience fût couronnée de succès, puis les Ya Tupas ont remporté le prix «Maracas d'or».

En 1979, Pépé Felly a introduit le synthétiseur dans la musique congolaise. Bien avant l'arrivée de cet instrument dans la musique de sa terre natale, il osa prêter ses pédales de guitare au pianiste Nzenze. Ainsi, pour la première fois des sons similaires au synthétiseur prenait place dans la musique de Kinshasa. Pépé Felly est une figure emblématique (peu connue du grand public) de cette guitare qui a littéralement dominé la musique de Zaïko, formation qu'il quitte en 1980. C'est aussi un talent sans frontières. Au plus fort de sa carrière, Pépé Felly Manuaku Waku a joué en 1977 avec Tabu Ley Rochereau au Festac de Lagos, enregistré «Love me Love me » avec Jimmy Cliff, la star de la musique jamaïcaine, le chanteur Français Jacques Higelin.

Après avoir quitté Zaïko Langa Langa en 1980, Pépé Felly Manuaku Waku a fondé le groupe Grand Zaïko Wawa avec des chanteurs comme Joe Poster Mumbata (décédé), Defao Matumona, Joël Mukoma Joe El (aujourd'hui chantre chrétien), Shimita, Djeffar Lukombo, etc.. Cet ensemble a été désigné meilleur orchestre de l'année 1984 par les mélomanes et la presse congolaise. En 1985 et 1988, le Grand Zaïko Wawa a effectué une tournée mondiale qui l'a conduit successivement au Congo-Brazzaville, au Gabon, au Rwanda, au Burundi, au Niger, en Suisse, en Belgique, en Autriche et en France.

Exilé en Europe, il s'est installé depuis plusieurs années en Suisse où il était devenu un enseignant de la musique. Bien que discret, il n'a cependant pas rangé sa guitare ; il a travaillé sur un album de Lokwa Kanza.

Ads by Google

Copyright © 2009 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.