Le Messager (Douala)

12 Mai 2010

Cameroun: Bafia - Le conseil municipal désapprouve le maire - Le compte administratif rejeté

Comme nous le prévoyions en page 2 de notre édition du mercredi 5 mai 2010, la session ordinaire du conseil municipal de la commune de Bafia (région du Centre) a été houleuse le 7 mai 2010. Avec à l'arrivée, une décision grave. Les conseillers municipaux ont en effet décidé de ne pas approuver le compte administratif pour l'année 2009 du maire Issah Ahmed, et partant le compte de gestion du receveur municipal.

Au total, douze conseillers (sur les 25 que compte le conseil municipal) ont voté contre ce compte administratif, alors que dix l'avaient approuvé (deux conseillers étaient absents et le maire lui-même ne peut pas voter). Les douze conseillers municipaux ont estimé que la gestion de l'exécutif communal au cours de l'année dernière n'a pas été claire. Le chef de terre du Mbam et Inoubou a par ailleurs déploré la situation. « C'est un acte très grave que les conseillers ont posé, pour des motifs extérieurs à la commune », a déploré le préfet Mamadou Balla. Les conseillers municipaux ont, selon la loi, 8 jours au plus pour « motiver » leur rejet, comme le leur a rappelé le préfet.

Il a fallu attendre jusqu'à 21 heures environ pour arriver à cette situation car, la journée n'a pas été de tout repos, aussi bien pour l'exécutif communal et les conseillers, que pour le préfet du Mbam et Inoubou et le public de Bafia. Prévus pour démarrer à 9 heures, les travaux vont finalement commencer vers 11 heures, avec l'arrivée du préfet. Dans son mot d'introduction, très ponctué par les applaudissements de ses partisans, le maire de Bafia fait étalage de la correspondance adressée par certains conseillers municipaux au ministre de l'Administration territoriale et de la décentralisation (MINATD) dans laquelle ils dénonçaient certains dysfonctionnements dans la gestion de la mairie. Puis, le préfet prend la parole pour l'ouverture des travaux qu'il espère se tenir dans un climat de sérénité et d'apaisement. Après son départ, les conseillers municipaux votent le président de séance en la personne de Martin Moukon à Ebong, secondé par deux secrétaires de séance. C'est alors que survient le premier achoppement.

Les conseillers constatent qu'ils n'ont pas en leur possession le compte de gestion du receveur municipal. Après plus de 45 minutes de discussions, ils décident de s'en référer au préfet. Ce dernier rapplique vers 13 heures dans la salle des Actes de l'hôtel de ville de Bafia pour expliquer que « les conseillers municipaux n'ont pas qualité à examiner le compte de gestion du receveur municipal ». D'autorité, il démet le président de séance et le remplace par le conseiller Anonka Eyong. Avant de se retirer. Laissant derrière lui une situation qui finalement cause la suspension des travaux du conseil. Durant plus de trois heures, rien ne se passe dans la salle des Actes. Les conseillers municipaux dévisent allègrement. Le maire fait de nombreux tours dans son bureau. Le public, lui, commente déjà ce qui peut être considéré comme un conseil communal hors du commun dans cette petite ville paisible.

Finalement lassé, le maire invite les conseillers municipaux sur le balcon de son bureau (voire photo ci-contre) pour signer les délibérations. C'est alors qu'un autre incident survient. Le conseiller Moukon à Ebong constate qu'un autre, Dave Koum à Bessike (président de la commission de passation des marchés de la commune de Bafia), a signé à sa place. Nouvelle incartade et nouveau blocus. Il est alors 16h30. Trente minutes plus tard, le préfet du Mbam et Inoubou revient à la mairie. Mais, lui qui pensait clôturer rapidement les travaux va devoir patienter. Alors que l'on vient de suivre tour à tour les commissions des finances, des affaires sociales et des grands travaux, une conseillère se lève pour dénoncer le fait qu'il n'y a pas eu de débats autour du compte administratif. « Nous avons signé sans travaux en commissions. Nous avons signé bouche bée », clame-t-elle. C'est alors que le secrétaire général de la commune, M. Ambombo, fait lecture intégrale du compte administratif. Après d'autres discussions très passionnées et passionnantes, les conseillers décident de rejeter le compte administratif de l'exécutif communal. Dans quelques jours, ils se réuniront de nouveau. Sera-ce moins houleux ?

Ads by Google

Copyright © 2010 Le Messager. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.