L'Express de Madagascar (Antananarivo)

Madagascar: Befandriana-sud - Deux hommes décapités

Près de 400 individus d'une même tribu ont exécuté deux villageois devant les gendarmes. Le frère des victimes aurait tué l'un des leurs, en poursuivant les bandits. Une tribu défie les gardiens de la loi à Sihanaka Befandriana -sud.

Le samedi 10 septembre au petit matin, deux chefs de famille, Retiraky et son frère Gervais, ont été exécutés sous les yeux et à la barbe de trois éléments de la brigade de gendarmerie de Befandriana-sud. Les deux hommes ont été lynchés à mort à coups de hache, avant d'être fusillés puis décapités.

Selon la gendarmerie de Befandriana-sud, près de 400 individus d'une même tribu, brandissant fusils de chasse et armes blanches sont les auteurs de ce crime odieux. Les trois gendarmes ont beau essayé de les en empêcher, en tirant en l'air mais la meute de villageois sanguinaires les ont encerclés.

Selon les informations recueillies sur place, la populace leur aurait réservé le même sort que Retiraky et Gervais s'ils avaient le malheur d'intervenir. De ce fait, ils ont été contraints de se retirer.

Dans l'autre camp, les auteurs du double meurtre n'en avaient pas encore fini avec les défunts. Ils ont pris d'assaut les foyers de ces derniers pour dérober leurs biens. Ils ont fait main basse sur tous les objets de valeur à portée de main, dont fusil de chasse, moto, charrette, valises.

Impuissants, les proches des victimes n'ont opposé aucune résistance. Les habitants de Sihanaka sont médusés. « Une plainte a été déposée par la famille des victimes mais les enquêtes n'avancent que très lentement », lâche Armand Fatora, président du conseil communal de Befandriana-sud.

Ce qui s'est passé a défrayé la chronique locale. Agissant en toute impunité, certains auteurs de ces crimes courent toujours . En revanche, quatre commanditaires présumés, ont déjà fait l'objet d'arrestation, toujours de source auprès de la gendarmerie de Befandriana-sud.

En furie

Déposée par l'un des frères des défunts, une plainte indique que c'est un vol de boeufs, perpétré la veille qui a mis le feu aux poudres. En lançant une poursuite contre les villageois, le plaignant a ouvert le feu avec son fusil, tuant l'un des présumés bandits de grand-chemin pendant sa fuite.

Au crépuscule, il est revenu sur les lieux, accompagné de ses deux frères Retiraky et Gervais et trois gendarmes qui allaient faire le constat lorsque le père du suspect abattu et toute sa tribu les y avaient attendus de pied-ferme, armés de fusils et d'armes blanches.

Rassurés par la présence des gendarmes Retiraky et Gervais ne se sont pas enfuis, contrairement à leur frère. Du coup, ils n'ont pu échapper aux griffes des 400 individus en furie.

Copyright © 2011 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.