Cameroun: Université de Yaoundé I - Un master en gestion des laboratoires et épidémiologie lancé

Cette formation sous-régionale sera financée par le Foundation Bill et Melinda Gates.

L'auréole internationale de l'Université de Yaoundé I s'est consolidée le 26 octobre dernier à la faveur de la cérémonie de lancement du master en épidémiologie de terrain et gestion des laboratoires, à la salle des actes de cette institution académique.

Très couru, notamment par les enseignants-chercheurs, l'évènement présidé par le ministre de l'Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, a vu la présence du tout nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, Robert Jackson, arrivé à Yaoundé le 12 octobre 2010. Dans son propos, le recteur de l'université hôte, le Pr. Oumarou Bouba a restitué l'historique du projet et le bien-fondé de cette formation, qui concerne la République du Congo, la République centrafricaine et le Cameroun : «Une évaluation préliminaire a permis de mettre en évidence les forces et les faiblesses de chacun des pays précités en terme de capacité de réponses face aux épidémies.

Il ressort de cette analyse que dans les pays d'Afrique centrale, l'augmentation croissante des situations endémiques suscite l'inquiétude des autorités sanitaires dont les capacités d'intervention sont souvent limitées, du fait de l'insuffisance en ressources humaines compétentes», indique le recteur. Qui poursuit : «Les programmes de formation existants offrent aux apprenants, peu d'outils pratiques pour intervenir rapidement au niveau périphérique, dans la prise en charge rapide et efficace de ces situations qui génèrent plusieurs pertes en vies humaines [ ]. Face à ce besoin de compétences pratiques, le master d'épidémiologie de terrain et de gestion des laboratoires, calqué sur le modèle du Cdc aux Etats-Unis et de certains pays anglophones d'Afrique (Ouganada, Zimbabwe, Kenya, Afrique du Sud, Ghana) trouve sa justification».

Coordonné par le Dr François-Xavier Mbopi Keou, membre du bureau exécutif de la société internationale des pathologies infectieuses à l'Université Harvard aux Usa, ce programme est fondé, selon l'ambassadeur des Etats-Unis, sur le modèle de l' «Epidemie intelligence service», l'administration en charge du renseignement épidémiologique au sein de la Cdc Foundation, dont les agents ont pu détecter des flambées de certaines maladies les plus mystérieuses et les plus mortelles de la planète, telles l'épidémie d'Ebola au Zaïre (actuel Congo), et au Soudan et la première épidémie de légionellose (maladie des légionnaires) en Philadelphie en 1976, la première apparition du virus du Nil occidental aux Etats-Unis en 1999 et, tout récemment, les épidémies récurrentes de choléra dans la partie septentrionale du Cameroun.

Bien plus, d'après Robert Jackson, le lancement de ce master à l'UyI, participe de l'initiative sanitaire du président Obama, baptisée «Global Health initiative», «qui est la traduction concrète de la volonté du gouvernement des Etats-Unis de renforcer les capacités des pays partenaires à répondre à leurs besoins de santé publique».

Quant au ministre de l'Enseignement supérieur, il a déclaré que le programme lancé à l'Université de Yaoundé I permettra, à terme, de former «en quantité et en qualité des épistémologistes talentueux et des gestionnaires de laboratoires doués pour sauvergarder la santé de l'individu, de la famille et de la communauté [ ]. Les différents curricula y relatifs sont pensés et conçus dans une perspective professionnalisante et innovante».

Ads by Google

Copyright © 2010 Le Quotidien Mutations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.