Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Brazzaville: Les maisons d'éditions bénéficient d'un financement

En République du Congo, les maisons d'éditions vont bientôt bénéficier d'un financement. La bonne nouvelle pour les hommes de belles lettres congolais a été donnée par la directrice générale du Livre et de la Lecture publique.

« Nous projetons de mettre en place une ligne budgétaire que nous appellerons aide à l'éditeur. Ce financement permettra aux éditeurs d'amortir les frais de la production dans le but de rendre le prix du livre accessible aux lecteurs », a précisé Emma Mireille Opa, deux semaines après le coup d'essai de la rentrée du livre tenue du 31 janvier au 2 février à Brazzaville.

La question de la cherté de la vie qui a été largement évoquée pendant les trois jours de l'activité. Il s'en est dégagé le constat selon lequel «Au Congo, le livre coûte cher, car le plus souvent les ouvrages ne sont pas imprimés sur place. Les taxes comptabilisées dans les coûts de production font que le livre coûte cher ».

Poursuivant ses propos, Emma Mireille Opa a estimé que les objectifs assignés à cette édition inaugurale de la rentrée du livre ont été atteints. Le but étant de faire connaître cette activité, qui doit se tenir désormais en octobre ou en novembre pour être en harmonie avec la rentrée des classes, cette manifestation a connu un vrai succès.

« Ce qui explique la réussite de cette activité, c'est que nous avons pu réunir à la même table pendant trois jours écrivains, élèves, étudiants, éditeurs, libraires, cadres et chercheurs. Le but était de mettre en valeur le livre et de faciliter la rencontre entre les acteurs des différents maillons du livre : écrivains, éditeurs et lecteurs. Cela fut chose faite », a renchéri Emma Mireille Opa.

Cette première expérience ouvre la voie à d'autres activités dont la tenue est imminente. Elle a annoncé par exemple l'ouverture d'une série d'ateliers d'écriture avec le concours de cinq écrivains américains. « Tous ceux qui souhaitent apprendre à écrire seront les bienvenus», a-t-elle lancé.

De même qu'au mois de mars, consacré à la femme, des activités autour des femmes écrivaines sont attendues pour permettre à celles-ci de parler de leur expérience et aider d'autres femmes qui caressent le rêve d'écrire un jour.

Enfin, pour plus de succès à la prochaine édition de la rentrée du livre, Emma Mireille Opa a lancé un appel en direction des partenaires du Congo et autres personnalités nationales tant du secteur public que privé. « L'organisation d'une telle activité n'est jamais une exclusivité de l'État », a-t-elle conclu.

Au regard de tout ce qui précède, cette innovation de la République du Congo est une interpellation au gouvernement de la République démocratique du Congo qui devra aussi mettre ses bouchées doubles pour venir en aide à ses éditeurs. Ce qui leur facilitera la tâche de façon à redynamiser leur profession.

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.