L'Express de Madagascar (Antananarivo)

Madagascar: Consommation - Baisse du prix du riz bientôt

Du riz à bon prix sera prochainement sur les étals

La fin de la période de soudure annonce toujours une baisse. En attendant, le « vary mora» crée de longues files d'attente devant les épiceries.

Les consommateurs devront encore patienter. Le début de la récolte du riz prévu dans quelques jours devrait modifier les prix sur le marché de la capitale et de ses environs. Pour le moment, les prix affichés chez les grossistes et épiciers restent élevés. Dans une épicerie de quartier à Avaradoha, le kilo du makalioka est vendu entre 1500 et 1600 ariary, et de 1350 à 1450 ariary pour le « vary gasy ». Un grossiste achète le kilo chez un collecteur à Imerintsiatosika à 1260 ariary, pour le revendre à 1300 ariary à Mahajanga.

Avec la récolte, ces montants devraient enregistrer une baisse de 100 à 300 ariary. « Quand la récolte arrivera, le paddy sera acheté entre 500 et 700 ariary le kilo, et le riz de 750 à 800 ariary le kilo dans les régions productrices comme Tsiroanomandidy et Mahasolo », affirme Pulchérie Nordine Rasoamanarivo, collecteur à Imerintsiatosika.

Dans le sud du pays, pourtant, la récolte a commencé. Selon une source présente sur les lieux, le « kapoaka » du riz coûte déjà 250 ariary, soit 875 ariary le kilo. Ce prix devrait encore baisser jusqu'à 150 ariary

d'ici la célébration de la fête nationale.

Peu d'importations

Cette situation s'inscrit dans la loi de l'offre et de la demande. Elle s'explique par l'insuffisance du riz importé, censé être un régulateur de prix. « Si les prix restent aussi élevés, c'est que les importations qui doivent réguler le marché n'abondent pas », avance un opérateur de la plate-forme de concertation de la filière riz.

Le « vary mora » vendu à 900 ariary commence à se faire rare. La quantité vendue aux consommateurs est limitée dans les épiceries.

« Nous n'en trouvons pas tous les jours, et nous devons faire la queue pour une petite quantité. Nous pouvions acheter dix kilos avant, contre cinq aujourd'hui », avance Rasamy, un père de famille venu s'approvisionner à Mahavoky Besarety. L'arrivée de la deuxième vague de 12 500 tonnes reste incertaines.

« Il n'y a pas encore d'informations à diffuser par rapport à ce sujet. Il faut être vigilant », indique un haut responsable auprès du Ministère du Commerce.

Ads by Google

Copyright © 2011 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.