Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: Congolais a.i

L'intérim, c'est l'intervalle de temps pendant lequel une fonction vacante est exercée par une autre personne que le titulaire. Il est limité dans le temps. C'est pourquoi on enjoint au nom de l'intérimaire le sigle «a.i» du latin ad interim.

Mais dans ce pays de Lumumba, il y a des histoires à dormir debout. Figurez-vous que toutes nos entreprises publiques, ou presque, sont dirigées par des ADG a.i.

Certains ont déjà presté durant trois ans ; d'autres sont allés jusqu'au-delà de quatre voire cinq ans d'intérim. Avec de tels postes occupés de manière provisoirement définitive ou définitivement provisoire, que peut-on attendre de bon ?

Ce n'est pas tout. Du côté politique, un moratoire sur la double nationalité moisit dans les tiroirs du bureau de l'Assemblée nationale.

Alors qu'il n'était que de six mois. Ça suppose que tous ces « binationaux », à cause ou grâce au moratoire, sont des «Congolais a.i.». Jusqu'à nouvel ordre.

Pour peu qu'on soit lucide, une telle politique ne va pas sans conséquences. On se sent dans l'insécurité et on ne prend aucun risque pour exceller ;

on sursoit des dossiers à long terme faute de s'y retrouver puisqu'on redoute un lendemain incertain ; on «profite» du laps de temps qu'on a pour vite se remplir des poches, car on ne sait jamais Finalement, on ne fait rien de consistant.

Or, en matière d'intérim, il doit y avoir des bornes : combien de temps faudra-t-il pour qu'un intérimaire soit confirmé dans ses fonctions ? Est-ce qu'un intérimaire peut prendre de grandes décisions qui engagent l'entreprise ? C'est aux juristes de nous éclairer.

Quoiqu'il en soit, juriste ou pas, laisser s'éterniser des « ADG a.i » à la tête de la quasi-totalité nos entreprises publiques soulève des interrogations. Est-on amnésique ou commet-on sciemment des erreurs pour servir certaines causes obscures ?

En agissant ainsi, messieurs les « faiseurs des rois », vous donnez l'impression de vouloir quelque chose et son contraire à la fois. De deux choses, l'une.

Comment peut-on engager des entreprises dans la voie de la réforme, avec obligation des résultats, tout en maintenant éternellement à la tête de ces entreprises des dirigeants qui se savent intérimaires. Quelles motivations attendez-vous d'eux dès lors qu'ils savent que leur lendemain est menacé ?

En vérité, en vérité, je vous le dis : à force de considérer le temps d'intérim comme une solution définitive et normale, on risque de croire que ce pays appartient à d'autres «vrais natifs» et que ceux qui l'occupent présentement ne sont que des «Congolais a.i.».

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.