Wal Fadjri (Dakar)

Sénégal: Violences sexuelles faites aux femmes - Le réseau Fardef s'engage à combattre le fléau

Au Sénégal, 5 % à 10% des femmes sont quotidiennement victimes de violences sexuelles. Une situation qui fait réagir le réseau des femmes pour le respect des droits et développement des projets féminins des femmes (Fardef) en la poussant à mettre sur pied une nouvelle stratégie de lutte.

La violence sexuelle à l'égard des femmes est un phénomène en recrudescence et qui ne connaît ni frontière géographique, ni limite d'âge, ni race, et concerne tout type de relations familiales et tout type de milieu social.

Et à l'instar de tous les pays du monde, ces violences sexuelles faites aux femmes, mais également aux enfants ont atteint une ampleur inquiétante au Sénégal. On en parle et reparle tous les jours, sans jamais se décider à intégrer cette donne dans les politiques de promotion de la femme.

Mais pour remédier à cela, le réseau des femmes pour le respect des droits et développement des projets féminins (Fardef) a présenté hier, à Dakar, un document de stratégie nationale de lutte contre les violences sexuelles faites aux femmes.

La présidente de Fardef, Marième Coulibaly a, à cette occasion, souligné que l'objectif de ce document vise à contribuer à la prévention et à la réduction des violences sexuelles liées au genre, ainsi qu'à l'amélioration de la prise en charge des victimes.

'La femme et la jeune fille, notamment en ce qui concerne leur corps et leur statut dans la société, étaient considérées comme sacrées et donc inaccessibles. Mais elles sont aujourd'hui victimes de diverses formes de violences qui atrophient leur potentiel humain et leur contribution efficiente au développement durable de la nation sénégalaise', a-t-elle regretté.

En guise de riposte à ce genre de 'pratique monstrueuse', Marième Coulibaly invite les décideurs africains et sénégalais en particulier à initier des forums d'échanges francs sur un fléau qui gangrène notre société.

Pour elle, outre les maisons closes et les bars et hôtels qui favorisent cette pratique sexuelle sur les enfants, il y a aussi et surtout la démission des parents qui constitue une des causes profondes du phénomène.

Dans ses recommandations, le Fardef qui a eu le mérite d'engager le débat sur une question que beaucoup évitaient d'aborder publiquement, a invité les participants à travailler pour que soient renforcées l'information et la sensibilisation sur le fléau, au sein de la population et à oeuvrer à mettre en place un cadre de concertation entre les différentes associations intervenant dans ce domaine.

La présidente de Fardef a aussi recommandé que soit réalisée une étude nationale sur la prévalence de la violence sexuelle faite aux enfants en vue de dégager une stratégie nationale de lutte contre le phénomène.

Marième Coulibaly a noté que des milliers de femmes, de jeunes et petites filles ont été victimes de violences de toutes sortes, dont en particulier celles qui sont sexuelles. Et ces actes qu'elle qualifie d"odieux', se passent souvent au sein du cercle familial.

'Ce qui m'intrigue dans tout cela, c'est que très peu parmi les coupables sont punis, car la famille préfère étrangler l'affaire pour fuir les jugements de la société', se lamente-t-elle.

Marème Coulibaly a toutefois cité quelques actions menées par le gouvernement pour réduire sensiblement toutes les formes de violence et de discrimination à l'égard de la femme, de la jeune fille.

Il s'agit notamment de la politique nationale genre, de la mise en oeuvre de la parité homme et femme au Sénégal et de la création des comités locaux à la base des femmes, des enfants et des familles.

Fardef est un réseau pour les droits des femmes, destiné à promouvoir et à faire respecter leurs droits, mais aussi à renforcer les stratégies qui lient le droit au développement, afin d'accroître la participation et l'influence des femmes aux niveaux local, national et international dans un cadre sain. Outre Dakar, les régions de Tambacounda, Kédougou, Kaolack et Matam abritent des démembrements du réseau.

Ads by Google

Copyright © 2010 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.