L'Express de Madagascar (Antananarivo)

1 Mars 2012

Madagascar: Sortie de crise - L'opposition cherche sa voie

Les participants au « Diniky ny samy Malagasy » ont constaté l'échec de la Feuille de route. Ils assurent une alternative. Le pari a été plus ou moins tenu pour les organisateurs du « Diniky ny samy malagasy », hier à Ivandry.

Le dialogue a été au rendez-vous, malgré la pluie qui arrosait l'espace vert de la Villa Elisabeth, et malgré surtout le nombre d'invités assez réduit par rapport aux prévisions. La Feuille de route, sur toutes les lèvres, est devenue l'espace d'une journée, et pour ce jour encore, le principal sujet de discussions. « La Feuille de route peut-elle encore résoudre la crise », était d'ailleurs le thème de la journée.

« Si la réponse ( à cette question, ndlr) est non, alors chacun va essayer de proposer des alternatives, peu importe si cela va déboucher sur une autre voie de sortie de crise », avait prévenu Lalatiana Ravololomanana, coordinatrice du projet « Ady gasy ».

Ce dialogue ne serait qu'une étape de plus dans la marche de l'opposition sous la houlette de la mouvance Zafy, même si l'ancien président de la République se défend d'être le principal initiateur de l'événement. À quelques exceptions près, ceux qui étaient présents hier à Ivandry ont uni leurs voix afin de critiquer ouvertement la Feuille de route, certains oubliant de proposer « la » solution tant recherchée, se contentant de dénigrer le régime de Andry Rajoelina, président de la Transition.

Mamy Rakotoarivelo, chef de la délégation Ravalomanana et Albert Zafy semblent s'être mis d'accord sur le fait que rien ne va plus dans la transition actuelle. « Ce régime de transition devrait être remplacé, rien ne va plus comme il faut », avait affirmé « le Prof ». Son discours renvoie à ses précédentes déclarations sur une nouvelle table ronde des principaux acteurs politiques actuels. Albert Zafy a, à maintes reprises, rappelé que la signature de la Feuille de route par son chef de délégation devait lui offrir cette opportunité.

Partage d'opinion

La mouvance Ravalomanana de son côté a honoré l'invitation, se limitant toutefois à sa principale mission. Mardi encore, Mamy Rakotoarivelo a précisé que sa mouvance d'origine avait ses propres idées à faire valoir et qu'il n'était pas obligé d'adhérer à celles d'« Ivandry ». Parole tenue.

Si Mamy Rakotoarivelo a mis en exergue les errances de la Feuille de route, il a surtout demandé à ses auditeurs du jour, dont des membres de sa propre Chambre parlementaire de Tsimbazaza et leurs homologues du Conseil supérieur de la transition, de lui venir en aide pour porter plainte. « Rejoignez-nous pour porter plainte auprès de la communauté internationale et de la Troïka de la SADC pour qu'ils prennent une décision envers ceux qui font exprès de violer la Feuille de route », a appelé le numéro deux de la mouvance Ravalomanana.

Le parti au pouvoir Tanora malaGasy Vonona ( TGV) a de son côté suivi la réunion du coin de l'oeil. Lanto Rakotomavo, secrétaire générale, a noté que cette initiative « renie la signature de la Feuille de route du 17 septembre 2011 ».

Le principal initiateur du « Diniky ny samy Malagasy », Paul Rajaonarivelo, a pour sa part privilègié une solution à la crise actuelle avant de penser à trouver une autre aux crises cycliques du pays. Le doyen de la faculté des sciences de l'Université d'Antananarivo, jouant le rôle de modérateur des envies des uns et des susceptibilités des autres, donne rendez-vous ce jour à l'Université d'Ankatso pour les résolutions.

Ads by Google

Copyright © 2012 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.