Aminata.com (Conakry)

Guinée: Aboubacar Somparé refait surface et pour combien de temps ?

Après un peu plus d'un an de mutisme et de silence assourdissant, l'ancien président du parlement guinéen, Aboubakar Somparé, sort enfin de sa retraite forcée pour revenir au devant de la scène.

" Le revenant" a choisi les restes du siège du PUP, l'ancien parti au pouvoir, pour rompre le silence et justifier le fait qu'il ait disparu de la circulation les mois qui ont suivi le coup de force du CNDD et la prise du pouvoir du capitaine Moussa Dadis Camara le 23 décembre 2008.

Dans un meeting de sensibilisation et d'information tenu samedi dernier au siège du Parti de l' Unité et du Progrès à Cameroun, Aboubakar Somparé, qui est passé juste à côté du pouvoir dans la nuit du 22 au 23 décembre 2008, s' en est pris ouvertement et publiquement lors de son speech fleuve, aux leaders politiques qui, à ses yeux, l'auraient empêché de s'emparer du pouvoir par la voie constitutionnelle. Somparé, qui se dit déçu de la classe politique, en veut aux opposants d'alors d'avoir soutenu la junte sans chercher à connaître sa nature.

" Le 23 décembre 2008, le président Conté s'est éteint. L'armée a pris le pouvoir. Ce qui m'a le plus surpris, les partis politiques qui luttent à instaurer la démocratie et l'état de droit, ont été les premiers à applaudir les putschistes Cela veut dire que leur lutte n'est pas sincère. Ils ne connaissent pas le principe. Ils ont personnalisé le problème. Ils ont pensé lutter contre Somparé en rejetant la loi et les procédures de la constitution. Quand je constate cela pour mon pays, je suis malheureux".

Voilà en substance le réquisitoire de Somparé. Son coup de gueule après avoir curieusement échappé aux fameux " Dadis show", passage obligé alors pour les dignitaires déchus doutés et craint par la junte.

Venu de loin, l'ancien président de l'assemblée périmée se fait ainsi entendre à quelques mois seulement de la présidentielle de juin 2010.

Après avoir tenté en vain d'utiliser la constitution tripatouillée pour occuper le fauteuil présidentiel au nom de " la vacance du pouvoir" qu'il a constaté suite à la disparition attendue de Conté, Aboubabakar Somparé revient à la charge pour " une seconde vie politique".

Il se battrait actuellement contre vents et marées pour briguer la présidentielle de juin prochain sous les couleurs du décadent PUP. Jusqu'où ira - t - il ? Question qui vaut tout son pesant d'or quand on sait que " le revenant" aurait une part active et non négligeable dans la déconfiture de l'État guinéen en raison de l'injustice, de la corruption généralisée, la gabegie à grande échelle et de la démagogie ayant caractérisé à outrance le régime budgétivore du général de Bouramaya.

Et surtout d'avoir refusé, en tant que président de l'assemblée nationale de faire constater la vacance du pouvoir alors que le général ne controlait plus rien. La présidence devenue siège des narcos, la mal gouvernance devenue le seul système de gouvernance et l'Etat avait fini par disparaître. C'est pourquoi, certains observateurs de la vie politique pensent que Somparé n'est pas revenu pour longtemps. Certains estiment d'ailleurs que tous les députés de la dernières législature y compris le président de l'assemblée nationale doivent en principe d'être poursuivis pour haute trahison vis -à -vis du peuple qui les a mandaté.

Pour le reste, attendons de voire !

Ads by Google

Copyright © 2010 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.