Somalie: Jusqu'à 240 000 enfants de moins de cinq ans malnutris - rapport

Nairobi — La Somalie présente l'un des taux de malnutrition les plus élevés du monde, avec jusqu'à 240 000 enfants de moins de cinq ans affectés, d'après un rapport d'alerte précoce publié le 1er février par l'Unité d'analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO/FSNAU) en Somalie et le Réseau des systèmes d'alerte précoce contre la famine (FEWSNET).

Le rapport paraît au moment où les habitants de Mogadiscio disent que la situation humanitaire s'est détériorée.

« Honnêtement, je ne me rappelle pas de périodes où cela allait aussi mal ; c'est comme si toutes les choses négatives se réunissaient au même moment », a dit Asha Sha'ur, activiste de la société civile. « Si la situation - à la fois sécuritaire et humanitaire - ne s'améliore pas prochainement, nous assisterons à une situation bien pire que tout ce que la Somalie ait jamais connu ».

D'après Ali Sheikh Yassin, président adjoint de l'organisation Elman human rights (EHRO), basée à Mogadiscio, de nombreux commerçants ont fui la ville à cause de l'insécurité croissante.

« Ces gens étaient ceux qui créaient des emplois », a-t-il dit.

« [Ces emplois] n'étaient pas grand chose, mais [ils] permettaient à beaucoup de déplacés pauvres de compléter le peu d'aide qu'ils recevaient. Aujourd'hui, ce n'est plus possible ».

Plus des deux tiers des enfants malnutris vivent dans le centre-sud de la Somalie, d'après le rapport.

« Bien que nous observions des indicateurs positifs en termes de suppression de l'interdiction de l'exportation du bétail et d'amélioration de la production des cultures et de l'élevage dans les régions du sud... la situation de la sécurité alimentaire et de la nutrition reste en crise dans les régions centrales, où 70 pour cent des habitants ont besoin d'aide », a dit Grainne Moloney, conseillère technique principale par intérim pour la FSNAU en Somalie.

Plus des deux tiers des enfants malnutris vivent dans le centre-sud de la Somalie, d'après l'Unité d'analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition en Somalie (photo d'archives)

Sévèrement malnutris

Selon le rapport, un enfant sur six souffre de malnutrition aigüe et a besoin de soins spécialisés. « Un sur 22 est sévèrement malnutri et présente un risque de mortalité neuf fois supérieur à celui des enfants bien nourris », a indiqué le rapport.

Dans le centre-sud de la Somalie, qui a été le théâtre d'affrontements importants entre les insurgés islamistes et les forces du gouvernement, un enfant sur cinq souffre de malnutrition aigüe, d'après le rapport.

Mme Sha'ur, de la société civile, a dit à IRIN que les prix alimentaires élevés, le manque d'opportunités d'emplois et la réduction de l'aide humanitaire avaient contribué à la crise. Un sac de 50 kilogrammes de maïs, qui se vendait pour l'équivalent de 12 dollars il y a deux mois, coûte aujourd'hui 30 dollars, a-t-elle dit.

D'après M. Yassin, d'EHRO, la situation s'est détériorée dans la ville au cours des deux dernières semaines. « Nous avons eu quelques semaines où certains déplacés ont quitté les camps et sont effectivement rentrés chez eux, mais cette tendance a été renversée par les combats de la semaine dernière ».

La semaine dernière, jusqu'à 45 personnes ont été tuées et au moins 152 blessées lors des affrontements entre les forces du gouvernement et les insurgés, a-t-il dit.

Ads by Google

Copyright © 2010 UN Integrated Regional Information Networks. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.