Le Pays (Ouagadougou)

19 Janvier 2010

Burkina Faso: Indemnités à la fonction publique - Plaidoyer pour une révision intégrale du décret du 24 novembre 2005

La révision de la grille indemnitaire obtenue du gouvernement par les syndicats lors des dernières négociations est déjà une bonne chose. Mais c'est encore mieux de réviser globalement le décret du 24 novembre 2005 portant régime indemnitaire applicable aux agents publics de l'Etat. C'est le plaidoyer de l'auteur des lignes ci-dessous.

J'ai suivi avec grand intérêt la restitution médiatique des conclusions de vos négociations avec le Gouvernement. Permettez-moi de vous féliciter pour votre disponibilité constante et votre engagement combien inestimable à lutter pour de meilleures conditions de vie des agents publics de l'Etat en particulier et de tous les citoyens burkinabè en général. Je vous félicite encore pour le butin rapporté de la guerre (acquisition d'une indemnité de stage au profit des agents publics en stage, baisse du prix des produits pétroliers à la pompe, acquisition d'une révision à la hausse de la grille indemnitaire). Il s'agit bien d'un butin de guerre quand on imagine toute la détermination dont vous avez usé devant le gouvernement pour en arriver là. Je serai de mauvaise foi si je ne reconnaissais pas l'effort fourni par Tertius Zongo et ses collaborateurs pour satisfaire des points importants de votre plate-forme revendicative.

Cependant, deux inquiétudes perturbent mon esprit. La première est juste une question d'éclaircissement et a trait aux bénéficiaires de l'indemnité de stage. Qui sont les bénéficiaires de l'indemnité de stage ? Serait-ce tout agent public de l'Etat en position de stage ou les agents qui bénéficiaient d'indemnités pendant qu'ils étaient effectivement en activité ? Voilà la question qui effraie. La réponse peut paraître évidente mais elle n'est pas à l'abri d'une interpellation malicieuse qui surprendrait plus d'une personne. Il est donc nécessaire de clarifier ce point avec le Gouvernement si ce n'est pas encore fait. Ma deuxième inquiétude est relative à l'acquisition de la révision de la grille indemnitaire. Une révision de la grille indemnitaire, c'est bien et même très bien...

Mais une chose est de réviser la grille des indemnités ; une autre est surtout de réviser dans son intégralité le décret n°2005-570/PRES/PM/MFB/MFPRE du 24 novembre 2005 portant régime indemnitaire applicable aux agents publics de l'Etat. Une telle révision permet de prendre en compte non seulement la question de la grille indemnitaire mais aussi d'autres revendications relatives aux indemnités. La révision intégrale du décret est d'autant importante que les revendications des indemnités sont diversifiées. Dans le quotidien d'information "Le Pays" n° 4526 du jeudi 07 janvier 2010, j'interpellais son Excellence le Premier ministre sur la nécessité d'octroyer des indemnités à certains nouveaux emplois de la Fonction publique, emplois créés après la prise du décret. Ces emplois sont exercés dans des conditions méritant des indemnités mais aucune indemnité n'est servie à cet effet pour la simple raison non fondée que le décret ne les liste pas.

C'est pourquoi je vous suggère de requérir purement et simplement une révision globale du décret permettant de prendre en compte :

l'octroi d'indemnités aux agents publics des emplois créés après le 24 novembre 2005 ;

l'augmentation de la grille indemnitaire ;

le maintien de l'acquis de l'indemnité de stage. Je vous lance donc un appel ainsi qu'aux autres syndicats et structures de personnels des administrations publiques à poser des actes allant dans le sens de la révision du décret dans tous ses aspects. Je n'invite pas à autre chose et il faut le souligner car souvent on s'efforce de vous reprocher ce à quoi vous n'avez pas pensé encore moins ce que vous n'avez pas dit.

Ads by Google

Copyright © 2010 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.