Sud Quotidien (Dakar)

12 Octobre 2012

Sénégal: Sédhiou/Blanchiment de capitaux, financement du terrorisme au Sénégal - Le Centif ratisse large

Dans le cadre de sa tournée nationale pour porter la « bonne parole », la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF) a atterrit dans la région de Sedhiou où un atelier de partage s'est tenu, ce jeudi 11 octobre. Si la volonté des uns et des autres est manifeste, il n'en demeure pas moins qu'il existe des écueils de taille dont la mobilité transfrontalière.

Il a beaucoup été question des astuces de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme au Sénégal sous la conduite de la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF). Dans sa présentation, Amadou Lamine N'dione, analyste à la CENTIF, a déclaré que « la déclaration de soupçon des personnes assujetties se fait dans la plus grande confidentialité et de bonne foi pour ne pas exposer les membres. Elle permet de couper le circuit du blanchiment ».

A l'entame des travaux auxquels ont pris part des représentants de l'administration comme Antoine Cyprien Ballou, Adjoint au développement, le gouverneur de Sédhiou, les élus locaux, les chefs d'entreprise, les structures financières, les associations et les organismes non gouvernementaux, Demba Diallo le président de la Centif a fait savoir qu' « il s'agit d'une tournée nationale qui nous a conduit dans les quatorze régions du Sénégal; ceci pour sensibiliser les acteurs assujettis sur le phénomène du blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme au Sénégal. » M. Diallo reconnait certes que le phénomène est mondial mais « il est bien au Sénégal depuis très longtemps et la situation conflictuelle qui se dégrade de plus en plus au Mali voisin ne laisse personne indifférent ». Interrogé sur l'article 21 prévu par les dispositions de l'Union économique monétaire ouest africaine (UEMOA) facilitant la circulation des personnes et des biens au sein de l'espace de la CEDEAO, Demba Diallo concède qu' » il est perçu par certains comme étant le ventre mou de la traque contre la délinquance économique. »

Il précise néanmoins que le blanchiment des capitaux est une infraction de conséquence et en amont, des services comme la police, la douane, la gendarmerie, entre autres, sont à l'oeuvre pour barrer la route à ces criminels financiers, et ce n'est que lorsqu'ils échappent à ces mailles que nos services interviennent pour dynamiter le réseau et couper la ramification.

Le maire de Samine, El Hadji Mamadou Diatta a fait cas d'un projet dénommé « Sud Pakao » qui ne serait qu'un projet de blanchiment des capitaux avec des lyonnais en France. D'autres participants à la rencontre ont soupçonné un blanchiment au travers l'achat des noix de cajou dans la zone du Balantacounda et de la Guinée Bissau voisine.

Ads by Google

Copyright © 2012 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.