La Prospérité (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: L'UDPS fait pression !

Kinshasa — L'Union pour la Démocratie le Progrès Social (UDPS) s'inquiète de plus en plus de l'état de santé de son Secrétaire Général, Jacquemain Shabani Lukoo. Le Parti d'Etienne Tshisekedi veut, en effet, qu'il puisse suivre des soins appropriés à l'extérieur du pays.

C'est dans cette optique qu'il exige des services de l'Etat concernés (l'Agence Nationale des Renseignements et la Direction Générale des Migrations), la restitution de son passeport et de ses effets personnels, qui seraient confisqués jusqu'à ce jour.

Lors d'une conférence de presse animée hier, mercredi 29 février 2012, au Restaurant Green Garden de la Gombe, le Secrétaire Général Adjoint chargé des Questions politiques et diplomatiques de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), M. Raymond Kahungu Mbemba, a échangé avec les professionnels des médias sur l'état de santé actuel de Jacquemain Shabani Looko.

Il a indiqué qu'à ce jour, l'état de santé de son Secrétaire Général est très préoccupant à la suite des tortures qu'il aurait subies, après son arrestation le 7 février dernier.

Devant cette urgence, le Parti d'Etienne Tshisekedi trouve nécessaire et urgent que des soins médicaux appropriés soient assurés à M. Shabani à l'extérieur du pays. C'est ainsi qu'il réclame, haut et fort, la restitution de ses documents administratifs détenus par les services de sécurité.

«L'UDPS exige des services de l'Etat concernés (ANR et DGM) que le passeport et les effets personnels de Monsieur Shabani Lukoo Jacquemain, Secrétaire Général du Parti, lui soient restitués dans l'immédiat pour qu'il puisse, sans entraves et dans les meilleurs délais, lui permettre de suivre des soins appropriés, en toute sécurité et quiétude, dans un pays de son choix autre que la République Démocratique du Congo », lit-on, dans une déclaration. Déterminée à avoir gain de cause, l'UDPS a porté sa voix plus loin des frontières.

Il a lancé un vibrant appel à tous les gouvernements, à toutes les organisations de défenses des droits humains ainsi que toutes les personnes de bonne volonté d'exercer des pressions sur le régime de Kinshasa. Précisons que l'UDPS n'est pas la seule à plaider pour la cause de Jacquemain Shabani.

Le 22 février 2012, dans une correspondance adressée à l'Administrateur Général de l'ANR, Me Kabengela Ilunga, l'un des Conseils de Jacquemain Shabani au Barreau de Kinshasa/Matete, avait demandé la restitution de ses effets.

Il avait souligné que ceci « s'avère impérieux en ce que le Médecin traitant de mon client (Jacquemain Shabani) lui a recommandé des examens spécifiques dans un centre neurologique équipé à l'étranger ».

Rappelons que Jacquemain Shabani a été interpellé le mardi 7 février dernier à l'aéroport International de N'djili par les agents des services des Migrations alors qu'il voulait effectuer un voyage pour l'Allemagne, sur invitation du Parlement de ce pays.

Parmi les raisons officielles de son arrestation qui ont été étayées, figure la détention d'un passeport qui ne lui appartenait pas et des documents jugés séditieux par les services des Migrations.

Ads by Google

Copyright © 2012 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.