Sidwaya (Ouagadougou)

Burkina Faso: Mine d'or d'Inata dans la province du Soum - Les activités de production lancées

Le Premier ministre burkinabè Tertius Zongo a procédé, jeudi 8 avril dans la matinée, au lancement officiel du démarrage des activités de production de la mine d'or d'Inata dans la province du Soum.Avec un potentiel avoisinant 944 000 onces d'or, la mine d'or d'Inata est la 5ème grande mine du Burkina Faso.

Il y a de cela deux ans jour pour jour que les travaux de construction de la mine d'or d'Inata avaient été officiellement lancés. Aujourd'hui, la mine d'or d'Inata est un pôle d'attraction et de développement au regard de l'évolution du chantier et du respect des engagements pris par les investisseurs.

En procédant à la coupure du ruban symbolique pour officialiser l'exploitation de la mine, le Premier ministre Tertius Zongo a mis un point d'honneur à la valorisation de nos ressources minières par l'élargissement des opportunités de création de richesses pour le Burkina. Il a émis le và "u que l'exploitation de la mine se fasse dans les règles de l'art avec comme repère cardinal, le respect des engagements par toutes les parties prenantes.

En effet, rappelle-t-on, Avocet Mining qui est une société de droit britannique d'exploitation de mines d'or, complètait en fin juin 2009 l'acquisition action de Wega Mining dont le principal actif était la détention de 90% du projet d'Inata, et les 10% restants étant la propriété de l'Etat burkinabè. La mine d'or d'Inata génère plus de 300 emplois dont 160 directs et permanents.

Elle apportera au trésor public au titre des impôts, taxes et royalties environ deux milliards de francs CFA par an pour les trois premières années. Ce montant, note-t-on, connaîtra un accroissement continu. Sans être passé en production, les investissements réalisés à la mine d'or d'Inata en terme de logements, écoles, parcs de vaccination pour bétail, abattoir, barrage, etc s'élèvent à 1 417 062 865 francs CFA.

L'investisseur prévoit également 25 millions de francs CFA par an pour la mise en oeuvre du plan de gestion environnementale et cela jusqu'en 2016, année de la fin du projet d'exploitation.

Le Premier ministre Tertius Zongo a fait part à l'égard de la presse de toute sa satisfaction quant à l'aboutissement du projet minier d'Inata et de sa mise en exploitation.

Il a indiqué que le gouvernement continuera toujours de faire des efforts allant dans le sens de l'exploitation rationnelle de nos ressources minières au profit de tous les Burkinabè.

D'ores et déjà, a indiqué le ministre Abdoul Kader Cissé en charge des Mines, des Carrières et de l'Energie, "Essakane entrera en production en septembre 2010 avec un rythme de 10 tonnes d'or par an faisant du même coup passer notre production de 11,7 tonnes en décembre 2009 à 22 tonnes d'or à partir de décembre 2010".

Toujours au titre de l'année 2010, note-t-on, la société Goldrush soumettra au gouvernement burkinabè la demande du permis d'exploitation industrielle du projet Bissa-Zandkom dont les réserves sont estimées à 75 tonnes d'or dans la région du Centre-Nord.

En 2011, les sociétés Griffon dans la région des Cascades et Ampela Mining avec le projet Koukera dans le Sud-Ouest, soumettront leurs études de faisabilité afin de solliciter les permis d'exploitation industrielle. Il en est de même du projet Kiaka dans la région du Centre-Sud, dont les réserves sont estimées à plus de 50 tonnes d'or. Les travaux de construction de la mine de Zinc de Perkoa, eux, reprendront en fin juin 2010 grâce à un partenariat entre la société australienne Glencore et Natou Mining.

Ads by Google

Copyright © 2010 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.