Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: Coopération Japon-RDC - Le projet de modernisation de l'INPP en étude

La phase décisive de la concrétisation du projet de la modernisation de l'Institut national de préparation professionnelle (INPP) est arrivée avec l'étude du plan détaillé de ce projet par la partie congolaise et les experts de l'Agence japonaise pour la coopération internationale (Jica). Les travaux ont débuté le lundi 28 mars 2011 à la direction provinciale de l'INPP/Kinshasa dans la commune de Limete.

Le représentant résident de la Jica et chef de la 4ème mission de cette institution japonaise à l'INPP, M. Yonezaki, a présenté la maquette de l'INPP modernisé sur une superficie de 5.172 m' dans l'enceinte de la direction provinciale/Kinshasa. Il a fait remarquer qu'il a réservé une surprise à ses hôtes en présentant cette maquette dans laquelle est prévue la construction de deux autres bâtiments, hormis celui à quatre niveaux sollicité par l'INPP.

Le coût du projet, y compris les matériels et les équipements, est de 20 millions de dollars américains, a indiqué Yonezaki. Qui a fait savoir que la mission qu'il conduit va compléter quelques détails avant la signature du protocole d'accord par les deux parties. Il a ensuite passé la parole aux experts de son pays pour des amples explications non seulement sur la maquette mais aussi sur les différents matériels et équipements. Sans oublier les discussions sur les engagements pris par chaque partie après avoir vérifier et confirmé le contenu du projet préparatoire.

Il est également question d'avoir des assurances de la part de l'INPP quant à sa capacité d'entretenir régulièrement les matériels et autres équipements et de bien les gérer. Les Japonais ont souligné le fait que les équipements et les matériels n'entrent pas dans le cadre de la coopération financière non remboursable, mais dans la coopération technique. Pour les équipements fonctionnant avec l'électricité, ils ont insisté sur le paiement des factures de la Société nationale d'électricité (SNEL) sans oublier les autres frais d'entretien annuel. En outre, ils ont fait observer qu'ils ont procédé à une série d'analyses sur le programme de formation élaboré par l'INPP.

Le directeur général ai de l'INPP, Maurice Tshikuya, a, d'abord fait remarquer à ses hôtes que la modernisation de l'établissement public qu'il dirige est une véritable révolution, avant d'apaiser ses hôtes par rapport à leurs inquiétudes. Il a fait valoir que l'INPP va se défendre valablement en honorant tous ses engagements, d'autant plus que ce projet tient à coeur cadres et agents de cet établissement. Car il va améliorer sensiblement ses activités.

Il a dit que la partie japonaise peut compter sur l'INPP qui a des atouts pour faire face au budget d'entretien, d'ailleurs pré-financé par la Snel en ce qui concerne l'électricité et par la Regideso, concernant l'eau. Cela par la conciliation des comptes. Des PV, signés avec ces sociétés commerciales, a avancé Maurice Tshikuya, seront annexés au dossier. C'est dire qu'avec les ressources propres de la direction provinciale, le problème d'entretien ne se pose pas.

Ads by Google

Copyright © 2011 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.