Sénégal: La conscientisation des politiques sur le rôle des médias

La place que doit occuper la presse dans une Afrique en devenir est clairement cernée. Les autorités présentes à l'ouverture du 5ème Forum des Leaders des Médias d'Afrique (Amlf), ce jeudi 8 novembre à Dakar ont jugé du rôle des entreprises de presse dans la construction d'une Afrique prospère.

Un vent d'espoir a soufflé à l'ouverture du 5ème Forum des Leaders des Médias d'Afrique (Amlf), ce jeudi 8 novembre à Dakar. Les pouvoirs politiques qui l'ont rehaussé de leur présence n'ont aucun doute sur le rôle crucial que peut jouer la presse pour mieux positionner le continent sur l'échiquier mondial. Le constat a été unanime pour le Premier ministre du Sénégal, M. Abdoul Mbaye, le vice-premier ministre de la Turquie, M. Bülent Arinç ou le ministre de la communication du Cameroun, M. Issa Tchiroma Bakary.

Un état de fait constituant un pas important dans la démarche de conscientisation des pouvoirs publics qui jusque-là ont montré une certaine indifférence face à la difficile situation que traverse la presse du continent, pourtant appelée à mieux contribuer à la construction d'une citoyenneté active.

Face à un environnement qui dicte une démarche commune de toutes les entités, le Premier ministre du Sénégal, M. Abdoul Mbaye pense qu'il urge de définir des espaces de dialogues constructifs entre les différentes composantes de nos sociétés que sont les citoyens, les medias et les Etats.

Une option qui, d'après le vice-premier ministre de la Turquie, M. Bülent Arinç nécessite la recherche des bases du dialogue et de la réconciliation entre  hommes politiques et médias. Pour lui, « les médias ont un rôle important à jouer dans la coopération entre les pays ». Il estime ainsi que la mise en place d'un environnement sein des médias est capital dans l'établissement de la paix et la stabilité dans le monde.

Ce qui implique une plus grande liberté d'expression dans les pays africains mais  sous-tendu par une presse responsable et soucieuse des règles d'éthique et de  déontologie. Un point qui, selon M. Markus Brauckmann de la Fondation Konrad-Adenauer-Stiftung (Kas Media Africa), pourrait être renforcé par une bonne régulation du secteur des médias. Un processus qui, de l'avis du ministre de la communication du Cameroun sera facilité par une autorégulation au niveau des médias. M. Issa Tchiroma Bakary cite en exemple le cas des médias communautaires et associatifs africains mais également de l'Argentine qui, à son avis, dispose d'une « meilleure loi » en matière d'autorégulation.

C'est dans cette logique que Mr Issa Tchiroma Bakary inscrit les états généraux que son pays compte tenir sur la presse. « Le professionnalisme de la presse au Cameroun souffre du fait que ça va dans tous les sens dans ce secteur. D'où l'importance d'y mettre de l'ordre».

La liberté de presse pour un meilleur épanouissement des peuples

La liberté d'expression influe beaucoup sur l'épanouissement des peuples. Cette thèse est du Dr George Ayittey, Président de Free Africa Foundation. Il a défendu sa position en citant l'exemple de pays comme l'Ethiopie, le Rwanda où les populations souffrent habituellement de ces fléaux du fait, en partie, d'un manque d'éveil dicté par une absence de liberté d'expression.

Un constat d'autant plus inquiétant dans des moments où le monde est assimilé à un village planétaire. Ce qui amène le vice-premier ministre turc a se désolé : « Il est dommage que le développement technologique n'influe pas à une paix mondiale ».

Convention AMI-Turquie

La Turquie a mis à exécution sa volonté d'aider les médias africains dans sa recherche de solutions pour le développement humain et la transformation économique du continent.

Le directeur général de l'agence de presse turque et M. Amadou Mahtar Ba ont signé un protocole de partenariat dans ce sens.

Pour le vice-premier ministre de la Turquie, le protocole de partenariat est un pas important dans le sens de la mise en œuvre de la volonté  que son pays nourrit pour l'Afrique.

Pour Amadou Mahtar Ba, cet accompagnement turc va travailler à mettre en place un mécanisme pour aider les médias africains en termes d'équipement.

Sur ce même chapitre, M. Ba a fait état de la mise à disposition des médias du continent d'un fonds d'un million de dollars US pour le financement de reportages sur le développement.

Ads by Google

Copyright © 2012 allAfrica.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.