Wal Fadjri (Dakar)

Sénégal: Gestion des ordures ménagères - Les communes bientôt déchargées au profit de l'Aprosen

Si au titre de la loi de 1996 portant décentralisation, la gestion des ordures ménagères est dévolue aux communes, dans la pratique, ces dernières ont étalé leurs limites à rendre propres nos villes.

Pour apporter des solutions durables à la lancinante question de la gestion des ordures ménagères, le gouvernement, à travers le ministère de l'Environnement, a décidé d'aller vers une réforme de l'Agence pour la propreté du Sénégal (Aprosen) jusqu'ici confinée dans un rôle de conseil en matière de salubrité, en donnant à la structure des missions plus élargies avec plus de moyens financiers pour appuyer toutes les communes. Pour ce faire, un groupe de travail comprenant plusieurs ministères, l'Association des maires du Sénégal, l'Entente des Communes de l'agglomération de Dakar et des Communes de l'agglomération de Rufisque (Entente Cadak-Car) et l'Agence de développement municipal, a été mis sur pied pour réfléchir sur la restructuration de l'Aprosen, la mise en place d'un fonds spécial d'appui et son financement à travers une 'écotaxe' sur les produits importés, les critères d'éligibilité des collectivités locales au fonds. Il devra rendre, au plus tard le 19 juin prochain, ses conclusions qui seront soumises à l'examen du gouvernement pour validation.

'Les maires n'ont pas de système adéquat et les moyens pour faire aux ordures ménagères, c'est pourquoi l'Etat a décidé de les accompagner dans ce combat salutaire', estime le ministre d'Etat, ministre de l'Environnement, Djibo Kâ, lors de la réunion de concertation avec les maires sur la gestion des ordures ménagères, non sans exhorter les communes à participer à la mise en place de ce fonds selon leur 'niveau et leurs moyens'. En effet, le constat fait, selon le ministre, est que 'nos villes ne sont pas propres', pour ne pas dire qu'elles sont 'sales'. Selon lui c'est à cause de la difficulté des mairies à prendre en charge de façon correcte ces questions que 'la région de Dakar bénéficie d'un statut spécial'. De fait, depuis 2002, l'Etat appuie la gestion des déchets à Dakar à travers un fonds spécifique de dix milliards alloués annuellement sur le budget de l'Etat.

Le ministre des Collectivités locales, Aliou Sow, a appelé à 'un rapprochement des structures chargées de la gestion des ordures et la mise en place de stratégies communes pour que chaque acteur puisse jouer pleinement sa partition'. Pour lui, 'des réformes s'imposent aussi bien dans la gestion des ordures que dans les autres secteurs de la gestion des collectivités locales'.

L'Association des maires du Sénégal (Ams), par la voix de son vice-président Abdoulaye Wilane, maire de Kaffrine, s'engage à mener la croisade contre tous les déchets. Mieux, selon M. Wilane, les maires s'engagent prendre de leurs ressources pour alimenter le futur fonds spécial d'appui. Au nom de ses collègues maires, il n'a pas manqué de plaider pour la révision des critères d'éligibilité au fonds d'appui pour le nettoiement des villes, jugés contraignants.

Quant à la directrice de l'Aprosen, elle a expliqué que le fonds d'appui qui s'inscrit dans le sillage de la mise en oeuvre de la stratégie nationale de gestion des déchets servira essentiellement à la réalisation d'infrastructures de gestion des déchets à hauteur de 50 % du total. 10 % serviront à la réhabilitation des dépôts sauvages, 20 % seront affectés au renforcement de l'équipement des collectivités locales et 20 % aux locations de services.

Ads by Google

Copyright © 2010 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.