L'Observateur Paalga (Ouagadougou)

Burkina Faso: Redécoupage de la capitale - Ouagadougou passe de 5 à 12 arrondissements

Le vendredi 13 janvier 2012, le ministre délégué chargé des Collectivités territoriales, Toussaint Abel Coulibaly, a procédé au lancement d'une campagne d'information sur le redécoupage administratif de la ville de Ouagadougou. La capitale passe ainsi de 5 arrondissements à 12 et de 30 secteurs à 55. Selon le dernier recensement général de la population qui a eu lieu en 2006, Ouagadougou compte 1 496 000 habitants. Mais avec la pression démographique et surtout l'exode rural, le chiffre de 2 millions d'habitants est désormais confirmé par les autorités locales. "A l'étape actuelle de la décentralisation, si nous pouvons affirmer que les communes du Burkina sont à la phase d'assurer la plénitude de l'exercice des compétences à elles transférées par l'Etat, il était à craindre qu'avec les entités urbaines à statut particulier que sont Ouaga et Bobo, ces villes ne soient pas à même d'offrir aux populations des services sociaux urbains de base de qualité", a rappelé Toussaint Abel Coulibaly, le ministre délégué chargé des Collectivités territoriales.

Concernant la capitale, avec une subdivision en 5 arrondissements, 30 secteurs avec 17 villages rattachés, il faut reconnaîetre qu'il est difficile d'assurer convenablement aux citoyens des services de l'état civil, de la santé, de l'éducation, de l'accès à l'eau potable et l'assainissement, des sports et loisirs, etc. C'est pourquoi les autorités administratives ont jugé bon de redécouper la ville en 12 arrondissements et 55 secteurs pour permettre aux élus locaux de mieux appréhender les soucis de leurs administrés.

Le redécoupage opéré de Simonville ainsi, il convient de reconnaîetre que la lecture du plan d'adressage reste encore hors de portée de la plupart des citadins. La tâche deviendra sans doute plus ardue, mais rien ne vaut la satisfaction des besoins de la majorité des populations, a affirmé le ministre Coulibaly.

C'est pour surmonter cette difficulté qu'une campagne d'information sur le redécoupage administratif de la ville a été lancée le vendredi 13 janvier à l'actuel secteur 17 de Ouagadougou.

Selon l'édile Simon Compaoré, cette nouvelle configuration de la capitale devra permettre la réduction des grands ensembles géographiques au profit d'entités plus homogènes et relativement aisées à administrer ; la possibilité à moyen terme ou long terme de créer d'autres arrondissements à travers le changement du statut de certains villages rattachés aux secteurs sans pour autant bouleverser l'organisation spatiale existante ; la promotion et l'amélioration de la densité du tissu urbain jusqu'à l'horizon 2030.

L'actuelle mairie de Baskuy devient alors celle du 1er arrondissement ; l'actuelle école Baoghin devient la mairie du 2e arrondissement ; le 3e sera logé à l'actuelle mairie de Sig-Noghin ; pendant que le 4e occupera les locaux de l'actuelle mairie de Nongr-Masson ; la mairie de Bogodogo abritera le 5e arrondissement ; le 6e aura pour mairie le site à côté du château d'eau du secteur 17 (c'est là que s'est tenue la cérémonie).

Quant au 7e arrondissement, sa mairie sera sur le site désigné à côté de la Cité de Nangrin ; le 8e à la Cité Relais de Bassinko ; le 9e sur la route de Kamboinsin ; le 10e aura sa mairie sur le terrain sis derrière l'hôpital pédiatrique Charles-de-Gaulle ; la mairie du 11e arrondissement sera à Karpala et celle du 12e à Ouaga 2000.

Ads by Google

Copyright © 2012 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.