Sidwaya (Ouagadougou)

4 Mars 2010

Burkina Faso: Education spécialisée - Les professionnels planchent sur leur champ d'intervention

guest column

Le 20 février 2010, L'association nationale des professionnels de l'éducation spécialisée (A.NA.P.E.S) a organisé dans la salle de réunion de l'institut national de formation en travail social (INFTS) de Ouagadougou un atelier de réflexion et d'échanges sur le champ d'intervention de l'éducation spécialisée au profit de ses membres.

Désormais à l'avant-garde du renforcement des compétences des travailleurs sociaux du Burkina, l'association nationale des professionnels de l'éducation spécialisée (A.NA.P.E.S) vise entre autres objectifs à favoriser la concertation permanente et à renforcer les capacités d'intervention des professionnels de l'éducation spécialisée du Burkina Faso. C'est dans ce cadre qu'elle a organisé l'atelier de réflexion et d'échanges du 20 février 2010.

La rencontre a réuni à Ouagadougou près de quatre vingt (80) participants venus des régions du Burkina notamment des moniteurs, attachés et inspecteurs d'éducation spécialisée du public comme du privé. Il s'est agi pour les participants de clarifier le champ d'intervention des professionnels de l'éducation spécialisée pour une identité claire des acteurs et une mise en cohérence des représentations diverses, gage d'un travail social efficace.

Ainsi, M. Vininguesba Ouédraogo, directeur de l'éducation spécialisée au ministère de l'action sociale et de la solidarité nationale a fait un exposé sur l'historique et le champ d'intervention. On retient alors que si au début l'éducation spécialisée s'intéressait seulement à la population juvénile et infantile inadaptée, aujourd'hui on ne saurait prendre l'âge comme siège de l'intervention. Enfants, adolescents, adultes et vieux inadaptés ou en souffrance font partie du champ d'intervention qui est loin d'être une parcelle bornée  à appartenance exclusive.

D'autres panélistes sont également intervenus, Arsène Bagré de l'UNICEF, Yves Zoubila Kaboré, directeur général du centre d'éducation spécialisée et de formation (CESF) de Gampèla et Martin Sanou ( CESF) . Les échanges avec les participants ont permis de passer en revue, outre le champ d'action, les nombreux défis à relever et les difficultés rencontrées sur le terrain et dans l'évolution des carrières.

A la cérémonie de clôture, le président de l'ANAPES, Yves Zoubila Kaboré s'est réjoui de la grande mobilisation des différents acteurs et du succès enregistré à l'atelier.  « Les conclusions des travaux serviront d'outils d'aide à la décision des hautes autorités du ministère de l'action sociale et de la solidarité nationale dans leur volonté d'asseoir un système d'éducation spécialisée performante, efficace et efficiente », a assuré le premier responsable de l'ANAPES.

C'est pourquoi, Yves Zoubila Kaboré à invité les professionnels réunis à cet effet à maintenir le cap car, pour paraphraser Simone PARE de l'école de service social de l'université de LAVAL, a-t-il lancé, « il faut que notre excellence, notre efficacité prouve que c'est à nous que reviennent cette fonction d'éducateur spécialisé ».

Ads by Google

Copyright © 2010 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.