2 Mars 2010

Cameroun: La Sofrepost prend posséssion de la Campost

Un Dg a été nommé hier à la tête de cette société d'Etat conformément au contrat de gestion conclu avec cette filiale de la poste française.

"Le gouvernement a fini par avoir raison de tout le monde. Nous avons tout fait pour lui faire comprendre qu'après l'expérience malheureuse de Tecsult, il était plus judicieux de signer un contrat d'assistance technique avec la Sofrepost, et non un contrat de gestion. Mais rien n'y a fait ! C'est maintenant que je comprends que les réunions qui se sont multipliées autour de ce dossier n'étaient que des rencontres de façade. Tout avait déjà été décidé au plus haut niveau". Ainsi s'exprimait hier lundi, 1er mars 2010, une source proche du dossier Cameroon postal services (Campost), après la lecture au journal radiophonique de 17h sur la Crtv, des textes du président de la République consacrant la cession de la gestion de la Campost à la Sofrepost.

En effet, hier, Paul Biya a nommé au poste de directeur général de la Campost le Français Hervé Beryl, conformément au contrat de partenariat qui lie la Sofrepost, filiale de la poste française qui détient déjà des parts sur le marché camerounais du courrier express à travers Chronopost, et le gouvernement camerounais.

Un autre décret du chef de l'Etat désigne Jean Pierre Biyiti bi Essam, actuel ministre des Postes et Télécoms, au poste de président du conseil d'administration de la Campost. Tandis qu'Alfred Bagueka Assobo, directeur général des Impôts, est nommé à la tête de l'Assemblée générale de cette même société. Ainsi donc, le président de la République vient de mettre un terme à quatre années de régime managérial d'exception à la tête de cette société d'Etat, depuis sa mise sous administration provisoire en 2006, et surtout depuis l'expiration en février 2009 du mandat de Tecsult, cabinet canadien arrivé à la tête de Campost en 2007 et dont la gestion s'est soldée par un trou de 2 milliards de Fcfa laissé dans les caisses de l'entreprise.

Mais les textes signés par le chef de l'Etat hier viennent surtout mettre fin à rude bataille à l'intérieur du gouvernement sur le sort à réserver à la Campost, après la triste expérience de la gestion canadienne.

Un salaire de 3,1 milliards de Fcfa

En effet, comme nous le révélions déjà dans ces mêmes colonnes le 4 février dernier, la salle 217 du secrétariat général des services du Premier ministre a abrité le 27 janvier 2010, une réunion visant à examiner le projet de convention pour la gestion de la Campost par la Sofrepost, lequel document était intitulé "marché d'assistance technique pour la gestion de la Campost". Ce contrat de gestion, révèlent nos sources, fait suite à une audience que le chef de l'Etat a accordé au Dg de Sofrepost, Jean Paul Forceville, lors de sa visite d'Etat en France l'année dernière.

Au cours de cette réunion pour le moins houleuse, a-t-on appris de sources internes aux services du Pm, la plupart des participants se sont catégoriquement opposés à l'idée de confier à nouveau la gestion de la Campost à un partenaire étranger.

Ceci à cause non seulement du passage foireux des Canadiens de Tecsult, mais aussi eu égard au fait que Sofrepost est déjà concurrente de la Campost sur le marché du courrier express avec sa filiale Chronopost. Toujours selon nos sources, les participants à cette réunion présidée par Joseph Ngo, chargé de mission dans les services du Pm, ont plutôt suggéré le recrutement de Sofrepost comme consultant auprès de la Campost.

Option qui semblait jusqu'ici avoir prospérée, puisque les dirigeants actuels de la Campost ont ensuite été invités à faire parvenir sous 48 heures aux services du Pm, des propositions sur les axes d'une telle collaboration avec Sofrepost. Cela aura finalement été peine perdue, puisque depuis hier, c'est plutôt un contrat de gestion semblable à celui signé avec les Canadiens de Tecsult en 2007, qui est mis en oeuvre avec la nomination d'un Dg venu dans les valises de Sofrepost.

Selon cette convention, outre le Dg, la Sofrepost va débarquer avec quatre directeurs devant être nommés aux postes névralgiques de l'entreprise. Tout ce beau monde va présider aux destinées de la Campost pendant 2 ans, et va produire à la Sofrepost une rémunération non pas de près de 2 milliards de Fcfa comme nous l'annoncions le 4 février dernier, mais plutôt à 3,1 milliards de Fcfa, a précisé une source proche du dossier hier. Et c'est justement le montant de cette prestation qui fait des gorges chaudes au sein de la Campost et même à l'extérieur.

"Qui va payer la facture de cette consultation? Logiquement, en l'état actuel, Campost a besoin des partenaires qui apportent de l'argent, et non de ceux qui lui en prennent, quel que soit les contours de la collaboration ( ) Campost doit encore aux épargnants de l'ex-Caisse d'épargne postale qu'elle a absorbée au moment de sa création en 2004, la rondelette somme de 40 milliards de Fcfa. Doit-on arrêter de payer ces dettes pour rémunérer cinq expatriés à 2 milliards de Fcfa ? Ce salaire correspond au salaire de 500 employés pouvant être recrutés. Figurez-vous que plus de la moitié des 267 bureaux de poste du Cameroun comptent un seul responsable faute de personnel", affirmait une source proche du dossier dans les colonnes de votre journal le 4 février dernier.

Ads by Google

Copyright © 2010 Le Quotidien Mutations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.