Le Soleil (Dakar)

1 Mars 2012

Sénégal: L'Eglise catholique est satisfaite du déroulement du scrutin

La commission épiscopale justice et paix et le mouvement national des Scouts du Sénégal, qui ont participé à l'observation de l'élection présidentielle, sont satisfaits du déroulement du scrutin. Les observateurs catholiques ont cependant noté quelques manquements qu'il faut régler au second tour.

La commission a déployé 850 observateurs dans 2.771 bureaux de vote au niveau de 30 départements du pays. Cette commission, parlant au nom de l'Eglise, s'est félicitée du bon déroulement du scrutin. Ce qui, selon le commissaire général des Scouts du Sénégal, Serge Badji, a permis aux différents candidats d'accepter des résultats sortis des urnes et transmis par les centres de vote.

Les observateurs ont félicité le ministère chargé des Elections et la Commission électorale nationale autonome (Cena) pour la bonne organisation du scrutin. Cependant, des manquements ont été relevés par des observateurs de l'Eglise catholique. Ils ont pour noms : le manque de formation de certains membres de bureau de vote qui ne maîetrisent pas le code électoral. Ces membres ignorent aussi des tâches dites essentielles à une gestion transparente du scrutin : sceller les urnes et les enveloppes contenant les procès verbaux ou vérifier le caractère indélébile de l'encre.

Les observateurs de l'Eglise ont aussi révélé qu'il y a eu un léger retard dans l'ouverture de plusieurs bureaux de vote du fait de l'arrivée tardive des membres de bureaux (président, assesseurs et secrétaire). Dans sa communication Serge Badji a informé que le vote a démarré à 16 heures à Magangouleuck, dans le département de Bignona, au sud du Sénégal. Le même retard a été noté à Grand Yoff ou un bureau de vote est ouvert 10heures 30 minutes du fait de l'absence des membres de bureau. La présence d'éléments supposés être des nervis à proximité de certains bureaux de vote.

Des tentatives de corruption ont été décelées dans des localités comme (Guédiawaye, Mbao, Kaolack). Les observateurs catholiques recommandent au ministère chargé des Elections de renforcer les capacités des membres des bureaux de vote. Quant aux citoyens, ils ont été invités par les commissions justice et paix et scouts de refuser tout recours à la violence, de rester vigilants pour voter chacun selon sa conscience, de retirer leurs cartes d'électeur, entre autres recommandations.

Le secrétaire exécutif de la Commission épiscopale justice et paix, abbé Alphonse Seck, s'est félicité du climat apaisé qui a caractérisé cette élection, alors que l'on était en droit de craindre le pire. L'Eglise catholique, en participant comme observateur de ces élections, veut contribuer à la construction de la paix au Sénégal. Une paix qui passe par des élections libres, équitables et transparentes.

Il a rappelé que l'Eglise universelle et celle de l'Afrique ont de tout temps donné comme mission aux commissions justice et paix de travailler à éveiller et à former des consciences, mais aussi à aider les citoyens au respect des droits du citoyen et à lutter contre les maux de la société. Abbé Alphonse Seck a informé que l'Eglise sénégalaise, à travers les deux commissions, compte reconduire le même dispositif d'observation pour le second tour. Il a soutenu aussi que l'Eglise est disposée à faciliter le dialogue entre l'opposition et le pouvoir en cas de problème.

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.