Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: Paris-Kinshasa - Tempête avant le Sommet de la Francophonie

Photo: Radio Okapi/ Nana Mbala
Joseph Kabila

La dernière déclaration du président français n'a pas laissé indifférent le gouvernement de la RDC qui, par la bouche de son porte-parole, a réagi en s'appesantissant sur ce qu'il appelle les « contre-vérités » de François Hollande. Dévoilant ce jeudi les contours de la politique africaine de la France, le président français ne manquera pas de revenir sur ces sujets qui fâchent. D'où, entre Paris et Kinshasa, c'est désormais l'escalade verbale, sinon une tempête qui précède le choc frontal à l'occasion du 14ème sommet de la Francophonie.

L'axe Paris-Kinshasa est en ébullition, alors que s'ouvre dans 24 heures le 14ème Sommet de la Francophonie. En cause, la dernière déclaration du président français sur la situation en RDC n'a pas plu au gouvernement. Intervenant mardi sur les antennes de Radio France Internationale (RFI), François Hollande a qualifié « d'inacceptable » la situation en matière des droits de l'Homme, de la démocratie et de la reconnaissance de l'opposition en RDC. Réponse du berger à la bergère, le gouvernement a jugé à son tour « inacceptable » les propos du président français. Et c'est le ministre des Medias et porte-parole du gouvernement qui s'est chargé de donner la réplique.

Au cours d'une conférence de presse animée mercredi à Kinshasa, Lambert Mende Omalanga n'est pas allé par le dos de la cuillère pour dénoncer la « sortie pour le moins excessive et hasardeuse » et les « contre-vérités » du chef de l'Etat français mardi dernier à Paris devant le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

De l'avis du porte-parole, Kinshasa se devait de réagir pour rétablir la vérité : « Sauf le respect dû à un chef d'Etat que nous nous apprêtons à recevoir dans quelques heures, et qui a tout de même la bonne idée de reconnaître et condamner l'agression extérieure dont notre pays est victime à l'Est, le gouvernement de la RD Congo ne peut pas laisser dire des contre-vérités sur l'état de la démocratie et des droits de l'Homme, y compris les droits de l'opposition dans son espace ».

C'est, notamment, lorsqu'il revient sur le climat d'apaisement qui a suivi le dernier passage à Kinshasa de la ministre française déléguée à la Francophonie, Yamina Benguigui. « Nous avions pourtant noté des mots de bon sens de la ministre française lorsqu'elle a fait remarquer que "le Sommet de Kinshasa aura du sens parce qu'il se déroulera au coeur de l'Afrique (et que) la RDC est un pays que l'on ne peut pas boycotter ; la vision de la France est d'avoir avec les pays africains des relations à hauteur de l'humain, égalitaires ».

« Nombre de Congolais sont tombés des nues en entendant hier (Ndrl : le mardi 9 octobre) le numéro un français se livrer carrément à un exercice de caporalisation de la RD Congo », a déclaré Lambert Mende, apparemment révolté. Il a trouvé « désobligeants » les propos du président français. Et d'ajouter : « Nous pensons, comme certains opérateurs politiques français du reste, que la sortie du président de la République française était pour le moins excessive et hâtive ».

Pour Lambert Mende, la déclaration porte également la marque de l'Opposition congolaise. « Le président Hollande nous a donné l'impression, à travers sa déclaration, de s'être littéralement fait piéger par un seul son de cloche émanant d'officines connues en France et en RD Congo en relayant de manière complaisante les accusations d'une frange extrémiste de l'opposition congolaise selon lesquelles la situation de la démocratie, des droits de l'homme et des droits de l'opposition est +tout à fait inacceptable+ dans notre pays », a-t-il déploré.

Il est revenu, de manière implicite, sur la restructuration de la CENI, la création d'une Commission nationale des droits de l'Homme et l'affaire Chebeya, présentés en son temps comme préalables à la participation du président François Hollande au 14ème Sommet de la Francophonie à Kinshasa.

Abordant ces sujets, le porte-parole du gouvernement a évité de se perdre en « conjectures » sur ce qui, pense-t-il, « pourrait bien justifier l'impatience et la mauvaise humeur du chef de l'Etat français qui a parlé comme si il était attitré à donner des injonctions au Parlement et aux Cours et tribunaux de la RD Congo sur le timing et le contenu de leurs débats, délibérations et décisions ». Kinshasa n'est pas prêt, a indiqué Lambert Mende, à céder aux « pressions extérieures » - le Parlement congolais ayant « sa dynamique démocratique propre ». Il a laissé entendre que la justice congolaise « jouit de son indépendance », rendant son verdict « à son propre rythme, en fonction de sa dynamique, de sa rationalité et surtout de son intime conviction ». « Une justice qui dit le droit sous pression, fut-elle de la part d'un pays ami comme la France, n'est plus une », a-t-il ajouté.

Estimant que les propos du président Hollande « procèdent d'une lecture politiquement biaisée de la situation en RD Congo », le ministre Lambert Mende a considéré qu'«on n'est pas loin de l'insulte à l'égard de ce grand peuple qui s'est mobilisé depuis les années que la Deuxième République pour conquérir de haute lutte les espaces de libertés qui sont une réalité palpable à l'heure actuelle en dépit des difficultés d'ordre économique et sécuritaire qui l'assaillent ».

Et parmi ces « espaces de libertés », il a cité «un référendum constitutionnel et deux élections générales avec leurs tâtonnements et dysfonctionnements organisés malgré les multiples défis sécuritaires ». En effet, a-t-il souligné, « en matière de droits de l'opposition, il n'est pas exagéré d'affirmer que la RD Congo d'aujourd'hui est l'un des rares pays d'Afrique subsaharienne dans lesquels les droits de l'opposition sont reconnus et d'application depuis des lustres ». Il a rappelé que ceux-ci siégent à l'Assemblée nationale, au Sénat et dans l'ensemble des assemblées provinciales du pays.

Le ministre des Médias n'a pas bouclé sa conférence de presse sans mettre en garde ceux qui seraient tentés de perturber les assises de Kinshasa, leur rappelant que « les lois de la République ne sont pas sous le boisseau » pour sévir à tout moment.

Tempérer les ardeurs

Après cette sortie médiatique du porte-parole du gouvernement, chacun y est allé de son commentaire. Des questions ont fusé. Etait-elle opportune ? Fallait-il répondre au coup pour coup ? Que voulait Paris en revenant sur ses remontrances à l'endroit de Kinshasa ? Après cette tempête, les deux parties auront-elles le courage de se regarder dans les yeux au cours du sommet de Kinshasa ou vont-elles se bouder en gâchant la fête ?

A 24 heures de ce grand rendez-vous autour de la langue française dont la France passe pour l'autorité morale, estiment qu'il est dans l'intérêt de tous les pays de l'espace francophone de travailler à l'apaisement de part et d'autre. Ce qui éviterait un atterrissage en catastrophe de deux ans de préparation du 14ème Sommet de Kinshasa.

Tempérer les ardeurs. Voilà le maître mot. Paris ne gagne rien à sécher le sommet, Kinshasa non plus n'a aucun intérêt à se créer de nouveaux ennemis. Par ailleurs, l'espace francophone ne doit donc pas se muer en un lieu de règlement des comptes. Il est temps de refaire cette grande unité qui a toujours caractérisé les pays francophones pour la protection et la sauvegarde, avec la France en tête de peloton, de ce patrimoine commun qu'est la langue française.

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Kinshasa/Paris - Calmer la tempête

Joseph Kabila

Entre la République démocratique du Congo et la France, c'est désormais le choc frontal. Une harmonisation des vues devient urgente. Read more »